Accueil » Test » Test Surface Laptop Go : notre avis sur l’ultrabook d’entrée de gamme de Microsoft

Test Surface Laptop Go : notre avis sur l’ultrabook d’entrée de gamme de Microsoft

Pour proposer un ordinateur ultra portable à un prix (relativement) abordable, Microsoft a du consentir à quelques sacrifices en termes d’équipement. Le résultat procure néanmoins satisfaction dans le cadre d’une utilisation bureautique ou multimédia.

Image 2 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
7,5/10

Microsoft Surface Laptop Go

999,00€ > Darty
On aime
  • Ecran parfaitement calibré
  • Dalle LCD tactile
  • Lecteur d'empreintes digitales efficace
  • Poid de 1,1 Kg seulement
  • Format très compact
  • Qualité des haut-parleurs
  • Bords d'écran réduits
  • Petit prix (pour Microsoft !)
On n’aime pas
  • Clavier non rétro éclairé
  • Ecran peu lumineux
  • Faible définition d'affichage
  • Autonomie très moyenne
  • Webcam incompatible Windows Hello
Verdict :

Proposé à petit prix, le Surface Laptop Go est un PC portable équipé d’un petit écran tactile, supportant une petite définition. Ses performances sont modestes (mais suffisantes la plupart du temps) et son autonomie s’avère assez limitée pour un ultrabook, en raison d’une batterie de petite capacité. Heureusement, la qualité de fabrication est au rendez-vous, et l’écran est parfaitement calibré. Sans oublier la sécurité, qui est assurée par un lecteur d’empreintes digitales efficace. Au final, la configuration s’avère plaisante à utiliser.

plus

Jusqu’à présent, parmi les ordinateurs portables « conventionnels » proposés par Microsoft, outre les tablettes de la gamme Surface, il y a avait le Surface Laptop, un PC portable « conventionnel », qui est aujourd’hui vendu dans sa troisième mouture (lire notre test du Surface Laptop 2 lancé l’année dernière). Et à l’instar de la tablette Surface Pro, le ticket d’entrée pour cet ordinateur portable est assez élevé, puisque la plus petite configuration est proposée par Microsoft au prix de 1149 € !

Image 3 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Donc, de la même façon que le constructeur avait lancé la Surface Go, une tablette d’entrée de gamme nettement moins onéreuse que la Surface Pro, une version Go du Surface Laptop est désormais en vente, à un prix nettement plus abordable : à partir de 629 €. Mais ce dernier ne comprend que 4 Go de mémoire, ce qui peut convenir dans le cadre d’une utilisation très légère (une ou deux applications ouvertes simultanément).

Avec son format compact et son poids réduit, le Surface Laptop Go appartient à la famille des Ultrabooks. Sa vocation est de vous permettre de réaliser diverses tâches simples en toutes circonstances : travailler à l’aide d’applications bureautiques, surfer sur le Web, se divertir en regardant des vidéos, etc. Mais, à l’instar des autres ultrabooks, il ne permet pas de jouer dans d’excellentes conditions, sauf à Candy Crush Saga et à certains « petits jeux », qui ne font pas intensément appel à la 3D.

Image 4 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

D’ailleurs, les principaux arguments de vente avancés par Microsoft concernent l’autonomie (jusqu’à 13 heures), la facilité de transport liée au petit format, les performances du processeurs Core i5 de dixième génération et la qualité de sa Webcam HD…

Comparatifs et tests des meilleurs PC portables 2020 par marque

Surface Laptop Go vs Surface Laptop

Les différences entre le nouveau Surface Laptop Go et le Surface Laptop se situent principalement au niveau de l’affichage. En effet, Microsoft a retenu un écran de plus petite taille pour le Surface Laptop Go : 12,4 pouces contre 13,5 pouces le « petit » Surface Laptop (qui existe également en modèle de 15 pouces).

Image 5 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

De plus, la définition d’affichage diminue elle aussi : elle passe de 2256 x 1504 pixels (soit 201 points par pouces) sur le Surface Laptop de 13,5 pouces à seulement 1536 x 1024 pixels (148 ppp) sur le nouvel ordinateur portable. Autre conséquence logique, le format est désormais plus compact, avec un poids réduit (1,11 Kg contre 1,29 Kg pour le Surface Laptop).

