Accueil » Test » Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini

Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini

Pour contenir le prix de son dernier smartphone, Motorola a fait quelques concessions qui – dans l’ensemble – ne pénalisent pas vraiment la qualité globale du Edge. Ce dernier offre en effet un bon rapport qualité / prix. Seul un chargeur plus rapide n’aurait pas été du luxe.

Image 2 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
8/10

Motorola Edge

599,00€ > Darty
On aime
  • Ecran OLED
  • Fréquence d'affichage de 90 Hz
  • Compatible 5G
  • Haut-parleurs stéréo
  • Prise casque
  • Lecteur microSD
  • Bonne autonomie
  • Zoom optique 2x
On n’aime pas
  • Pas de certification IP
  • Recharge pas très rapide
  • Pas de recharge sans fil
  • Lecteur d'empreintes digitales récalcitrant
Verdict :

Avec le Edge, Motorola signe un smartphone séduisant, avec son grand écran OLED incurvé sur les bords, pouvant fonctionner avec une fréquence de rafraichissement de 90 Hz. Compatible 5G, son équipement est complet et il ne lui manque pas grand chose pour vraiment mériter l’étiquette de smartphone haut de gamme, comme un processeur plus performant, une certification d’étanchéité (on peut s’en passer à la limite) ou une recharge rapide (beaucoup plus utile !).

Lire le test

Compte tenu de son équipement, mais aussi de son prix, le Motorola Edge peut être considéré, au choix, comme un smartphone « d’entrée de gamme du haut de gamme » ou « haut de gamme du milieu de gamme ». Il est en effet commercialisé à 599 €, dans sa version équipée de 6 Go de mémoire et de 128 Go d’espace de stockage. Il s’agit d’un modèle compatible 5G.

Image 3 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Le Edge constitue, avec son grand frère, le Edge+, la nouvelle offre haut de gamme de Motorola. Le Edge+, qui n’est pas encore disponible en boutique, a des caractéristiques techniques (légèrement) plus sophistiquées, avec en particulier un processeur plus véloce (Snapdragon 865), un plus fort zoom optique (3x contre 2x pour le Edge) et un mode de recharge sans fil.

L’équipement du Motorola Edge est un peu plus évolué que celui du OnePlus Nord (399 €) et du OPPO Find X2 Neo (vendu à 649 € avec 12 Go de Ram et 256 Go d’espace de stockage).

Android, iOS : quels sont les 10 meilleurs smartphones à acheter en 2020 ?

Motorola EdgeOnePlus NordOPPO Find X2 Neo
Prix599 €399 €649 €
Mémoire / stockage6 Go / 128 Go8 Go / 128 Go12 Go / 256 Go
microSDOuiNonNon
5GOuiOuiOui
EcranOLED 6,7 poucesOLED 6,44 poucesOLED 6,5 pouces
Définition2 340 x 1 080 pixels2 400 x 1 080 pixels2 400 x 1 080 pixels
affichage 90 HzOuiOuiOui
ProcesseurSnapdragon 765GSnapdragon 765GSnapdragon 765G
Certification IPNonNonNon
Prise casqueOuiNonNon
Haut-parleurs stéréoOuiNonNon
Capteur Photo 164 Mpixels48 Mpixels48 Mpixels
Capteur Photo 216 Mpixels (grand angle)8 Mpixels (grand angle)8 Mpixels (grand angle)
Capteur Photo 38 Mpixels (zoom 2x)2 Mpixels (macro)13 Mpixels (zoom 2x)
Capteur Photo 4TOF 3D5 Mpixels (profondeur)2 Mpixels (profondeur)
Capteur Photo selfie25 Mpixels32 Mpixels32 Mpixels
Batterie4 500 mAh4 115 mAh4 025 mAh
Charge rapide18 Watt30 Watt30 Watt
Charge sans filNonNonNon

Un design sobre et efficace

Disponible uniquement en noir, le Motorola Edge affiche un style résolument sophistiqué. Et si sa face avant est protégée par un revêtement en verre, de type Corning Gorilla Glass 5, l’arrière est réalisé en plastique. Il pourrait donc plus facilement être sujet aux rayures, si vous décidez de ne pas utiliser la coque de protection transparente fournie par le constructeur…

Image 4 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Relativement léger (188 g), compte tenu de la taille de son écran, le Edge offre un équipement complet, avec un port USB-C et un double emplacement SIM pouvant accueillir une carte mémoire microSD. La prise casque, quant à elle, fait de la résistance, pour le plus grand plaisir de ceux qui ne désirent pas remplacer leur casque pour un modèle Bluetooth.

