Accueil » Actualité » Twitter : virés du jour au lendemain par Musk, ces ex-employés contre-attaquent

Twitter : virés du jour au lendemain par Musk, ces ex-employés contre-attaquent

Un recours collectif a été déposé par d’anciens employés de Twitter, fraîchement renvoyés. Ils estiment que l’entreprise n’a pas respecté le préavis prévu par la loi pour les licenciements de masse.

Image 1 : Twitter : virés du jour au lendemain par Musk, ces ex-employés contre-attaquent
Elon Musk a déjà lancé les grandes manoeuvres © Twitter / TED / Tom’s Guide FR

Elon Musk compte bel et bien apporter des changements profonds à Twitter. Certification payante, fonction éditer gratuite, nouvelle politique de modération… L’homme d’affaires prévoit également de faire des économies drastiques. Ce qui passe par des licenciements massifs. Un précédent rapport indiquait qu’Elon Musk comptait renvoyer 75 % des salariés de Twitter. Finalement, 50 % des 7500 employés seraient remerciés, selon le Washington Post.

Le processus a d’ores et déjà démarré, les collaborateurs étant notifiés de leur renvoi sur leur messagerie professionnelle. Et comme nous l’apprend Bloomberg, certains ne comptent pas en rester là. Cinq anciens employés ont déposé un recours collectif devant le tribunal fédéral de San Francisco. Ils demandent à Twitter de se conformer à la loi fédérale sur la reconversion des travailleurs. Cette dernière oblige les grandes entreprises à respecter un préavis de 60 jours dans le cadre d’un plan de licenciements massifs.

À lire > Des salariés de Twitter préviennent Elon Musk qu’un licenciement massif est « irresponsable »

Une avocate rompue aux joutes contre les grosses entreprises

Avocate spécialisée dans le droit du travail, Shannon Liss-Riordan a déjà déposé plusieurs recours collectifs contre de grosses entreprises comme Uber, FedEx et Starbucks. C’est elle qui a déposé la plainte jeudi contre Twitter. Celle-ci vise à « nous assurer que les employés sont conscients qu’ils ne doivent pas renoncer à leurs droits et qu’ils ont un moyen de les faire valoir », détaille-t-elle.

Fait intéressant, Shannon Liss-Riordan avait poursuivi Tesla pour des réclamations similaires en juin dernier. À l’époque, le constructeur avait licencié 10 % de ses effectifs. Le juge avait toutefois ordonné aux salariés de poursuivre leurs réclamations dans un arbitrage à huis clos plutôt qu’en audience publique. De son côté, Musk avait qualifié le procès d’« insignifiant ».

« Nous allons maintenant voir s’il va continuer à faire un pied de nez aux lois de ce pays qui protègent les employés », souligne Liss-Riordan, bien décidé à faire plier le nouveau patron de Twitter.