Et le principal composant, le processeur, voit lui aussi ses performances revues à la baisse. Ainsi, on passe d’un modèle Intel Core i5-1035G7 (avec circuit graphique Intel Iris Plus) sur le Surface Laptop au Core i5-1035G1 (avec circuit graphique UHD 920 intégré) pour le Surface Laptop Go.

Prix et disponibilité

Le Surface Laptop Go est d’ores et déjà disponible, sur le site de Microsoft et chez les principaux vendeurs en ligne, en trois coloris : platine, sable et bleu glacier.

Trois configurations sont proposées :

  • 4 Go de mémoire et 64 Go d’espace de stockage (eMMC) : 629 €
  • 8 Go de mémoire et 128 Go d’espace de stockage (SSD) : 799 €
  • 8 Go de mémoire et 256 d’espace de stockage (SSD) : 999 €
Image 6 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

C’est ce dernier modèle « haut de gamme »‘ que nous avons testé et dont le prix est donc inférieur de 30 % de celui du Surface Laptop « normal », qui – à composants équivalents – est proposé à 1449 €.

Le prix du Surface Laptop Go peut aussi être comparé à celui de l’ultrabook Matebook D 14 de Huawei qui intègre le processeur AMD Ryzen 5-3500U, de 599 € (avec 8 Go de mémoire et un SSD de 512 Go).

Windows 10 en mode S : pourquoi ?

Le Surface Laptop Go est livré par défaut avec Windows 10 fonctionnant en mode S. Cela signifie que le système d’exploitation est complètement verrouillée par Microsoft, dans la mesure où on ne peut installer que les applications disponibles dans le Microsoft Store, c’est-à-dire pas grand chose…

Dès lors, il est tout bonnement impossible d’installer un autre navigateur que Microsoft Edge, ou des applications et des jeux pourtant gratuits, comme Gimp (logiciel de retouche graphique), Fortnite, Magic The Gathering Arena, Hearthstone ou encore World of Tanks. Pour ce dernier, seule une version destinée aux smartphones, très différente de la version PC, est disponible sur le Microsoft Store. Ces jeux sont pourtant assez peu gourmands en ressources graphiques et pourraient fonctionner sur le Surface Laptop Go, sans compromettre le bon fonctionnement de la machine…

Image 7 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
L’installation de Chrome est dangereuse… pour Microsoft !

Bref, la première chose à faire est de revenir à une version « normale » de Windows 10 Home ! Heureusement, l’opération est très simple à réaliser et ne prend que quelques secondes (car aucune ré installation n’est requise). Il suffit de :

  • Se rendre dans les paramètres de Windows
  • Cliquer sur Mise à jour et sécurité
  • Sélectionner l’option Activation
  • Cliquer sur Accéder au Store, pour passer à Windows 10 Famille
  • Dans le Store, cliquer sur Obtenir
Image 8 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft

Quelques secondes seulement après, on se retrouve sous un Windows 10 Home « normal », où on peut à nouveau tout installer…

Une connectique toujours aussi limitée

Le nouvel Ultrabook de Microsoft a l’avantage d’être particulièrement compact et léger. En raison du petit format de son écran (12,5 pouces), la configuration ne mesure que 27,8 x 20,5 x 1,57 cm, pour un poids de seulement 1,11 Kg. C’est donc presque 200 grammes de moins que d’autres PC ultra portables comme le Dell XPS 13 (1,27 Kg) ou le HP Spectre x360 (1,3 Kg). L’Asus Zenbook Flip S pèse quant à lui seulement 1,23 Kg. Rien d’étonnant, vu que ces derniers sont dotés d’un plus grand écran, de 13,3 pouces…

Le design du Surface Laptop Go est particulièrement sobre (certains diraient austère), avec un capot en aluminium frappé du logo du constructeur. Et à l’instar de certains Surface Laptop de troisième génération, le fameux (et si agréable) repose poignets en alcantara a disparu ! Tout n’est plus que métal désormais…

Image 9 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Le clavier du PC portable n’est pas rétro éclairé (à l’exception de la touche de démarrage qui intègre le lecteur d’empreintes digitales et qui s’illumine à l’ouverture du capot), ce qui peut poser problème aux utilisateurs qui ne connaissent pas parfaitement la position de chaque lettre et qui désirent saisir du texte dans la pénombre. D’autant que la couleur grise des touches ne contraste pas beaucoup avec la sérigraphie blanche des touches…

Bien évidemment, compte tenu des dimensions de la configuration, le clavier ne comporte pas de pavé numérique. En revanche, il exploite bien toute la largeur disponible et offre une excellente qualité de frappe, ce qui est finalement le principal.