Image 5 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

On peut également remarquer, en haut de l’écran, une discrète ouverture qui abrite un haut-parleur, qui fonctionne bien sur de concert avec celui placé au bas du smartphone.

Image 6 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pour le reste, les plus gaffeurs pourront regretter que le Edge n’offre pas de certification IP, afin de garantir une certaine résistance à l’eau et la poussière…

Comme on le voit donc, lorsque le smartphone est en veille, son aspect est des plus sobres. Or, cela change radicalement lorsqu’on allume l’écran !

Un superbe écran Oled 90 Hz (trop ?) incurvé

En effet, Motorola a équipé le Edge d’un écran OLED particulièrement incurvé sur les bords, avec juste un petit poinçon qui accueille le capteur photo frontal.

Cette courbure très prononcée, visuellement assez spectaculaire, est mise à profit pour délivrer des alertes visuelles, qui illuminent les bords de l’écran, par exemple lorsqu’on reçoit un appel ou des notifications.

Image 7 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Bords incurvés – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

En pratique, si cette particularité physique s’avère séduisante, il faut le reconnaître, elle se montre aussi parfois peu pratique. En effet, parfois, on déclenche involontairement certaines actions ou on lance des applications, juste parce qu’on touche leurs icônes placées sur les bords…

Image 8 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Bords lumineux – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pour éviter des désagréments, une option permet de désactiver « l’écran infini » (c’est ainsi que Motorola appelle cet affichage sur les bords). Toutefois, celle-ci ne fonctionne pas avec toutes les applications. Comme on peut le voir sur les photos ci-dessous, cette option peut s’avérer pratique pour faciliter la lecture de certains sites par exemple.

Image 9 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Avec Ecran Infini – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 10 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Sans Ecran Infini – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Des bords incurvés qui posent problème

Une option aussi pratique en jeu. Dans Fortnite, ce sont des boutons qui sont restés inopérants sur le bord de l’écran Infini. En raison des bords incurvés, les boutons « Emote » et « Composition des sections », visibles sur la photo ci-dessous sur le bord inférieur de l’écran, sont restés inaccessibles, malgré de nombreux essais. Le reste du jeu s’est déroulé sans autre surprise.

Image 11 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Bien sûr, ce genre de souci va dépendre de la réalisation de chaque jeu : nous n’avons eu aucun problème pour accéder aux nombreuses options d’Asphalt 9, placées sur le bord supérieur.

Un écran plutôt bien calibré

Pour le reste, grâce à la technologie OLED qu’on ne présente plus, l’affichage est de grande qualité, avec des contrastes quasiment infinis, et donc des noirs parfaitement restitués.

Pour ne rien gâcher, la luminosité maximale mesurée à l’aide de notre sonde X-Rite i1 Display Plus est d’environ 460 cd/m2. Ce résultat plutôt bon est le gage d’une bonne lisibilité en extérieur, sous le soleil. Et cela se vérifie en pratique !

Image 12 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

D’autre part, le Delta E de l’écran est très bon. Avec une valeur moyenne de 2,6 – pour peu qu’on utilise le réglage d’écran « couleurs naturelles » – on bénéficie d’un affichage particulièrement réaliste. Si on préfère avoir à l’écran des couleurs plus vives, plus intenses, un réglage « couleurs saturées » est présent.

Enfin, la température des couleurs mesurée, de 7800K, est donc au dessus des 6500 qui caractérisent la lumière naturelle. Cela se traduit par un affichage assez froid, tirant vers le bleu. Cela reste toutefois assez peu perceptible !

Image 13 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Barre d’action – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Outre sa grande qualité d’affichage, l’écran affiche les images avec une définition « standard », Full HD+ (soit 2340 x 1080 pixels). Et comme cela devient désormais la norme, il peut fonctionner à 60 Hz ou 90 Hz. Ce dernier mode augmente la fluidité de l’affichage en jouant ou lorsqu’on fait défiler l’écran de bas en haut, sur les réseaux sociaux ou des sites d’actualité par exemple. Sur de longues périodes, la fatigue visuelle est réduite.

Image 14 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

La barre d’accès rapide

Le Edge intègre une barre d’action, placée sur le bord droit de l’écran (sa position peut être ajustée, sur le bord gauche aussi). Il s’agit d’une sorte de joystick virtuel, que l’on active par un mouvement du pouce. Ainsi, une impulsion vers le bas fait apparaître le volet des notifications à tout moment, tandis qu’un mouvement vers le haut dévoile les applications ouvertes en arrière plan. Enfin, un coup de pouce vers la gauche dévoile un volet d’accès direct à un maximum de 6 raccourcis vers des applications, des contacts ou des outils.

