Accueil » Actualité » Tesla : n’utilisez pas vos enfants pour tester la fiabilité de l’Autopilot prévient la NHTSA

Tesla : n’utilisez pas vos enfants pour tester la fiabilité de l’Autopilot prévient la NHTSA

Un fan de Tesla lançait il y a quelques jours un appel pour recruter des enfants afin de démontrer la fiabilité des aides à la conduite de Tesla. Une très mauvaise idée d’après le régulateur américain.

autopilot tesla

Il y a quelques semaines The Dawn Project publiait une étude relayée par une publicité pour dénoncer le manque d’efficacité du système d’Autopilot de Tesla à détecter les enfants.

L’étude émanant d’un candidat aux sénatoriales américaines, et accessoirement concurrent du logiciel d’Autopilot, a déjà été largement contestée et même soupçonnée de tricherie.

Mais un fan a voulu en faire la démonstration lui-même en utilisant dans une vidéo ses enfants pour prouver que la conduite autonome de Tesla fonctionnait parfaitement bien.

La vidéo relayée sur les réseaux sociaux agite le débat autour de l’Autopilot de Tesla, à tel point que la NHTSA, l’autorité en charge de la sécurité routière aux États-Unis, a dû publier un communiqué invitant les fans à ne pas utiliser leurs enfants pour réaliser des tests.

« Les consommateurs ne devraient jamais tenter de créer leurs propres scénarios de test ou utiliser des personnes réelles, et en particulier des enfants, pour tester les performances de la technologie des véhicules », a déclaré la NHTSA.

L’Autopilot de Tesla, une technologie qui divise

Il faut dire que le débat fait rage aux États-Unis. D’une part les détracteurs qui veulent interdire le Full System Driving (FSD) de Tesla face aux supporters de la marque.

En juin dernier, la NHTSA déclarait avoir recensé 273 accidents impliquant la conduite semi-automatique à bord d’une Tesla sur les 392 déclarés en 10 mois toutes marques confondues. Un score pour le moins inquiétant, même s’il faut signaler que les Tesla sont largement majoritaires sur ce créneau en termes de parts de marché ce qui peut provoquer une surreprésentation de la marque.

Des conclusions que conteste évidemment le constructeur qui assure qu’en moyenne, on a 9 fois moins de chances d’avoir un accident avec une Tesla qu’avec un autre véhicule.

Tesla rappelle qu’aujourd’hui la conduite totalement automatisée n’est pas activée et que l’attention du conducteur reste requise. Les accidents seraient toujours d’après le constructeur le fait de négligence des conducteurs plutôt que de défaillance du système d’Autopilot.

Source : Bloomberg