Accueil » Guide d'achat » Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

1 : Les questions à se poser avant d’acheter 2 : Les applications qui accompagnent les montres et bracelets connectés

Les mesures des bracelets et des montres connectés

Outre la consultation de l’heure ou des notifications, le suivi de l’activité physique est l’un des principaux intérêts des montres et bracelets connectés. Il s’agit aussi cependant d’un de leurs principaux problèmes. En effet, les données sont souvent basées sur des calculs qui ne peuvent prétendre à une fiabilité absolue. Elles sont le résultat de la combinaison des mesures des capteurs et d’algorithmes qui les pondèrent. Il est vrai aussi que le corps humain n’est pas simple à modéliser. Alors, quel que soit votre choix, utilisez les données fournies pour vous fixer des objectifs et non dans le but d’obtenir des mesures parfaitement fiables.

Image 1 : Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

Charge HR de Fitbit

La fréquence cardiaque et les pas

Aujourd’hui, quasiment tous les bracelets et montres connectées permettent de mesurer votre rythme cardiaque grâce aux changements de lumière reflétés dans les vaisseaux sanguins du poignet.

Nous avons comparé les mesures de rythme cardiaque et de distance fournies par deux bracelets, les Fitbit Charge HR et Garmin Vivosmart HR. Nous les avons mises en relation avec celles d’une ceinture sportive de la marque Polar et un GPS. Comme on peut le remarquer, les données cardiaques sont relativement fiables, mais la mesure des distances varie sensiblement (jusqu’à2 km d’écart). Pour la plus grande précision, on préférera donc se tourner vers un bracelet ou une montre directement munis d’une puce GPS. Les différents constructeurs ont travaillé sur l’intégration des puces GPS pour proposer désormais des produits relativement fins. On pense notamment au Garmin Vivosport ou à l’Apple Watch 4. Pour la mesure de la fréquence cardiaque, plusieurs technologies plus ou moins sophistiquées sont utilisées : Garmin Elevate, Precision Prime chez Polar… L’objectif est bien entendu la précision et la possibilité de s’affranchir des conditions extérieures comme la transpiration. D’une manière générale, les sportifs les plus aguerris considèrent que les mesures prises avec des sangles abdominales sont plus précises.

Image 2 : Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

Apple va encore plus loin avec son Apple Watch 4 depuis l’arrivée récente de WatchOS 5.2, son système d’exploitation. En effet, cette mise à jour apporte pour les consommateurs français l’application ECG et la notification d’arythmie. Cette app s’apparente à un relevé d’électrocardiogramme qui enregistre donc le rythme cardiaque de la personne qui porte la montre lorsque celle-ci ressent un symptôme inquiétant tel qu’un rythme étonnamment rapide ou une extrasystole c’est-à-dire un rythme irrégulier. L’Apple Watch 4 sera aussi capable de lancer une notification si elle détecte une arythmie.

Image 3 : Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

La distance

Pour la distance, c’est l’accéléromètre, recoupé avec la taille du porteur du bracelet, qui estime les mesures. Pour plus de précision, il faut se tourner vers l’incontournable GPS. Testés lors d’une marche de 1,1 km, la plupart donneront une estimation correcte, même s’ils restent largement influencés par les mouvements du bras. Si donc vous tenez quelque chose à la main équipée du bracelet, les calculs seront logiquement moins généreux. Il en va de même pour les capteurs de mouvement qu’il vaut mieux clipser sur un vêtement afin d’avoir les mesures les plus fiables possible.

Image 4 : Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

Vívosmart HR de Garmin et Charge HR de Fitbit

Les calories dépensées

Pour estimer la dépense calorique, les bracelets et montres connectés s’appuient d’abord sur les informations fournies par le porteur du bracelet (taille, poids, âge…). À partir de ces données, le nombre de calories métaboliques (celles que vous brûlerez quoiqu’il arrive) va être estimé. Les chiffres sont évidemment très variables d’un individu à l’autre, mais se situent environ entre 40 et 100 calories de l’heure en moyenne. Une femme de petite taille brûlera beaucoup moins qu’un homme de grand gabarit.Interviennent alors les calories actives (celles qui dépendent de l’exercice que vous faites) qui sont estimées d’après les données récoltées par l’accéléromètre.

Très souvent les bracelets ne proposent qu’une seule mesure, celle du nombre total de calories brûlées. Certains, en revanche, opèrent un distinguo entre calories métaboliques et calories actives. Mais ces données restent globalement impossibles à vérifier sans effectuer des tests poussés en laboratoire. Il faut donc considérer qu’il ne s’agit que d’un ordre de grandeur. Si l’on en croit Laure Jouteau, directrice marketing et communication de Cityzen Sciences (une société spécialisée dans l’intégration de capteurs dans des textiles à destination des sportifs), le calcul des calories effectué uniquement à partir du nombre de pas donné par l’accéléromètre comporte un taux d’erreur de 30 %.

Aujourd’hui, des modèles haut de gamme destinés aux sportifs sont capables de mesurer le taux d’oxygène dans le sang. Ils disposent parfois aussi d’un baromètre, d’un altimètre barométrique…

Image 5 : Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

Le sommeil

C’est sûrement au sujet du sommeil que les mesures deviennent le plus souvent approximatives. La plupart des bracelets équipés de leur seul accéléromètre tentent d’estimer la qualité de votre sommeil en vous fournissant notamment une répartition entre sommeil léger et profond. C’est donc votre propension à gigoter pendant la nuit qui sera analysée. Autant dire qu’au matin vous ne serez pas toujours en phase avec les résultats affichés.

Le réveil

C’est sûrement au sujet du sommeil que les mesures deviennent le plus souvent approximatives. La plupart des bracelets équipés de leur seul accéléromètre tentent d’estimer la qualité de votre sommeil en vous fournissant notamment une répartition entre sommeil léger et profond. C’est donc votre propension à gigoter pendant la nuit qui sera analysée. Autant dire qu’au matin vous ne serez pas toujours en phase avec les résultats affichés.Fitbit met sa mesure de la qualité du sommeil avec le suivi de santé féminine que la marque américaine met beaucoup en avant ces dernières années. La qualité du sommeil dépend en partie du moment du cycle dans lequel l’utilisatrice se trouve.

Un très grand nombre, sinon la quasi-totalité, des montres et bracelets connectés dispose d’un réveil silencieux. Pour vous prévenir qu’il est l’heure de se lever, le bracelet vibre en silence à votre bras, avec relance régulière. Idéal pour la paix des ménages !

Image 6 : Montres et bracelets connectés : comment choisir ? Lequel acheter ?

Par ailleurs, certains modèles proposent de vous réveiller dans une plage horaire en fonction de l’intensité de votre sommeil. Si, par exemple, vous vous levez au plus tard à 7 h, vous pouvez définir une plage horaire de 30 minutes (à vous de voir) pendant laquelle vous laissez votre bracelet prendre l’initiative de vous réveiller selon l’intensité de votre sommeil. Résultat des courses, le réveil sonnera régulièrement à 6 h 30 (au lieu de 7 h). Et dans ces moments-là, vous aurez surtout l’impression de vous être fait voler 30 minutes de sommeil au lieu de ressentir les bienfaits d’un réveil épanoui et en phase avec vos cycles.

Sommaire :

  1. Les questions à se poser avant d’acheter
  2. Les applications qui accompagnent les montres et bracelets connectés
  3. Les mesures des bracelets et des montres connectés