Image 10 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Touche de démarrage / lecteur d’empreintes digitales – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pour la sécurité, comme nous l’avons déjà dit, le lecteur d’empreintes digitales est intégré à la touche de démarrage. Le fonctionnement de ce dernier est irréprochable, puisqu’il identifie rapidement l’utilisateur quasiment à tous les coups. Certains pourront regretter que le lecteur d’empreintes digitales ne puisse pas être remplacé par la reconnaissance du visage, puisque la Webcam n’est pas compatible Windows Hello !

Le pavé tactile, quant à lui, est de bonne taille. Et sa surface en verre permet à l’index de glisser dessus sans aucun à-coup.

La connectique du Surface Laptop Go est exactement la même que celle du Surface Laptop de 13,5 ou 15 pouces. Elle est donc aussi limitée. Elle est entièrement placée du côté gauche de l’ordinateur. Ainsi, on y trouve deux ports USB, dont un de type C (qui n’est pas compatible Thunderbolt) et un de type A. Le tout est complété par un prise casque.

Image 11 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

A droite, ne figure que le connecteur Surface Connect, qui permet de raccorder la câble d’alimentation. L’avantage de ce dernier réside dans le fait qu’il est maintenu en place par aimantation et peut donc très facilement se déconnecter si – par exemple – on se prend les pied dans le câble (ce qui peut arriver !). Pour les maladroits ou les rêveurs, cela évite de projeter le PC portable sur le carrelage…

Image 12 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Port Surface Connect – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

L’inconvénient est qu’il ne faut absolument pas oublier d’emporter l’adaptateur secteur fourni sous peine de tomber à termes en panne de batterie. Car celle-ci ne peut pas être rechargée par l’intermédiaire d’une connexion USB C…

Image 13 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Port Surface Connect – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Dommage, Microsoft n’a pas ressenti le besoin de fournir un adaptateur, qui pourtant aurait pu s’avérer utile pour se connecter à un réseau Ethernet, à un moniteur, via un câble HDMI, ou pour pouvoir brancher à la fois une clé USB, une imprimante et une souris par exemple…

Pour les communications et les transferts de donnés sans fil, le PC est compatible avec les technologies Bluetooth 5 et Wi-Fi 6 (ax).

Un écran bien calibré mais peu adapté aux films

L’écran de 12,4 pouces du Surface Laptop Go supporte une définition assez basse, de 1536 x 1024 pixels. C’est donc un mode intermédiaire entre le 720p, qui correspond à une définition de 1280 x 720 pixels, ou plus généralement 1366 x 768 pixels sur les ordinateurs portables d’entrée de gamme, et le mode Full HD, ou 1080p, ou 1920 x 1080 pixels.

Et au final, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, la différence avec un écran Full HD n’est pas si flagrante. La lisibilité des sites Web est bonne, sans avoir à modifier le coefficient de zoom dans les paramètres d’affichage de Windows 10.

Image 14 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
The Revenant sur l’écran 3:2 du Surface Laptop Go

Son format 3:2 se distingue du ratio « traditionnel » de 16:9 (ou 16:10) adopté par la plupart des constructeurs d’Ultrabook (hormis certaines configurations comme le Matebook X de Huawei), par une image un peu plus carrée (plus haute et moins large).

Image 15 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
The Revenant sur l’écran 16:10 du Dell XPS 13

Cela rend l’écran plus propice à la consultation des sites Web qu’au visionnage de vidéo. En effet, en raison de leur format Cinemascope (2,39:1 ou 2,4:1), la plupart des films sont affichés avec de très larges barres noires au dessus et au dessous de l’image (sinon on ne verrait pas les bords gauche et droit de l’image originelle). Celles-ci sont un peu moins imposantes si on visionne le même film sur un écran au format 16:9 (ou 1,77:1).

