http://media.bestofmicro.com/5/0/703908/original/trott-cover.jpg

Comparatif d'hoverboards : nos conseils pour bien choisir

Star inattendue de Noël 2016, l’hoverboard, (ou hoverboard, ou planche électrique) est le moins cher des moyens de transports électriques personnels. D’autant que les prix ne cessent de baisser. Vendus au départ aux environs de 350 euros, les modèles d’entrée de gamme coûtent désormais moins de 200 euros, quand les plus performants n’atteignent pas 400 euros. Point remarquable, tous les sites de vente que nous avons consultés au moment de mettre à jour la grille tarifaire de ce comparatif appliquent un rabais important sur le prix de vente d’origine.

Le Revoe V-Board coute 190 euros au lieu de 250 à son lancement, l’Hoverboard MP man G4 vaut 450 euros au lieu de 500, l’Urban de The Hoverboard, se vend 350 euros au lieu de 500. Une chute des prix qui pourrait traduire un désintérêt du public pour cet engin certes furieusement ludique, mais bien moins adapté à un usage urbain qu’on a voulu nous le faire croire. Adoptant la technologie du gyropode, et notamment du Segway, l’hoverboard n’est pas conçu pour le même usage. Avec ses roues minuscules (6.5 pouces en général, soit 17 cm), il est incapable de franchir le plus petit obstacle. En outre, bien que plus simple à appréhender que la gyroroue, il n’en demeure pas moins assez instable, comme le montrent les nombreuses chutes, souvent lourdes, compilées sur Youtube. Enfin, seuls certains modèles affichent la norme IP54 (protection contre les poussières et projections d’eau). Pour ces raisons, il convient de considérer l'Hoverboard pour ce qu’il est : un jouet hi-tech. Mais à ce titre, il faut admettre qu’il est quand même sacrément étonnant.

>>> A lire aussi - Trottinettes électriques, hoverboards, gyroroues : comment choisir ?

Nos modèles préférés

Loading...

La puissance et la vitesse

Contrairement aux gyroroues et trottinettes électriques, les hoverboards sont équipés de deux moteurs, un pour chaque roue, d’une puissance de 350 W, soit 700 watts au total. C’est suffisant pour propulser une charge maximale comprise, suivant les modèles, entre 90 et 150 kg (Hoverboard Miro de Weebot). La vitesse est volontairement bridée entre 12 et 15 km/heure maximum. Quelques modèles sont plus rapides, atteignant 20 km/h. Mais prudence, à cette vitesse, en cas de perte de contrôle, le risque de chute est très élevé, car il sera difficile de sauter de la planche et courir durant les quelques mètres nécessaires à la reprise de l’équilibre. En outre, l’engin étant incapable de franchir le moindre obstacle, mieux vaut conserver une vitesse réduite, de manière à voir suffisamment tôt le moindre défaut du revêtement. Enfin, souvenez-vous que sur un hoverboard, vous êtes considéré comme un piéton et devez rouler sur les trottoirs uniquement, sans dépasser les 6 km/h, les vitesses plus élevées étant réservées aux pistes, skate-parks et voies privées.

L’autonomie

La plupart des hoverboards, tels que les Nova et Huracan de Weebot, le MP Man G4 ou le Hoverboard high swift annoncent une autonomie maximale de 15 ou 20 km. Il s’agit de performances mesurées dans des conditions d’usage idéales : sur piste, sans vent, à vitesse moyenne, avec un utilisateur pesant 70 kg environ. Evidemment, à l’usage, les brusques accélérations, le franchissement de côtes ou la conduire à vitesse consomment beaucoup d’énergie. Pour estimer l’autonomie moyenne, enlevez 5 km à celle annoncée par le fabricant.

Le poids

Ça n’a l’air de rien, mais ces engins, assez graciles et élancés pèsent lourd. Comptez 10 kg au minimum (par exemple l’Hoverboard Miro de Weebot), jusqu’à 14 kg (Taagway Hammer), voire un peu plus. En l’absence de poignée, le transport à la main se révèle vite pénible. Et il n’y a guère de solution pour pallier ce problème, sauf à emporter un sac de transport avec soi. Mieux vaut donc surveiller attentivement l’autonomie.

La taille des roues

A l’instar des trottinettes et gyroroues, les hoverboards intègrent des roues dont le diamètre varie suivant les modèles. La majorité des appareils sont équipés de pneus en gomme de 6.5 pouces de diamètre (environ 17 cm). C’est le cas de la plupart des Weebot, de la Razor Hovertrax 2, mais aussi du Beeper Road R4-UL ou encore du Tilshop distribué par Decathlon. Sur sol sec, et en raison de la très faible garde au sol, l’adhérence est satisfaisante. En revanche, le franchissement du moindre obstacle se révèle quasiment impossible. Les modèles équipés de roues de 8.5 pouces, moins répandus, sont un peu moins sensibles aux petits défauts de revêtement, mais ils ne sont guère plus aptes à l’escalade. Seuls les rares modèles de 10 pouces (26 centimètres), comme le Rover de The Hoverboard dont les roues sont en plus gonflables, sont à même de franchir, sans marquer d’arrêt, des marches de quelques centimètres, comme celles des passages piétons (avec de la pratique !). Mais cet engin est surtout conçu pour un usage sur des routes au revêtement dégradé, voire des chemins non revêtus.

L’équipement et les accessoires

L’accessoire le plus intéressant est sans conteste le chariot mécanique sur lequel on pose la planche électrique pour transformer l’ensemble en karting. Les prix est raisonnable, 70 euros environ, et il rend l’appareil accessible à tous. Le sac de transport, à main ou à dos est également précieux. Il est parfois fourni avec l’appareil (comptez une dizaine d’euros en option). Certains hoverboards disposent d’enceintes Bluetooth. Autre gadget, la télécommande permettant d’allumer l’appareil à distance est fournie avec certains modèles. Notez que l’hoverboard Tilshop vendu par Decathlon dispose d’une application pour smartphone qui permet aux parents de limiter la vitesse maximale de l’appareil, par exemple à 6 km par heure.
Wenzhou Times Self balancing scooterWenzhou Times Self balancing scooter

 Des hoverboards qui explosent !

L’affaire a fait grand bruit. En 2015, des témoignages ont fait état de l’explosion ou de la combustion spontanée de certains hoverboards. L’un d’eux a même entraîné un incendie qui a dévasté une habitation. En cause, la batterie intégrée aux modèles bas de gamme, qui s’est avérée n’être pas du tout conforme aux normes de sécurité en vigueur. Désormais, tous les fabricants s’efforcent d’intégrer des batteries répondant aux normes CE, généralement fournies par LG ou Samsung. Depuis 2016, aucun nouveau cas d’explosion n’a été rapporté, mais par précaution, sachez que de nombreuses compagnies aériennes (Singapour Airlines, British Airways, Delta…) interdisent les hoverboards en cabine ou en soute.

Et en cas de panne ?

Dans le cadre d’une utilisation normale, c’est la batterie qui, après quelques centaines de cycles de charge, finit par lâcher. S’il est presque toujours possible de la remplacer, l’opération ne se justifie que pour les modèles les plus onéreux, car une batterie de rechange aux normes CE coûte environ 200 euros. Pas sûr que la dépense se justifie, si l’on prend en compte la vétusté de l’appareil.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire