Test MSI Claw : le PC-console sous Intel, qui veut se faire aussi gros que le ROG Ally

En embarquant un SoC Intel de dernière génération en lieu et place des APU Z1 Extreme d’AMD, MSI ouvre une nouvelle voie, pleine de promesses et d’interrogations. La puce Intel est-elle aussi puissante ? Assure-t-elle une meilleure autonomie ? Bref, le MSI Claw vaut-il le détour ?

Sommaire
MSI Claw PC Console Windows 11

Un nouveau concurrent entre dans l’arène ! Après Asus, qui a ouvert le bal avec sa ROG Ally, défiant le Steam Deck, de Valve, et Lenovo, qui a poussé un convaincant Legion Go sur ce marché naissant des PC-consoles portables, voici venir MSI, toutes griffes dehors. Annoncé en janvier, son Claw arrive alors que le combat fait rage, mais il a dans sa manche un atout, ou en tout cas un élément différenciant : sa puce. Contrairement à toutes les machines de ce genre, depuis le Steam Deck, ce n’est pas un APU signé AMD qu’on trouve en son sein, mais un fier représentant de la quatorzième génération de Core d’Intel, un Meteor Lake, baptisé Core Ultra 7-155H. Qu’est-ce cela change ? Des petits bonshommes bleus vivent-ils cachés dans cette console ? La présence d’une puce Intel a-t-elle un impact sur le prix de la bête ? Que de questions, et nos réponses.

MSI Claw PC Console Windows 11

💸 Quel est le prix du MSI Claw ?

Depuis le lancement de la ROG Ally, l’exercice tarifaire semble bien rodé. Les modèles haut de gamme de ces PC-consoles aux airs de Switch musclée se vendent environ 799 euros, tandis que les appareils un peu moins puissants se positionnent à des prix descendants jusqu’à 500 euros environ. C’est le cas de la ROG Ally d’entrée de gamme, notamment.

Précommandable depuis le 1er mars dernier, et commercialisé à partir du 20 mars 2024 :

  • le MSI Claw est vendu 899 euros, dans sa version Core Ultra 7-155H ;
  • le MSI Claw est vendu 799 euros, dans sa version Core Ultra 5-135H.

Le tarif de la version haut de gamme est donc légèrement supérieur à ce que pratique la concurrence. Reste à voir ce que propose le PC-console de MSI pour ce tarif.

MSI Claw PC Console Windows 11

À lire aussi : où acheter la MSI Claw A1M au meilleur prix ?

🎛️ Caractéristiques techniques : une première dans l’ère Intel

Le couple Wintel est vieux comme le monde, ou presque. Trouver un processeur Intel dans un PC ne défraie généralement pas vraiment la chronique. D’autant qu’on a déjà vu passer le Core Ultra 7-155H dans des ultraportables, comme le Zenbook 14 OLED, d’Asus, sorti en décembre dernier. Il y avait d’ailleurs marqué des points grâce à une belle autonomie et des performances très honnêtes.

Toutefois, les choses sont ici un peu différentes. Car, le MSI Claw est le premier PC de ce genre relativement nouveau à compter sur une puce Intel et non un APU AMD, comme les Ryzen Z1 et Z1 Extreme. Il y a donc ici un véritable enjeu : ce SoC Intel tient-il le choc ? La réponse, un peu plus bas.

Quoi qu’il en soit cette fusion CPU et GPU repose sur un ensemble de 16 cœurs pour la partie CPU :

  • six cœurs haute performance, dit cœurs P, cadencés au maximum à 4,8 GHz ;
  • huit cœurs basse consommation, les cœurs E, cadencés à 3,8 GHz ;
  • et, enfin, deux cœurs très basse consommation, les cœurs LPE, qui ne dépassent pas les 2,5 GHz.
MSI Claw PC Console Windows 11

La partie graphique est assurée par une puce Intel Arc, qui porte donc haut les couleurs du « nouvel » effort d’Intel dans ce domaine. Attention toutefois, ce n’est pas ici une carte dédiée, comme peut l’être l’Arc A770, mais bien un élément intégré au sein du SoC du géant de Santa Clara.

La puce graphique, qui embarque huit unités de calculs, des « Xe Cores », est capable d’accélérer matériellement le rendu des graphismes en ray-tracing et peut pousser sa fréquence de fonctionnement jusqu’à 2,25 GHz. Evidemment, le Core ultra 755H ne pourra pas se permettre dans le MSI Claw de pousser ses performances au maximum. Son enveloppe énergétique maximale de 115 W en mode Turbo est impossible à tenir dans un PC-console, quel qu’il soit.

Attention, toutefois, l’ensemble ne bénéficiera pas de la même enveloppe thermique que quand nous l’avons rencontré dans l’ultraportable d’Asus. Il est en effet ici capé à 45 W.

MSI Claw PC Console Windows 11
  • Processeur : Intel Core Ultra 7-155H (6 cœurs P, 8 cœurs E basse consommation, 2 cœurs LPE très basse consommation) avec Intel Arc (8 unités calcul Xe)
  • Mémoire vive : 16 Go
  • Stockage : 512 Go (SSD PCIe 4.0 NVMe M.2)
  • Taille de l’écran tactile : 7 pouces LCD IPS
  • Définition de l’écran : Full HD (1920 x 1080 – 16:9)
  • Rafraîchissement de l’écran : 120 Hz
  • Connectique sans-fil : Wi-Fi 7, Bluetooth 5.4
  • Connectique filaire : 1x USB-C (Thunderbolt 4), 1x combo audio jack, 1x microSDXC (UHS-II, jusqu’à 2 To)
  • Haut-parleur : 2 x 2W
  • Sécurité : Lecteur d’empreintes digitales
  • Alimentation : USB-C 65 W
  • Batterie : 53 Wh
  • Dimensions : 29,4 x 11,7 x 2,12cm
  • Poids : 675 g
  • Système d’exploitation : Windows 11 Familiale

Quoi qu’il en soit, MSI accompagne sa configuration tout-Intel de 16 Go de mémoire vive et d’un stockage de 1 To, qui pourra être étendu grâce à une carte SDXC, placé sur le gauche de la tranche supérieure droite. Comme les ROG Ally, le Claw bénéficie d’une dalle LCD IPS de 7 pouces Full HD, sur laquelle nous reviendrons.

MSI Claw PC Console Windows 11

Par ailleurs, le PC-console de MSI est également compatible avec le Wi-Fi 7 – la présence d’une puce Intel Killer explique bien sûr la présence de la dernière version de la technologie sans-fil. A noter que pour l’heure, les pilotes disponibles ne permettent pas à une machine sous Windows 11 de se connecter en profitant pleinement de ce dernier standard, c’est le Wi-Fi 6E, qui prend la main en l’espèce. On bénéficie donc malgré tout de la bande de fréquences des 6 GHz, dès qu’on se connecte à un routeur compatible, évidemment.

La partie audio est assuré par deux haut-parleurs. Sans être surpuissants, ils arrivent à offrir une couverture sonore très correcte, avec des basses assez présentes, des aigus qu’on distingue plutôt bien et des médiums corrects. On n’a pas là affaire à une sono à décoller le papier-peint, mais dans un boîtier aussi compact, la promesse est tenue, et l’audio accompagne bien les jeux.

À lire aussi : notre comparatif des meilleures consoles portables.

🧑‍🎨 Design et ergonomie : classique et efficace

Il y a dans la bataille des PC-consoles portables aux airs de Switch sous anabolisants deux approches. Celle de la Switch pur jus, que Lenovo a fait sienne avec son Legion Go, et qui voit les manettes se détacher de l’écran pour offrir plus de liberté ou de modes de jeu. Et puis, il y a celle de la Switch Lite, où tout reste bien amarré, indissociable. C’est la voie des ROG Ally et du MSI Claw.

Ce dernier est un peu plus large et haut que son adversaire direct, mais propose somme toute un design très proche.

