Accueil » Actualité » A la fin du confinement, une application pourrait suivre vos rencontres pour limiter les infections

A la fin du confinement, une application pourrait suivre vos rencontres pour limiter les infections

La France pourrait elle aussi bientôt lancer sa propre application de suivi des malades du COVID-19. Celle-ci avertirait les utilisateurs de leurs possibles contacts avec des personnes infectées.

Le journal Les Echos révèle que le gouvernement français envisagerait de développer une application mobile destinée à limiter la propagation de l’épidémie de COVID-19. Une fois les mesures de confinement levées, l’app permettrait aux utilisateurs d’être prévenus des nouveaux cas positifs se trouvant dans leur entourage.

Image 1 : A la fin du confinement, une application pourrait suivre vos rencontres pour limiter les infections
Crédit : Gerd Altmann/Pixabay

Pour retracer les rencontres d’un individu, l’application utiliserait la technologie Bluetooth, et non les données de géolocalisation. Son fonctionnement serait ainsi similaire à « Trace Together », un programme testé à Singapour. Celui-ci détecte les smartphones des utilisateurs ayant installé l’application, et envoie une alerte lorsqu’un cas positif au nouveau coronavirus se trouve ou s’est trouvé à proximité de vous.

Des dépistages massifs nécessaires

Le principe de cette app est donc de conserver un historique de vos rencontres sur 21 jours, afin de vous aviser d’un potentiel risque de contamination. Elle nécessite donc que les utilisateurs infectés s’identifient comme porteurs du virus. Pour être vraiment efficace, le déploiement d’une telle application implique également que le pays parvienne à tester un maximum d’individus.

À Singapour, en Corée du Sud ou à Taïwan, où ce type d’app a été lancé en premier, les campagnes massives de tests ont commencé dès le début de l’épidémie. En France, c’est la stratégie de dépistage ciblé qui a d’abord été appliquée par les autorités. Mais le rythme des tests s’accélère peu à peu et le ministère de la santé promet que l’on atteindra les 50 000 tests par jour d’ici la fin du mois d’avril.

Covid-19 : des chiens dressés au dépistage du coronavirus

Assurer le respect de la vie privée

L’autre possible frein à une application de traçage des contacts en France est la question de la vie privée. En principe, le recours au Bluetooth et le chiffrement automatique des données devraient assurer un total anonymat des utilisateurs. Il faudra cependant convaincre le public, toujours très méfiant envers les méthodes de surveillance numérique.

Pour l’instant, cette application est encore au stade de l’étude seulement. Mais les choses pourraient vite s’accélérer. « Si nous avons une commande éclairée du comité scientifique, il nous faudra au moins une dizaine de jours pour lancer une appli », a indiqué un proche du cabinet de Cédric O, le secrétaire d’Etat au numérique. Le discours du premier ministre Edouard Philippe demeure cependant plus réservé. Celui-ci a affirmé hier qu’aucun outil de tracking ne serait imposé aux citoyens, mais a évoqué des « méthodes pour mieux tracer la circulation et les contacts », sur la base d’un « engagement volontaire ».

Vos données de localisation mobile seront-elles utilisées pour traquer le coronavirus ?

Source : Les Echos