On peut également tapoter deux fois sur cette barre d’action afin d’activer / désactiver le mode d’affichage sur les bords (« écran infini »), dans les applications compatibles.

Des performances connues, mais toujours appréciées

Le processeur Snapdragon 765G et les 6 Go de mémoire s’avèrent suffisants pour offrir une bonne polyvalence. En effet, en plus de toutes les tâches quotidiennes bureautiques et multimédias envisageables, on peut faire fonctionner la plupart des jeux, comme PUBG, Call of Duty, Asphalt 9 ou Fortnite dans de bonnes conditions (entre 20 et 30 images par seconde en qualité Epique pour ce dernier).

Bien sûr, la puce n’est pas aussi véloce que le modèle Snapdragon 865 de Qualcom, qui équipe les (véritables) smartphones haut de gamme, tels les récents Xiaomi Mi 10 ou le Sony Xperia 1 II.

Image 15 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – GeekBench / 3D Mark / PC Mark – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Ainsi, les scores obtenus par le Snapdragon 765 avec le Geekbench est de 588 / 1867 pour 765G, contre 907 / 3339 pour le Snapdragon 865 (presque deux fois mieux donc !).

La différence est toutefois réduite avec le test applicatif PC Mark. En effet, la différence de performances n’est plus que de 20 % environ, avec un score de 8 675 pour le 765G, contre 10 987 pour le 865 du Xiaomi Mi 10, par exemple.

Enfin, en 3D pure et dure, le bench 3D mark met lui aussi en évidence une grande différence de performances : 3 011 / 2 794 (test Sling Shot Extreme OpenGL ES / Vulkan) contre 7 106 / 6 505 pour le 865…

Un son qui décoiffe !

Bon point, le smartphone embarque deux haut-parleurs, qui restituent le son en stéréo. Et même s’ils ne sont pas tous les deux orientés vers l’utilisateur (seul celui du haut l’est), la qualité obtenue est des plus satisfaisantes, si on désire se passer de casque. D’autant plus que la puissance est au rendez-vous. Autant dire que la bande-son du jeu Asphalt 9 décoiffe ! C’est également appréciable lorsqu’on écoute de la musique avec Spotify ou qu’on regarde une série de Netflix.

Image 16 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Haut-parleur supérieur – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Lecteur d’empreintes et reconnaissance faciale

La sécurité du Motorola Edge est assurée par un lecteur d’empreintes digitales, directement intégré sous l’écran, comme cela devient courant sur la plupart des smartphones dotés d’un écran OLED ces derniers temps (à l’exception du Sony Xperia 1 II !). Il peut être secondé par une fonction de reconnaissance du visage par le capteur photo frontal.

Image 17 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

En pratique, nous avons constaté un fonctionnement un peu plus aléatoire que d’habitude. En effet, lorsqu’on essaye de réveiller le Edge après quelques minutes d’inactivité, le lecteur d’empreintes a la mauvaise habitude de ne pas réagir du tout à la première pression du pouce ! Et parfois, il faut s’y reprendre à plusieurs fois. Ce n’est pas dramatique, mais c’est agaçant !

Une bonne polyvalence en photo

Pour les photos et les vidéos, le Motorola Edge est équipé de quatre capteurs. Le capteur principal a une définition de 64 mégapixels (26 mm), qui sont tous utilisés si on exploite le mode Ultra-Res. Toutefois, par défaut, il produit des clichés en 16 mégapixels.

Le second capteur, de 16 mégapixels, est de type ultra grand-angle, puisque sa focale est équivalente à un 13 mm. Et si le sujet est un peu trop éloigné, le troisième capteur de 8 mégapixels peut s’en rapprocher grâce à un zoom optique 2x (52 mm). Le tout est complété par un capteur de type TOF 3D, chargé de fournir les informations nécessaires à la réalisation d’un effet de flou, appliqué à l’arrière-plan, pour obtenir des portraits sophistiqués, avec un effet Bokeh.

Image 18 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

L’interface du mode photo est légèrement modifiée par rapport à ce qu’on trouve habituellement : seuls trois boutons sont affichés à droite de l’écran : deux pour capturer des photos et vidéos « normales » et un dernier pour activer un « mode spécial ». Ce dernier peut être un des modes traditionnels (Portrait, Macro, Nuit, Panorama) ou un des modes originaux : découpage, filtre couleur, filtre en direct, ralenti vidéo, etc.