MSI Claw PC Console Windows 11

L’écran reste au centre de tout, comme il se doit, on y reviendra. MSI répartit les boutons et les joysticks de chaque côté sans faire dans l’exubérance ou la surenchère. On trouve ainsi deux joysticks à effet Hall, pour une meilleure durabilité. Ils sont soulignés par un cercle de LED RGB – on a tout de même affaire à une machine de joueur… Il est possible d’ajuster la Mystic Light, c’est le nom que MSI donne à ces effets lumineux, pour qu’ils ne soient pas trop hypnotiques.

En tout cas, une fois qu’on aura évité les pulsations lumineuses un peu trop éblouissantes, cet éclairage d’appoint est bienvenu quand on joue dans le noir. Il permet également d’éclairer, à gauche, le d-pad confortable, qui s’enfonce beaucoup, le rendant un peu moins performant et rapide pour les jeux de baston pour lesquels on l’utilise généralement. A droite, l’habituelle rosace des quatre boutons XYAB profite également de cet éclairage coloré…

MSI Claw PC Console Windows 11

MSI a également ajouté quatre boutons, qui mènent à des menus ou réglages. De chaque côté, les boutons du dessus correspondent à ceux qu’on trouve sur les manettes Xbox. Au moins, les joueurs PC/Xbox ne seront pas perdus. Juste en dessous, on trouve des boutons spécifiques au Claw.
A gauche, c’est le bouton qui lance le MSI Center M, interface conçue pour « consoliser » et simplifier votre expérience d’utilisation. A droite, le bouton invoque un centre de contrôles personnalisables.

MSI Claw PC Console Windows 11
De gauche à droite, la prise USB-C, l’emplacement pour une carte SDXC, et le bouton Marche/Arrêt.

Sur la tranche supérieure, et sans surprise, MSI fournit ce qu’un joueur est en droit d’attendre, deux boutons de tranche et deux gâchettes à effet Hall également. On chipotera peut-être un peu en disant que l’arrête sur laquelle repose le doigt aurait pu être un peu plus arrondie mais sans doute est-ce une question de taille ou de positionnement de la main.

Pour ceux qui aiment les boutons macro, il leur faudra les chercher du bout du doigt au niveau de l’arrière du PC-console. Ils sont plutôt bien placés et permettent un déclenchement rapide et facile des coups.

Comme Asus pour son ROG Ally, la charge se fait en USB-C et par le haut. Il n’y a qu’un port. Seul Lenovo avec son Legion Go a eu la bonne idée de placer un port sur les deux tranches de son PC, afin de laisser le choix en fonction de ce qui est le moins gênant pour l’utilisateur.

MSI Claw PC Console Windows 11
L’écran du Claw est très agréable.

📺 Ecran : 7 pouces au centre de l’attention

Si on voulait schématiser, ces PC-console sont essentiellement un petit PC caché derrière un écran. Pas étonnant dès lors que celui-ci prenne toute l’attention, malgré des bordures assez imposantes.
Comme Asus, MSI a opté pour une dalle LCD IPS de 7 pouces Full HD (ratio 16:9). Seul Lenovo et son Legion GO s’est aventuré sur le terrain d’une définition d’écran plus élevée, et pas forcément à tort.

Quoi qu’il en soit, là où Lenovo propose un écran rafraîchi à 144 Hz, MSI marche une fois encore dans les pas d’Asus et de ses ROG Ally, avec une vitesse de rafraîchissement de 120 Hz. Une bonne nouvelle pour les jeux qui atteindront la quantité d’images par seconde nécessaire, mais la plupart des titres n’y arriveront pas, surtout ceux qui ont été pensés pour tourner à un maximum de 60 images par seconde. C’est malgré tout bon de savoir que la fluidité sera là, à disposition.

MSI Claw PC Console Windows 11

En revanche, il est possible que ces 120 Hz aient un petit impact sur la luminosité. Annoncée à 500 cd/m2, nous l’avons mesurée à 407 cd/m2. C’est suffisant pour jouer en intérieur, mais risque d’être problématique dès que vous vous retrouverez dans un environnement avec une ou plusieurs sources de lumière puissante, comme une terrasse printanière ou un hamac estival. Sur ce point, les ROG Ally et Legion GO font mieux.