Les séries, destinées à être affichées sur les téléviseurs 16:9, occupent une plus grand partie de l’écran du Surface Laptop Go, avec encore de plus petites bandes noires (alors que ces dernières sont inexistantes sur les écrans au format 16:9). Certaines séries sont toutefois filmées en Cinemascope et « souffrent » donc des énormes bordures noires…

Image 16 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Au-delà de sa dalle LCD, l’écran du Surface Laptop Go arbore des bords assez réduits, sur les quatre côtés : 7 mm en haut, à gauche et à droite, et 16 mm en bas.

Les deux derniers points, importants, concernant l’écran, sont que la dalle LCD est tactile, ce qui peut faciliter dans certains cas l’utilisation des applications, et qu’elle est particulièrement brillante, ce qui peut perturber la lisibilité dans des environnements très éclairés…

La qualité d’affichage est particulièrement convaincante. Et pour s’en convaincre, il suffit de regarder les différentes mesures que nous avons effectuées à l’aide de notre sonde X-Rite i1Display Pro Plus.

Tout d’abord, celle-ci a relevé une luminosité maximale de 367 nits, ce qui n’est pas très élevé, mais complètement suffisant pour obtenir des images suffisamment claires dans le cadre d’une utilisation en intérieur.

Image 17 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

D’autre part, le contraste maximal de l’écran a été mesuré à 1111:1, ce qui est satisfaisant pour une dalle LCD (sans plus). Cela suffit pour obtenir des noirs convaincants dans les films et les séries qui usent et abusent des scènes qui se déroulent de nuit.

Très bon point, les couleurs sont superbement reproduites. En effet, la sonde a relevé un DeltaE moyen de seulement 1,8, ce qui indique une excellente fidélité des couleurs.

Enfin, pour ne rien gâcher, la température des couleurs est parfaitement neutre, puisqu’elle est de 6577 K. Rappelons qu’une température de 6500K est généralement celle que l’on désire obtenir car le blanc affiché correspond alors à la lumière naturelle du jour.

Des performances suffisantes, sauf pour les jeux

Contrairement au Surface Laptop 3 de 13,5 pouces, qui est doté selon les modèles d’un processeur Intel Core i5 ou Core i7 de dixième génération, doté d’une puce graphique Iris Plus, le Surface Laptop Go embarque une puce Intel Core i5-1035G1 de dixième génération (nom de code Ice Lake). Il s’agit d’un modèle doté de quatre cœurs physiques, cadencés à 1,2 GHz et pouvant grimper à 3,6 GHz en mode Turbo (sur un seul cœur), ou 3,3 GHz sur tous les cœurs. Son TDP est de 15 ou 25 watts. Et il intègre un circuit graphique des plus basiques, le Intel UHD Graphics 920.

L’ensemble délivre un niveau de performances tout à fait suffisant pour une utilisation bureautique et multimédia quotidienne. Par exemple, aucun ralentissement n’a été constaté après avoir ouvert une douzaine d’onglets dans la navigateur Internet (Chrome en l’occurrence).

Image 18 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft

Le benchmark PC Mark 10, qui mesure les performances bureautiques de la configuration, procure un indice de 3237. Ce résultat est logique, si on le compare aux scores de 4606 et 4467, respectivement obtenus avec les Dell XPS 13 et HP Spectre x360, qui sont tous les deux dotés d’un processeur Intel Core i7-1065G7 (quatre coeurs cadencés à 1,3/3,9 GHz avec puce graphique Intel Iris Plus).

Le résultat du Surface Laptop Go est aussi à comparer au score obtenu par le duo constitué par le processeur AMD Ryzen 5 3500U et le circuit graphique Radeon Vega 8, embarqué dans le Huawei Matebook D 2020 que nous avons testé en début d’année : 3787, soit 15 % supérieur…

Pour la 3D, plutôt que d’obtenir un indice théorique à l’aide de l’application 3D Mark, nous avons préféré passer directement à la pratique, par l’intermédiaire de deux jeux peu gourmands en ressources graphiques : Fortnite et World Of Tanks.

