Accueil » Actualité » Starlink : Elon Musk confirme que le service internet de SpaceX fonctionnera dans les véhicules

Starlink : Elon Musk confirme que le service internet de SpaceX fonctionnera dans les véhicules

Le boss de Tesla et SpaceX a confirmé en répondant à une question sur Twitter que le service internet Starlink fonctionnera dans les véhicules en mouvement. Cela sera valable aussi bien pour les voitures que les trains.

Starlink, la constellation de satellites de SpaceX, grossit à vue d’œil. Désireux de lancer un total de 12 000 satellites en orbite pour proposer une couverture internet mondiale, sans restriction de localisation, SpaceX a encore lancé 60 satellites début octobre. Le nombre total de satellites est aujourd’hui d’environ 800, bien loin des 12 000 donc, mais le chiffre augmente de façon régulière. L’objectif sera de proposer une connexion internet grande vitesse, jusqu’à 1GB/s. Le service est déjà accessible à un certain nombre d’utilisateurs aux Etats-Unis, et propose actuellement un débit d’environ 100MB/s, d’après SpaceX.

Crédits : Pixabay
Crédits : Pixabay

Le service fonctionnera-t-il dans les véhicules en mouvement, tels que les voitures ou les trains ? Ce mardi, un utilisateur de Twitter a posé directement la question à Elon Musk. La réponse de l’homme d’affaires américain est sans équivoque : oui, Starlink fonctionnera dans les objets en mouvement, y compris les trains à grande vitesse. Il ajoute que « tout est lent pour une antenne satellite ». En effet, les satellites sont en orbite à plus de 500 kilomètres de la surface de la Terre. A cette distance, aucun véhicule ne serait suffisamment rapide pour perturber la réception satellite.

La couverture réseau, grande force de Starlink face aux fournisseurs d’accès internet classiques

Une excellente nouvelle pour la compétitivité de Starlink, les solutions d’internet mobile étant en l’état actuel plutôt instables dans les véhicules, notamment dans les zones de faible couverture. Un problème qui sera en l’occurrence la force de Starlink. En effet, que l’utilisateur soit situé en plein New York ou au fin fond de la campagne, la vitesse de connexion sera en théorie la même. Si Starlink est encore en retard sur les débits, en tout cas au stade d’avancement actuel du projet, sa grande force sera donc sa couverture.

Plus de données seront bientôt disponibles pour avoir une meilleure idée des performances de Starlink en utilisation réelle. Le service passera bientôt en bêta ouverte aux Etats-Unis, et on devrait à cette occasion en apprendre plus sur la fiabilité du réseau. Si le programme n’est accessible que depuis les Etats-Unis, l’accès à Starlink lors de son lancement définitif devrait proposer une couverture mondiale.

Source : PCMag