Le taux de contraste de la dalle est plutôt correct à 1268:1. Cela sert joliment les couleurs, bien mises en valeur par des noirs assez profonds et bien marqués.

Nos mesures de colorimétrie révèlent que la dalle reproduit fidèlement les couleurs demandées. Avec un Delta E 2000 de 2,81, on est en deçà du cap des 3 à partir duquel un œil humain normal ne fait plus la différence entre la vraie valeur d’une couleur et celle qui est affichée. On peut donc dire que dans ce domaine, MSI marque des points. Par ailleurs, la couverture du gamut sRGB est assurée à un peu plus de 100%, avec un léger débordement dans les bleus, couleur qui domine légèrement.

Parlons brièvement de la partie tactile. La dalle est réactive et précise, et c’est une bonne chose, car sauf à avoir un clavier Bluetooth il vous faudra beaucoup utiliser le clavier virtuel (et donc tactile) de Windows…

MSI Claw PC Console Windows 11
Un bouton donne accès aux raccourcis essentiels, dont celui du clavier virtuel…

🎚Logiciel : Windows et MSI Center M, le pis-aller

Comme tous les concurrents du Steam Deck, le MSI Claw est animé par Windows 11, édition Famille. Et comme pour les ROG Ally et autres Legion GO, c’est autant une chance qu’une petite malédiction.

Oui, vous pourrez ainsi sans souci installer les clients de toutes les plates-formes vidéoludiques PC pour lesquelles vous avez un compte et des jeux. De Steam à Epic Games, en passant par le PC Game Pass, tout fonctionne sans encombre et la seule limite aux titres que vous pourrez exécuter est en définitive la puissance de ce PC-console. En cela, Windows est donc plutôt une bonne nouvelle.

MSI Claw PC Console Windows 11

Toutefois, et on passe de l’autre côté, celui de la « malédiction », l’interface et l’ergonomie de Windows 11 ne sont pas réellement pensées pour les petits écrans avec lesquels on interagit de manière tactile majoritairement. Cela veut dire qu’il vous faudra apprendre à cliquer avec précision du bout de votre gros doigt ou jouer du clavier virtuel pour saisir une adresse, un mot de passe, etc. Et c’est sans oublier, le lot habituel des utilisateurs de Windows : les mises à jour régulières de l’OS et des divers pilotes. Un mal encore plus prégnant sur ce Claw, de MSI, nous y reviendrons.

Comme ses concurrents, MSI propose évidemment une application pour tenter d’offrir une expérience ergonomique plus proche de celle d’une console, avec des tuiles bien lisibles, faciles à sélectionner et identifier. Le MSI Center M s’ouvre par défaut au lancement de Windows et prend la main visuellement. Il propose l’accès à votre bibliothèque de jeux (tous les jeux installés) et peut vous renvoyer vers les différentes plates-formes (Steam, Battlenet, mais pas GOG, même si les jeux figurent bien dans la bibliothèque). Quand on dit renvoyer, c’est bien cela, cliquer sur le logo Steam vous renverra à Windows et la fenêtre applicative de Steam. MSI, pas plus que ses concurrents, n’a réussi à offrir une sorte de méta-mode Big picture, qui nous éviterait de revenir à Windows si souvent, avec ses petites fenêtres, ses menus pas trop adaptés, etc.

MSI Claw PC Console Windows 11
Le MSI Center est une application qui tente de donner des airs de console au MSI Claw, avec plus ou moins de succès.

Pourtant, MSI essaie de nous faciliter la vie. Comme sur les autres PC de ce type, une simple pression sur un bouton dédié donne un accès rapide à des réglages essentiels (que vous pouvez choisir). On trouve ainsi au bout du doigt la luminosité et le volume (qu’on peut aussi régler avec des boutons dédiés sur la tranche supérieur), mais aussi la capture de l’écran ou encore le Bluetooth. Mais les options les plus importantes sont évidemment les réglages touchant directement aux performances de la plate-forme Intel.

