La photo numérique et le sport

Du matériel de professionnel

Quatre hommes pour l’athlétisme. Cinq photographes de l’Équipe en tout pour un évènement comme les Jeux Olympiques. Chacun s’envolera pour Pékin bien équipé.

Pierre emportera avec lui trois appareils minimum, même s’il sait que sur place les géants de la photo seront présents et pourront les dépanner en cas de problème.

Un boitier fétiche

« J’ai systématiquement deux appareils que je garde toujours avec moi. On a aussi un ou deux boîtiers télécommandés. Ceux par exemple que l’on place sur la ligne d’arrivée du 100m, et que l’on déclenche à distance. On a une petite télécommande pour actionner le dispositif. Ca permet d’avoir des angles différents. Ils sont de plus en plus utilisés, surtout aux Jeux Olympiques car on a finalement assez peu accès aux zones sportives. »

Ajoutons à cela, des objectifs, cinq en tout (14 – 17/35 - 24-70 – 80/200 et donc le 400). Une préférence ? Évidemment. « J’utilise toujours le même matériel… Un optique de base… un 400 mm pour les photos en action. Le 80/200 sert aussi pour les portraits. Et puis je me sers du 17/35 pour les photos d’ambiance. Un boîtier Mark III. Avec un tel boîtier, on peut faire entre 8 et 10 images par seconde. C’est important qu’il soit de bonne qualité. À l’Équipe, on choisit notre matériel. Je bosse avec Canon », avoue-t-il dans un sourire.

Canon, le meilleur selon lui pour attraper ces instants rares. L’émotion du médaillé. Le bonheur du buteur. La détresse du gardien dépassé. « J’adore chiper ces moments là... »