[Test] Sony XZ3 : le nouvel Xperia vaut-il ses 799 € ?

Sur le marché ultra concurrentiel des smartphones haut de gamme, Sony Mobile peine à conserver une bonne position. La faute à un manque d’innovation sur ses dernières générations de Xperia.

Sony Xperia XZ3

799€ > Amazon
On aime
  • Le design qui évolue…
  • La partie photo maîtrisée…
  • Les performances globales
  • Les fonctions "gadgets"
  • L'écran Oled !
On n’aime pas
  • … mais trop peu
  • … mais sans double capteur
  • Pas de reconnaissance faciale
  • Surface d'affichage pas optimale
Verdict :

Le Xperia XZ3 copie une bonne partie du XZ2 sorti il y a quelques mois. Une stratégie surprenante, d’autant plus que les évolutions sont assez maigres. Toujours pas de double capteur, pas non plus de reconnaissance faciale et l’écran, bien qu’il soit incurvé désormais, n’occupe pas un maximum d’espace sur la face avant. Une fois ses défauts étalés (vous a-t-on dit que le capteur biométrique était très mal placé ?), le Xperia XZ3 est pourtant un excellent smartphone. Il excelle en photo, mâtant le S9+ de Samsung, offre des performances de premier ordre et affiche un écran Oled de toute beauté. Une pièce au final parfaite, mais incomplète, surtout pour ce prix.

plus

Pour cette rentrée, le constructeur japonais a décidé de remettre à plat sa conception du smartphone haut de gamme, sans tout changer pour autant.

Présenté lors de la dernière édition de l’IFA de Berlin, le Xperia XZ3 a donc droit à un design rafraîchi et des performances dans l’air du temps.

Néanmoins, il se permet encore de faire l’impasse sur le double capteur photo arrière et compte encore capitaliser sur son savoir-faire maison. 
Affiché à son lancement à 799 €, le XZ3 a donc intérêt à faire bonne figure, la concurrence coréenne et surtout chinoise ayant mis la barre assez haut ces derniers temps. On pense notamment ici aux Galaxy S9/S9+ de Samsung ou encore au Pocophone F1 de Xiaomi.

>>> Pocophone F1 vs OnePlus 6 : c’est qui le plus fort ?

Oui parce que le design change enfin, mais…

Depuis le Xperia Z1, on imaginait que Sony Mobile voulait que son smartphone haut de gamme soit reconnu entre tous. Ainsi, génération après génération, les Zx puis les XZx ont affiché le même design monolithique et anguleux. Une apparence qui finissait par peser sous le poids de ses années. En 2018, le constructeur japonais a enfin daigné offrir un lifting à son modèle phare, en commençant les premières ébauches sur le XZ2 sorti en milieu d’année.

Le XZ3 pousse un peu plus loin la transformation, mais sans excès. Il reprend les angles arrondis du XZ2 et concentre ses améliorations sur l’écran. De 6 pouces, il est incurvé et déborde donc sur les côtés de l’appareil, sans pour autant se priver totalement des bords, notamment en bas et en haut. D’après Sony Mobile, ils sont restés pour donner plus de confort d’utilisation lorsqu’il est tenu à l’horizontale. Une considération somme toute très marketing, les smartphones ayant des dalles occupant plus d’espace ayant le vent en poupe.

La prise en main est agréable sans toutefois être parfaite pour les mains de taille moyenne, le XZ3 ayant tendance à glisser entre les doigts s’il est tenu à une main. La faute à son dos en verre.

Cette face arrière est d’ailleurs familière puisqu’il ne s’agit en réalité que d’une copie de celle du XZ2. On y retrouve les mêmes proportions et une disposition identique des éléments. Ainsi, le capteur d’empreinte se trouve-t-il toujours en plein milieu. Certes, c’est symétrique, mais surtout impossible à utiliser, l’index se posant systématiquement sur le capteur photo arrière. Une erreur d’ajustement horrible à l’usage.

>>> Guide d’achat Smartphones : Comment choisir son portable en 2018 ?

Oui, parce qu’il a un écran Oled impeccable

Reconnu pour ses qualités d’affichage, Sony le prouve une fois de plus avec l’écran du XZ3. D’une dalle LCD sur le XZ2, on passe ici à une dalle Oled. Une amélioration qui se ressent dans les scènes sombres avec un contraste infini et donc des noirs parfaits. Regarder une série sur son mobile en pleine nuit devient un vrai régal. Et en plein jour, le soleil ne sera pas un problème, la luminosité de l’écran étant gigantesque.