🪲 Bug et petite mésaventure

Nous avons la chance de pouvoir utiliser le Claw assez longuement et vu passer plusieurs mises à jour des pilotes Intel, mais aussi du MSI Center. Nous avons également rencontré quelques problèmes que nous n’avions jamais eu avec les ROG Ally et Legion Go. Des jeux qui refusent de s’exécuter ou plantent soudainement. Mais plus gênant, il nous a fallu créer une nouvelle session d’utilisateur sur notre Claw de test car le mode Gamepad ne s’activait plus et il était impossible de mapper les boutons. Autrement dit, il était impossible de jouer au Claw autrement qu’avec un clavier et une souris Bluetooth. Ce qui va clairement à l’encontre de la conception hybride de ce genre de produit, qui prend les composants et le logiciel d’un PC pour en faire une console portable. Ce bug ne s’est toutefois plus manifesté avec notre nouveau compte utilisateur et depuis une mise à jour du MSI Center. Espérons que vous ne connaîtrez pas ce souci. Mais c’est toutefois aussi surprenant que désagréable.

MSI Claw PC Console Windows 11
Le MSI Player permet d’exécuter des jeux Android avec, sauf raté, le support de la manette…

🤖 MSI App Player : il y en a un peu plus, je vous le mets quand même ?

Et si vos centaines de jeux PC répartis sur Steam, GOG, Uplay et autres ne vous suffisent pas (plus ?), MSI a pour vous une petite attention. Son MSI App Player permet en effet d’installer des applications Android sur Windows. Contrairement à la fonction installée par défaut dans Windows et qui pointe vers l’Amazon Appstore, vous avez ici le droit de télécharger vos titres mobiles préférés directement depuis le Play Store, de Google, ce qui est la garantie de forcément retrouver vos petits.

Vous pourrez donc continuer votre progression commencée sur votre smartphone avec toute le confort proposé par le Claw, que ce soit au niveau de l’écran plus grand (même si parfois les smartphones ne sont pas mal pourvus en la matière) ou des commandes. Nous avons essayé plusieurs de nos titres habituels, Diablo Immortal, Asphalt ou encore Dead Cells, et n’avons rencontré aucun problème de ralentissement ou même de prise en charge des sticks et boutons du Claw.

MSI Claw PC Console Windows 11
Le MSI Player permet le téléchargement d’application depuis le Play Store, de Google.

On n’ira pas jusqu’à dire que le MSI App Player est la fonction que nous avons sollicitée souvent, mais c’est un bon moyen de profiter de jeux Android qui gagnent à être parcourus autrement qu’en interagissant avec des commandes tactiles. Un petit plus bienvenu, en quelque sorte. Même si on regrettera que les réglages, créations de profils de commande et autres demandent de passer par une interface avec laquelle il est difficile d’interagir de manière tactile, et même avec un curseur. La taille de l’interface est le premier problème, le second tient au fait que certains contrôles nécessitent… des raccourcis clavier pour être accessibles. Une fois encore, le revers de la médaille d’être sous Windows.

Image 5 : Test MSI Claw : le PC-console sous Intel, qui veut se faire aussi gros que le ROG Ally

🚀 Performances : une puce dans un mouchoir de poche

Tous les concurrents du MSI Claw sont animés par une puce AMD, portant haut les couleurs de l’APU Phoenix. MSI a fait le choix d’une puce Intel de 14e génération, porteuse d’une partie graphique solide. Il s’agit d’un Core Ultra 7 155H, qu’on a déjà pu croiser, on l’a dit, dans des ultraportables. Bien entendu, vu la taille et les contraintes liées au design d’un PC-console, la puce ne sera pas poussée à son maximum et ne déploiera donc pas autant de puissance que dans un boîtier plus large, où la dissipation thermique est moins problématique.

