Accueil » Actualité » Artemis I : l’atterrisseur lunaire japonais a raté son alunissage et part à la dérive dans l’espace

Artemis I : l’atterrisseur lunaire japonais a raté son alunissage et part à la dérive dans l’espace

C’est un coup dur pour l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise. L’atterrisseur OMOTENASHI, qui faisait partie de la charge utile d’Orion dans le cadre de la mission Artémis I de la Nasa, a raté son alunissage. Actuellement à la dérive dans l’espace, il aurait dû être le premier atterrisseur japonais à alunir.

Vue d'artiste d'OMOTENASHI © JAXA
Vue d’artiste d’OMOTENASHI © JAXA

Les tentatives du Japon pour devenir le quatrième pays à atteindre la Lune ont échoué, selon un tweet de l’Agence d’exploration aérospatiale japonaise (JAXA). L’atterrisseur OMOTENASHI du pays a décollé de la fusée Artemis I avec objectif d’alunir, mais n’a pas réussi à être contrôlé. Il est actuellement à la dérive dans l’espace.

L’atterrisseur était essentiellement une sonde CubeSat conçue pour atterrir sur la Lune et explorer sa surface. Il faisait partie du lancement d’Artemis I. Cependant, peu de temps après s’être détaché de la fusée Artemis I, l’équipe au sol n’a pas pu communiquer avec l’atterrisseur, rendant son orientation avec le Soleil et la recharge de ses batteries impossibles.

À lire : La mission Artemis I de la NASA capture ces superbes images de la surface lunaire

Un échec cuisant pour la JAXA

L’agence nipponne avait espoir que l’atterrisseur fournisse de plus amples informations sur le processus d’atterrissage en toute sécurité d’engins spatiaux plus petits. Une donnée vitale pour l’exploration spatiale future, en particulier si la NASA envoie une mission habitée sur Mars d’ici à 2030.

En théorie, ce tout petit atterrisseur aurait dû éjecter sa rétrofusée pour finir en chute libre à environ 100 mètres de la surface lunaire, avant de déployer un airbag d’environ cinquante centimètres de diamètre pour minimiser l’impact.

OMOTENASHI aurait pu être le premier atterrisseur japonais à fouler le sol de notre satellite naturel. Cet honneur pourrait finalement revenir à Hakuto-R qui sera lancée fin novembre par une fusée Falcon 9 de SpaceX. Pendant ce temps, les scientifiques espèrent pouvoir récupérer OMOTENASHI durant le mois de mars 2023, en supposant que les conditions d’ensoleillement et que sa rotation soient bonnes.