Sony en profite pour agrandir son écran qui atteint désormais 6 pouces. Les dimensions de l’ensemble en pâtissent de quelques millimètres en hauteur et largeur. Néanmoins, et toujours en comparaison du XZ2, l’épaisseur est légèrement réduite, tout comme le poids. La définition est à l’avenant avec 2880 x 1440 pixels, contre 2160 x 1080 pixels sur le XZ2. Au final, le XZ3 n’a pas à rougir de son écran face à la concurrence, même le Note 9 se tient dans les mêmes cordes.

Oui, parce qu’il est l’un des plus performants

C’est un passage obligé, mais couru d’avance pour le XZ3. Il est équipé d’un Snapdragon 845, soit le processeur le plus rapide du moment sur les smartphones Android. Associé à 4 Go de mémoire vive, il ne rencontre aucun problème de fonctionnement. Pas de ralentissements durant notre essai et un comportement exemplaire dans toutes les situations, jeux compris.

En définitive, il s’agit de la même configuration que le XZ2. Les résultats sont similaires. Sous Geekbench, il caracole en tête avec 8947 points. Idem sous AnTuTu où, avec 28478 points, il se place sur la troisième marche, devançant même les Galaxy Note 9, S9, Pocophone F1 et même le très récent Oppo Find X, bien que ça ne se joue qu’à peu pour lui. Bilan, le XZ3 est un monstre qui fait honneur à la fin de vie du Snapdragon 845 qui sera remplacé en début d’année prochaine par le 855.

Oui, parce que c’est un bon photophone (malgré son unique capteur)

C’est un parti pris chez Sony. En 2018, le constructeur nippon ne juge toujours pas pertinent d’installer deux capteurs photo pour son APN principal. Aussi, le XZ3 n’est-il pourvu que d’un unique oeil de 19 mégapixels sur sa face arrière. 

Ses performances sont satisfaisantes, mais il ne faut pas trop agrandir les clichés au risque de voir apparaître pas mal de bruit. Néanmoins, grâce à lui on a une image plus nette et plus détaillée qu’avec un S9+ (notez la poussière sur le chapeau de l’épouvantail). A côté, on semble perdre en luminosité. Pourtant dans notre cas, l’environnement lumineux n’était pas exceptionnel pour cette photo de jour. Le S9+ aurait donc tendance à booster ce paramètre.

Xperia XZ3 / Galaxy S9+
Par faible luminosité, le XZ3 se débrouille tout aussi bien. On a toujours un rendu bruité, mais pas à outrance. Le niveau de détails est très bon et la balance des blancs est plus correcte que celle du S9+. Elle tire éventuellement vers le bleu, mais le S9+ est clairement dans les jaunes. A noter que la colorimétrie du XZ3 n’est pas parfaite. Le chapeau de l’épouvantail a tendance à rougir avec lui, contrairement au S9+ qui respecte plus le modèle original.

Xperia XZ3 / Galaxy S9+

Malgré tout, dans l’ensemble, le XZ3 prouve qu’il est un bon photophone, et ce, bien qu’il n’ait qu’un capteur. Et pour l’effet bokeh, sachez que le XZ3 le crée logiciellement lors de la prise de vue. Le résultat est de très bonne tenue pour peu que le sujet ait suffisamment de profondeur de champ derrière lui.

Oui, pour ses fonctions gadgets

Lorsque l’on fouille dans le XZ3, on y découvre des petites spécificités souvent gadgets, mais très sympathiques.

On a ainsi la vibration dynamique qui s’active en fonction de la bande sonore. Très sympathique en jeu lorsque l’on ne souhaite pas activer le son.

Vient ensuite la détection latérale qui donne accès à un menu contextuel lorsque l’on tapote deux fois le côté du XZ3. Paramétrable à souhait, il permet d’accéder à une panoplie de raccourcis rapidement.

Enfin, le générateur 3D permet de réaliser des scans 3D de visages, d’aliments ou de formes libres.

En revanche, on regrette l’absence d’une fonction un peu moins gadget : la reconnaissance faciale. Le XZ3 en est dépourvu et se contente encore d’un lecteur d’empreinte et d’un code de sécurité. Dommage.