Accueil » Actualité » Panama et Galápagos sont reliés par un passage géologique secret

Panama et Galápagos sont reliés par un passage géologique secret

Découvert à 100 km sous la surface, ce passage, emprunté par le « vent du manteau » expliquerait l’absence de volcanisme au Panama.

Notre planète est en mouvement permanent et se découpe un peu comme un puzzle en plusieurs pièces que l’on appelle « plaques tectoniques ». Ces plaques sont mobiles les unes par rapport aux autres et il arrive qu’elles se séparent ou qu’elles se rencontrent. Lorsque l’une des plaques glisse sous une autre au point de contact, c’est ce qu’on appelle la subduction.

Image 1 : Panama et Galápagos sont reliés par un passage géologique secret
Panama city vue de Cerro Cedro. Crédit : Romain Vandevelde

À l’ouest de l’Amérique centrale, la plaque Cocos glisse lentement sous celles d’Amérique du Nord, des Caraïbes et du Panama. Cette zone, propice à de grands séismes comme celui de 2017 au Chiapas, crée une ligne de volcans actifs qui s’arrêtent mystérieusement au Panama.

Des composés qui ne sont pas à leur place

En collectant des échantillons, tels que de la roche volcanique ou des échantillons de gaz en provenance des sources chaudes, les scientifiques sont capables de retracer l’origine des matériaux et de quelle partie du manteau ils proviennent.

En effet, les compositions varient de manière significative même sur de courtes distances. C’est ainsi, en regardant de plus près les isotopes du plomb et de l’hélium, que les chercheurs ont découvert d’étranges similitudes entre le Panama et les îles Galápagos à plus de 1 600 km de distance, ce qui devrait normalement être impossible.

Afin de résoudre le mystère, David Bekaert, chercheur en chimie et géochimie marine à l’Institut Océanographique Woods Hole du Massachusetts, a étudié les ondes sismiques afin de découvrir ce qu’il se passe sous nos pieds.

Une fenêtre ouverte laisse passer la brise

Lorsqu’une plaque passe en dessous d’une autre, celle du dessous ne disparaît pas instantanément, elle se réchauffe, se ramollit et finit par disparaître, un peu comme le continent perdu découvert sous l’Europe. En théorie, cette zone est impénétrable.

Les chercheurs ont découvert sous le Panama une ouverture, une « fenêtre » qui laisse passer des matériaux du manteau des Galápagos à celui du Panama, exactement comme une brise printanière s’engouffrerait dans une baie vitrée ouverte.

Cette ouverture crée un vide riche en eau qui rend difficile la circulation de magma fondu. Ce magma se détourne donc naturellement vers d’autres zones plus « faciles » d’accès.

L’origine de cette fracture est encore indéterminée. Les chercheurs ne savent pas si cette faille était présente avant la subduction ou si cette dernière l’a provoquée. Néanmoins, ce passage secret pourrait bien être l’explication scientifique à la présence si faible de volcans actifs au Panama.

Une découverte intéressante selon Bekaert qui souhaite effectuer des analyses similaires au Chili, et à terme dans le reste du monde afin de comprendre les anomalies dans la chimie du manteau un peu partout sur notre planète.

A lire aussi > On a découvert la première exoplanète à avoir une activité tectonique

Source : space.com