Image 19 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Avec Fortnite, les réglages s’ajustent par défaut en qualité Moyenne, avec un maximum de 30 images par secondes (ips). Et la, force est de constater que le jeu est un peu optimiste ! En effet, on se rend rapidement compte que les animations comprennent le plus souvent environ 15 images par seconde et que les ralentissements soudains sont nombreux. Le jeu n’est donc pas très plaisant dans ces conditions.

En revanche, si on bascule les graphismes en basse qualité, les animation s’avèrent plus fluides, avec 30 images par seconde au maximum. Visuellement, le résultat est moins séduisant, mais ça permet tout de même de se détendre (!) un peu à l’occasion…

Image 20 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft
Microsoft Surface Laptop Go – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Le constat est à peu près le même avec World of Tanks. Le jeu s’ajuste automatiquement en qualité Basse, qui procure une excellente fluidité (plus des 60 ips supportés par l’écran). En qualité Moyenne, on atteint tout de même 30 à 35 ips, ce qui est plutôt correct ! En revanche, en mode graphique Elevé, on tourne plutôt autour des 20 ips la plupart du temps, ce qui est insuffisant pour obtenir une très bonne expérience de jeu…

On notera d’autre part que les performances observées sur le Huawei Matebook D étaient supérieures : 50 images par secondes en Full HD avec le niveau graphique Moyen.

D’autre part, le son délivré par le Surface Laptop Go s’avère assez satisfaisant. Ses haut-parleurs offre une bonne puissance. Ces derniers, placés sous la machine, peuvent faire illusion lorsqu’il s’agit de regarder un film ou une série, pour jouer ou écouter de la musique. Dans ce dernier cas, tout dépend toutefois du style musical écouté, qui doit pouvoir s’apprécier avec des basses minimales.

Bien sur, comme très souvent sur les PC portables, il est préférable d’utiliser un casque pour bénéficier d’un rendu audio plus satisfaisant, en particulier avec des basses dignes de ce nom…

Image 21 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft

Enfin, les prestations de la Webcam 720p ne sont pas exceptionnelles. Nos interlocuteurs ont confirmés recevoir une image moyennement précise, avec toutefois un son de bonne qualité (il est capté par deux micros). La définition n’étant pas très élevée, l’image apparaît pixelisée si on la regarde en plein écran avec une définition Full HD.

Une autonomie un peu faiblarde

Le Surface Laptop Go est équipé d’une batterie de 39 Wh, ce qui n’est pas très élevé, notamment si on la compare à celles de 52 Wh du Dell XPS 13 et de 60 Wh pour le HP Spectre x360. Elle est néanmoins suffisante compte tenu de l’équipement, peu performant et donc peu énergivore.

Lors de nos tests, réalisés avec une luminosité de 200 nits, le benchmark en ligne BaseMark Web 3 a fonctionné pendant 2 h 45 minutes, ce qui est dans le même ordre de grandeur que l’Asus Zenbook Flip S que nous avons récemment testé (2 h 53 min). C’est toutefois nettement moins que l’autonomie obtenue sur le Dell XPS 13 ou le HP Spectre x360.

Image 22 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft

En utilisant le test d’autonomie intégré à l’application PC Mark 10, on obtient un score de 08 h 17 min, ce qui – encore une fois – est très moyen (le Flips S d’Asus a fonctionné 8 h 42 min, malgré un processeur plus performant, un Core i7 de onzième génération).

Enfin, la lecture d’un film de 2h30 en streaming sous Netflix a fait baisser le niveau de charge de la batterie de 38 % ! En extrapolant, on peut donc tabler sur environ 6 h 34 min d’autonomie en vidéo. Pas terrible !

Image 23 : Test Surface Laptop Go : notre avis sur l'ultrabook d'entrée de gamme de Microsoft

Pour ne pas terminer sur une note trop négative, signalons que le bloc d’alimentation fourni, de 39 watts, a l’avantage d’être de petite taille, ce qui permet de le caser facilement dans un sac, aux côté du PC portable.

De plus, il autorise une recharge assez rapide de la batterie. Ainsi, nous avons pu constater que cette dernière avait retrouvé 19 % de sa charge en 15 minutes, puis 37 % au bout d’une demie heure et enfin 94 % après une heure…