Le Core Ultra 7 compte 16 cœurs CPU, pour un total de 22 threads, et un mode Turbo à 4,8 GHz pour les cœurs les plus performants, qui peuvent en théorie consommer jusqu’à 115 W en mode Turbo, ce qui ne sera évidemment jamais le cas ici. A cette partie CPU, s’ajoutent 8 unités de calcul graphiques Arc Xe. L’ensemble se partage 16 Go de mémoire vive LPDDR5 à 6,4 GHz.

MSI Claw PC Console Windows 11
L’arrière du Claw est très ajouré pour permettre à l’air de circuler facilement.

Le MSI Claw est refroidi par un système HyperFlow, composés de deux ventilateurs qui vont projeter l’air réchauffé au contact des composants vers l’extérieur, notamment au travers de l’arrière de l’appareil qui est essentiellement composé d’une grille. L’approche semble bien fonctionner car même si le Claw ventile quand on le sollicite, il arrive à rester relativement discret – surtout en mode Equilibré, où les ventilateurs ne tournent qu’à 4 100 tours par minute, contre 4 500 en mode Performances.

Et d’ailleurs, vous pourrez présider à cette discrétion, ou en tout cas, faire en sorte d’adapter la puissance dégagée au jeu que vous cherchez à faire tourner. Car comme beaucoup de PC de gaming et tous les PC-console du marché, le Claw permet de faire varier la vitesse des ventilateurs et également la puissance électrique accordée à l’APU d’Intel. L’utilisateur peut compter sur quatre pré-réglages :

  • Mode AI Engine (où des algorithmes ajustent la consommation en fonction des besoins) ;
  • Mode Performances (45 W) ;
  • Mode Equilibré (35 W) ;
  • Mode Super batterie (15 W).

Pour prendre la mesure de cette puce et de l’impact de ces quatre modes d’alimentation sur ses performances, nous avons fait tourner Geekbench 6, dont les scores Single Core et Multi Core sont les plus pertinents.

MSI Claw PC Console Windows 11

On constate ainsi que les trois premiers modes offrent des performances assez proches avec ce logiciel de test, avec un avantage logique à celui qui permet à la puce de consommer le plus. Le mode Super batterie est largement en deça des trois autres réglages, et ne devra donc être utilisé a priori que pour des jeux peu gourmands.

Vous aurez également remarqué que nous avons ajouté les résultats obtenus avec le Z1 Extreme d’AMD (au sein du Lenovo Legion Go). On constate alors que la puce d’Intel est plus performante.

MSI Claw PC Console Windows 11

Quand on se tourne vers un outil de bench synthétique dédié à l’estimation des performances graphiques, en l’occurrence 3Dmark TimeSpy, on constate une légère différence. En effet, le mode Equilibré est celui qui donne les meilleurs résultats. Sans être totalement certain, il nous semble que cela peut s’expliquer par le fait qu’en mode performances, la partie CPU va prendre la main sur la consommation électrique, laissant moins de marge à la partie GPU. Alors que dans les réglages « équilibrés », les huit coeurs GPU peuvent en définitive consommer plus et donc être plus performants.

Nous avons observé cette répartition des performances graphiques au sein des jeux, systématiquement. En définitive, sauf pour des jeux qui requièrent un CPU au top, mieux vaudra opter pour une répartition équilibrée.

🍰 Performances : la question de l’optimisation et des pilotes

En plus de ces quatre modes « automatiques », il existe une mode Manuel mais il ne nous a pas semblé offrir autant de profondeur et d’options que sur les puces AMD, notamment quand on cherche à jouer avec l’attribution des 16 Go de RAM entre le CPU et le GPU.

Ce qui nous mène à un point sur lequel le MSI Claw a encore des airs de chantiers : les pilotes graphiques. Ce n’est pas tant du fait du constructeur taïwanais que de celui d’Intel. Le géant américain semble encore avoir des soucis avec la distribution de ses pilotes. Lors de nos tests, qui n’ont pas été réalisés avec la version des pilotes finales, il nous a fallu installer les drivers Intel depuis son site. Pour la bonne et simple raison que Windows Update n’était pas à même de nous les proposer. Pire, il nous proposait une version « dépassée ». Pratique !

