[Test] Nikon D7500 : un boîtier reflex très sérieux, mais très cher

Une solide qualité d’image

Le D7500 est équipé d’un processeur Expeed 5 de dernière génération et d’un nouveau capteur de 20,9 millions de pixels dénué de filtre passe-bas. Le choix est suffisamment rare hors de la gamme professionnelle pour être souligné : on assiste à une légère baisse de la définition (le D7200 proposait des images de 24 mégapixels) au profit d’un meilleur rendement lorsque la luminosité chute. Cet abandon du marketing des pixels prouve en tout cas que le public amateur expert/éclairé a atteint aux yeux du fabricant une maturité suffisante pour cela, et c’est en soit une très bonne nouvelle. D’autant plus que les résultats sont au rendez-vous !

Étant donné le positionnement expert du D7500, nous avons fait le choix de comparer la qualité des images brutes, avant que chacun y aille de son post-traitement. Nous avons donc respecté la procédure standard : les Raw sont développés en Tiff 16 bits avec les réglages par défaut du logiciel constructeur afin de tester au plus près la qualité du matériel avant toute intervention externe.

Jusqu’à 400 iso la différence entre les différentes sensibilités est presque imperceptible. À partir de 800 iso on peut remarquer l’apparition d’un bruit léger. La qualité d’image se dégrade ensuite progressivement, mais même à 12800 iso (voire 25600 iso selon la taille d’agrandissement envisagée) les images restent parfaitement exploitables pour peu que l’on accepte l’idée esthétique du grain, des résultats qui place les dispositifs Nikon au coude à coude avec ses tout meilleurs concurrents. La sensibilité 51200 iso, pour laquelle on note une nette dérive de la granulation, mais pas de bruit de chrominance, est à réserver aux cas vraiment impératifs.

Les sensibilités supérieures sont des extensions notées sous la forme HI x, où x évolue de 1 à 5 pour marquer le saut d’un IL à chaque valeur, et sont beaucoup plus problématiques. Honnêtement, vu la dégradation à la hache de la qualité des images, on est en droit de se questionner quant à l’intérêt des valeurs supérieures à HI2. Certes on ne sait jamais, vu la tendance à explorer les limites de la représentation de certains plasticiens, mais les autres pourront passer leur chemin.

100 ISO100 ISO

200 ISO200 ISO

400 ISO400 ISO

800 ISO800 ISO

1600 ISO1600 ISO

3200 ISO3200 ISO

6400 ISO6400 ISO

12800 ISO12800 ISO

1600 ISO1600 ISO

3200 ISO3200 ISO

6400 ISO6400 ISO

12800 ISO12800 ISO

25600 ISO25600 ISO

51200 ISO51200 ISO

102400 ISO102400 ISO

204800 ISO204800 ISO

409600 ISO409600 ISO

819200 ISO819200 ISO

1638400 ISO1638400 ISO

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire