Comparatif des meilleurs reflex grand public

La stabilisation généralisée et les logiciels fournis

La stabilisation

Canon EOS 450DDeux options sont possibles en terme de stabilisation : la stabilisation mécanique du capteur et la stabilisation optique. La première, dont sont dotés le Sony α350 et le Pentax K 200D, a pour avantage d’offrir sans surcoût une compensation des mouvements de l’appareil pour l’ensemble des objectifs adaptables sur un reflex. La seconde, intégrées aux objectifs livrés en kit avec le Canon EOS 450D et le Nikon D60, est plus efficace. Elle oblige néanmoins à disposer d’optiques spécifiques plus onéreuses à qualité égale.

Du point de vue de l’efficacité, nos tests confirment la règle : on gagne en moyenne 3,5 vitesses avec les stabilisations optiques testées (leurs résultats sont équivalents) et 2,5 avec les α350 et K 200D une fois le stabilisateur enclenché. Le fait qu’aucun des objectifs testés ne soit vraiment un téléobjectif (celui de Sony, le plus long, en position extrême correspond à une optique de portrait) explique l’écart d’un seul IL entre les deux systèmes.

Logiciels fournis

Les principaux logiciels fournis avec les appareils testés peuvent se distinguer selon deux catégories : les développeurs de fichiers Raw (les plus importants) et les navigateurs, qui facilitent le classement des images sans se révéler indispensables. C’est pourquoi nous ne nous appesantirons pas sur ces derniers.

Sony α350Fourni avec l’α350, le meilleur logiciel de développement testé est Image Data Converter. Complet, il dispose de nombreuses fonctions et il permet vraiment de travailler finement le développement de ses images. Digital Photo Professionnal, fourni avec le Canon 450D, est un peu moins bien fourni et un peu moins clair à notre goût. Viennent ensuite Pentax Photo Laboratory, plutôt bien fait, et Nikon ViewNX (qui fait également office de navigateur), vraiment rudimentaire. Dommage que Nikon ne fournisse pas l’excellent Capture NX avec ses modèles d’entrée de gamme.

Pour être complet, il faut tout de même signaler l’attention apportée par Canon à la présence de deux utilitaires supplémentaires bienvenus. EOS utility, qui ravira les aficionados du studio en leur permettant de piloter l’appareil depuis l’ordinateur ou le transfert direct des fichiers au moyen d’une connexion optionnelle. Plus anecdotique, Picture Style Editor qui, comme son nom l’indique, permet de créer de nouveau styles d’images depuis votre ordinateur (et donc de disposer éventuellement d’un écran calibré pour cela).