Accueil » Actualité » Des chercheurs apprennent aux robots à rire au bon moment et de la bonne manière

Des chercheurs apprennent aux robots à rire au bon moment et de la bonne manière

Pour faire preuve d’empathie, les robots doivent apprendre à rire au bon moment et de la bonne manière lors d’une conversation. Des chercheurs ont ainsi appris aux robots l’empathie artificielle grâce au rire. Une conversation avec un tel robot est plus chaleureuse.

Le rire fait partie intégrante de la communication. Ce réflexe a plusieurs vertus lors d’une conversation entre humains. Il sert à véhiculer de la joie, de l’humour, du bonheur, de l’optimisme et bien d’autres. C’est notamment la raison pour laquelle une discussion avec un robot ne peut pas être aussi naturelle qu’avec un humain. Et ce, quel que soit le niveau conversationnel du robot. Ainsi, des chercheurs japonais veulent apprendre aux robots à rire au bon moment et de la bonne manière.

Le robot humanoïde Pepper
Le robot humanoïde Pepper ©Alex Knight / Pexels

Toutes les façons de rire ne conviennent pas à toutes les situations. Un ricanement est parfois plus approprié qu’un éclat de rire, par exemple. L’intelligence artificielle d’un robot doit réussir à comprendre les différentes nuances de rires. Elle peut ainsi utiliser la plus adéquate en fonction de la situation. C’est en tout cas ce qu’expliquent les chercheurs japonais dans une étude publiée dans la revue « Frontiers in Robotics and AI ».

À lire aussi > Un robot joueur d’échecs casse le doigt de son adversaire de 7 ans

L’empathie est une fonction importante de l’intelligence artificielle pour échanger avec les humains

L’objectif de l’étude est d’avoir un système conversationnel capable de partager le rire pour rendre l’échange entre l’intelligence artificielle et l’humain plus naturel. Parler avec un robot capable de rire spontanément est évidemment plus chaleureux que de discuter avec une machine de nature froide dénuée de toute empathie. En effet, tous les robots ne sont pas destinés au combat comme le chien-robot russe armé d’un lance-roquettes. Certains robots comme l’adorable Loona avec ses expressions amicales sont conçus pour tenir compagnie.

Koji Inoue, co-auteur de l’étude, a expliqué que : « nous pensons que l’une des fonctions importantes de l’IA conversationnelle est l’empathie. Nous avons donc décidé que l’une des façons dont un robot peut sympathiser avec les utilisateurs est de partager leur rire ».

Il faudra encore patienter « 10 à 20 ans » avant d’avoir une conversation informelle et parfaitement naturelle avec un robot

Les chercheurs ont utilisé Erica, un robot humanoïde qui comprend le langage naturel, qui a une voix humaine synthétisée et qui peut cligner des yeux et les bouger en écoutant les humains. Ils se sont concentrés sur trois choses spécifiques : reconnaître le rire, choisir de rire en réponse et choisir le type de rire pour la situation. « Nous avons montré comment nous pouvons combiner ces trois tâches en un seul robot. Nous pensons que ce type de système combiné est nécessaire pour un bon comportement de rire, pas simplement pour détecter un rire et y répondre », a précisé Koji Inoue.

Enfin, les chercheurs ont réussi à intégrer leur système de rire naturel dans d’autres robots en plus d’Erica. Néanmoins, les robots ne sont pas encore prêts à avoir des conversations parfaitement naturelles. Selon Koji Inoue, « cela pourrait bien prendre plus de 10 à 20 ans avant que nous puissions enfin avoir une conversation informelle avec un robot comme nous le ferions avec un ami ».

Source : CNET