MSI Claw PC Console Windows 11

C’est d’autant plus regrettable que l’architecture Arc, encore relativement jeune, a beaucoup à gagner avec des pilotes plus récents, autant pour gagner en performances que pour prendre en charge certains jeux plus ou moins anciens.

Dans ces conditions, qui s’ajoutent aux contraintes du format du boîtier qui le contient, il est clair que le MSI Claw va devoir trouver son équilibre pour offrir le meilleur de sa configuration. Un équilibre que le temps et les mises à jour renforceront, espérons-le.

Comme nous le disions, la version des pilotes prévue pour la sortie du MSI Claw n’est pas encore disponible à l’heure où nous rédigeons ces lignes. Néanmoins, nous avons pu réaliser nos mesures avec deux versions de pilotes déjà, et les résultats ne devraient pas changer du tout au tout.

MSI Claw PC Console Windows 11

Commençons par ce qui fait le plus mal. Cyberpunk 2077 est un jeu parfait pour éprouver ce genre de machine. D’une part, parce qu’il est graphiquement exigeant, et d’autre part, parce qu’il a fait l’objet de beaucoup d’attention. Il a ainsi un mode Steam Deck qui lui permet de tourner sans encombre sur les ROG Ally et Legion Go, si tant est qu’on accepte de réduire la définition de jeu.

MSI Claw PC Console Windows 11

Avec le MSI Claw, on constate que la puce d’Intel n’arrive pas à être aussi performante que le Phoenix d’AMD. Le nombre d’images par seconde marque à chaque fois une forte différence, à l’avantage des APU « historiques », qui équipent les ROG Ally. On peut se dire que c’est une question de temps, d’optimisation, mais même en activant le XeSS, d’Intel, on n’atteint pas de résultats meilleurs que ceux obtenus avec les réglages pensés pour le Steam Deck. Même si en 1 280 x 720 pixels, on flirte avec le cap des 42 images par seconde – ce qui devient jouable.

Des titres réputés exigeants, comme Metro Exodus, demanderont également de faire quelques sacrifices, et de faire une croix sur le mode Super batterie, vous l’aurez compris. Ainsi, en qualité High, et en 1280 x 720, nous avons presque atteint les 35 images par seconde. Il suffirait de réduire un peu nos exigences graphiques pour que le titre devienne plus confortablement jouable.

Même chose avec Assassin’s Creed Valhalla. Il faudra opter pour une définition basse et des détails graphiques réduits pour pouvoir jouer le plus confortablement possible. Même si on notera qu’en niveau de qualité Moyen, on franchit le cap des 40 images par seconde en 1 280 x 720 pixels et qu’en niveau Faible, on dépasse ce seuil en Full HD, en mode Equilibré.

MSI Claw PC Console Windows 11

Un titre comme Red Dead Redemption peine à dépasser ce plancher en deça duquel la jouabilité est correcte. Tandis qu’un jeu comme The Witcher 3 pourra tout à fait être parcouru sans ralentissement en réduisant la voilure de vos ambitions graphiques et en poussant le Core Ultra d’Intel en mode Performances ou Equilibré, que nous vous recommandons.

Bien entendu, si ces titres gourmands sont parfois à la peine, le MSI Claw est également capable de faire tourner une multitude de titres plus anciens ou moins exigeants très correctement. Street Fighter 6 s’exécute de manière très fluide – quand il ne plante pas. Diablo IV s’exécute sans heurt, et des titres en pixel design vous offriront toute la fluidité dont ils sont capables. Un PC-console qui fait tourner Dead Cells ne peut être totalement raté…

MSI Claw PC Console Windows 11

🔋 Autonomie : mieux, mais pas fou

Les PC portables ne sont jamais des champions de l’autonomie, et les PC-consoles partagent cette malédiction. Si tous y sont soumis, tous ne rendent pas les armes aussi vite. Ainsi, là où le Lenovo Legion Go que nous avons testé a tenu 3h27, et où le ROG Ally Z1 capitulait au bout de 2h25 lors de notre test d’autonomie en streaming vidéo 4K, le MSI Claw a tenu presque une heure de plus à 4h24. Voilà qui est donc une bonne nouvelle, même si on ne pourra s’enthousiasmer pour autant.