Image 19 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Interface du mode Photo – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Le niveau de zoom est déporté sur la gauche de l’écran et se retrouve donc accessible facilement avec la main gauche : 0,5x pour ultra grand angle, 1x et zoom optique 2x (et jusqu’à 10x en numérique).

Image 20 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Grand-angle – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pratique, une option permet de faire en sorte que le smartphone sorte du mode veille et bascule instantanément en mode photo. Pour cela, il suffit de le faire pivoter rapidement deux fois sur lui même. Cela permet de prendre très rapidement un cliché, avec le capteur dorsal ou frontal, selon l’option qu’on a choisie dans les paramètres.

Image 21 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Capteur principal – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Autre option intéressante, le Motorola Edge est en mesure de capturer des clichés en rafale lorsqu’on garde le doigt sur le bouton de déclenchement. Sans atteindre l’incroyable cadence de 20 images par seconde du Sony Xperia 1 II, cela peut aider à obtenir une photo de groupe réussie (sans qu’il y ait toujours une personne avec les yeux fermés !).

En règle générale, si la luminosité est suffisante, le capteur principal génère des clichés de bonne qualité, aussi bien en 64 ou en 16 mégapixels. Et le constat est le même pour les deux autres capteurs (grand-angle et zoom 2x). On constate toutefois que ces derniers ont tendance à produire des couleurs plus chaudes qu’avec le capteur principal (qui lui s’avère plus neutre).

Image 22 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Zoom optique 2x – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Mode nuit

De nuit, il est préférable de ne pas trop compter sur les capteurs grand angle et avec le zoom, sauf si les éclairages ambiants sont nombreux.

Image 23 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Capteur grand angle de nuit – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Et si capteur principal réalise en mode « normal » des photos correctes, il vaut mieux exploiter le mode « Vision de nuit », qui procure de meilleurs résultats, avec une meilleure gestion des halos autour des sources lumineuses et un meilleur piqué d’image. En raison de la hausse sensible du niveau global de luminosité, les clichés obtenus ne sont pas vraiment fidèles à ce que l’on voit. Mais au moins, on a au final quelque chose à montrer !

Image 24 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Mode Vision Nocturne – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Les selfies

Pour les selfies, le Motorola Edge est doté d’un capteur frontal de 25 mégapixels. En mode Portrait, on peut ajuster le niveau de flou appliqué à l’arrière plan (on peut aussi embellir quelque peu son image, en adoucissant plus ou moins sa peau).

Image 25 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Mode selfie – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 26 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Selfie en mode Portrait – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 27 : Test Motorola Edge : un retour gagnant avec un écran Infini
Motorola Edge – Selfie en mode Portrait – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Enfin, les vidéos peuvent être capturées en Full HD avec 60 images par seconde ou en 4K (30 images par seconde). Dans ce dernier cas, les séquences sont assez convaincantes, même si on un mode en 60 images par seconde aurait permis d’obtenir une meilleure fluidité lors des travelings.

Bonne autonomie, mais recharge assez lente

Le Motorola Edge embarque une batterie de 4500 mAh, ce qui plutôt élevé ! Elle est censée assurer une autonomie de deux jours d’après le constructeur. Lors de nos tests, après une journée d’utilisation assez intense (prise de photos, un peu de jeux, SMS, téléphone, mails, Web, etc.), 60 % de la charge de la batterie était consommés.

Attention toutefois, nous nous étions placés dans les conditions les plus énergivores : en mode d’affichage 90 Hz, avec la luminosité ajustée au maximum, et en ayant désactivé l’économiseur de batterie. En restant dans les mêmes conditions, mais avec une utilisation plus légère, le smartphone n’a pas eu de mal à atteindre les deux jours.

Encore une fois, si c’est un résultat à mettre au crédit du smartphone, force est de constater que cette autonomie d’environ deux jours devient de plus en plus courante avec les derniers smartphones.

En revanche, le Edge se distingue – négativement – avec son chargeur de 18 Watt. En effet, il permet de ne retrouver que 35 % de la capacité de la batterie après une demi-heure de recharge, puis 64 % en une heure. Pour une recharge totale, il faut patienter un peu plus de deux heures. C’est deux fois plus que les smartphones les plus efficaces dans ce domaine, qui se rechargent totalement en une heure environ…