Pour donner une idée plus précise de ce que le Claw donne en jeu nous avons chronométré nos sessions, écran à 100% de luminosité, afin que ce pôle de consommation d’énergie pèse équitablement dans les trois mesures. Nous avons fait tourner trois titres, Dead Cells, qui est une promenade de santé pour le Claw et son Core Ultra, Diablo IV, qui demande un peu plus de puissance et enfin Cyberpunk 2077. Nous avons obtenu les autonomies ci-dessous :

  • Dead Cells (Mode Engine AI) : 231 minutes
  • Diablo IV (Mode Engine AI) :  194 minutes
  • Cyberpunk 2077 (Mode Engine AI) : 80 minutes

Pas de quoi traverser une après-midi pluvieuse sous la couette ou dans un train, mais en conservant le chargeur à portée de main, cela devrait vous permettre d’égayer vos journées d’avant le printemps…

MSI Claw PC Console Windows 11

Par ailleurs, nous avons également mesuré le temps de charge du MSI Claw, avec son chargeur de 65 W livré de série – chargeur qui nécessite une grosse prise et donc deux câbles et est un peu plus encombrant que celui du ROG Ally, par exemple. Nous avons atteint les 50% en 37 minutes et les 100 en 95 minutes. C’est un peu plus long que pour le Legion Go, mais la batterie du MSI Claw est un peu plus grosse, à 53 Wh, contre 49,2 Wh pour le PC de Lenovo.

⚖️ Notre verdict du test du MSI Claw A1M

Image 8 : Test MSI Claw : le PC-console sous Intel, qui veut se faire aussi gros que le ROG Ally
6/10

MSI Claw A1M

Le premier Steam Deck killer sous Intel

  • MSI Claw A1M-042FR – Ultra 7
    899€
  • 899€
    Voir l’offre
  • 899€
    Voir l’offre
  • 899.99€
    Voir l’offre
  • 899.99€
    Voir l’offre
  • 1,055.31€
    Voir l’offre
On aime
  • La finition solide et confortable en main
  • L’écran confortable et vaste
  • Windows, en tant que plate-forme de jeux
  • La dissipation de chaleur efficace et assez silencieuse
  • Le XeSS, quand il fonctionne bien, et la liste des jeux optimisés qui s’allonge régulièrement
  • Un peu plus autonome que la concurrence
On n’aime pas
  • Des bugs dans un produit en version (quasi) finale
  • Le mode Engine AI qui n’est pas optimal
  • L’autonomie toujours très réduite
  • Intel Arc est prometteur mais est toujours un chantier en cours
  • Le prix un peu plus élevé que celui de la concurrence
Verdict :

Bien fini, confortable, un peu plus endurant que la concurrence, le MSI Claw est aussi doté d’une belle dalle et fait l’effort d’offrir des joysticks et des gâchettes plus durables. Le Core Ultra 7 est également prometteur, et la plate-forme Arc réussit quelques jolis coups, mais semble arriver trop tôt. En tout cas, les pilotes ne lui rendent pas justice, et le XeSS est une sorte d’arme à double tranchant qui ne fonctionne pas toujours. En définitive, là où la puce d’Intel devrait être plus puissante, elle paraît davantage à la peine pour exécuter confortablement nos jeux au quotidien – quand ils ne paraissent pas instables. Un Steam Deck-like sous Intel, c’était une première. Et objectivement, ce n’est pas franchement un raté, même si son prix plus élevé fait grincer des dents. D’autant qu’on ne peut se départir de l’impression que la route est encore longue pour qu’Intel fasse aussi bien qu’AMD sur ce terrain de jeu très particulier des PC-consoles.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !