http://media.bestofmicro.com/5/G/698740/original/liseuse2.jpg

Comparatif liseuses : Kindle, Kobo, tea, Bookeen, Nolim

Ecran et gestion de l'éclairage

Au premier abord les différences ne sautent pas aux yeux. Les écrans utilisent plus ou moins la même technologie d'encre électronique et affichent une résolution quasi identique (de 212 à 300 ppp). Il faut donc y regarder de plus près pour constater les différences.

La Kindle Voyage (à droite) comme la Paperwhite 2015 de 7e génération (au centre) proposent des résolutions de 300 ppp. Une différence de qualité qui ne saute pas aux yeux comparée aux 212 ppp de la version 2013 de 6e génération (à gauche).La Kindle Voyage (à droite) comme la Paperwhite 2015 de 7e génération (au centre) proposent des résolutions de 300 ppp. Une différence de qualité qui ne saute pas aux yeux comparée aux 212 ppp de la version 2013 de 6e génération (à gauche).

La principale d’entre elles, c’est la variation qui existe dans la couleur du fond de page. En plaçant toutes les liseuses côte à côte, on obtient une large palette de gris plus ou moins jaune, bleu, vert… Au final, la page blanche reste un fantasme. D’ailleurs les livres papier ne disposent pas plus du privilège d’un blanc parfait. Mais lors de la lecture, ces variations s’oublient vite et il est toujours possible d'utiliser l’éclairage pour obtenir un blanc plus blanc.

La gestion de l’éclairage

C’est lorsque l’on active l’éclairage que l’écart se creuse. La grande perdante à ce jeu est la Muse Frontlight de Bookeen. On a vraiment la sensation de voir les LED s’allumer sur les bords de l’écran et l’éclairage n’est pas parfaitement homogène. De plus, activer ou modifier la lumière provoque l’effacement partiel de certaines lignes en général placées dans le milieu de l’écran

La Tea Touch Lux 3 et la Nolim de Carrefour s’en tirent très honorablement pour la diffusion de la lumière. Mais la liseuse d’Amazon ainsi que les Kobo se détachent nettement sur la gestion de l’éclairage en offrant une diffusion impeccable. A moins de la pousser au maximum, ce qui en pratique sera peu (voir pas du tout) utilisé, on s’aperçoit à peine que l’éclairage est activé.

La Kobo Aura, la Kindle 2013 et la Kindle 2012, luminosité à 50%.La Kobo Aura, la Kindle 2013 et la Kindle 2012, luminosité à 50%.

On observera également des effets de rémanence sur quasiment tous les modèles. Heureusement, au cours de la lecture ce problème ne se fait pas vraiment sentir et il est possible dans les paramètres de forcer le rafraichissement des pages pour effacer le problème.

La Kindle sur l’affichage d’une couverture révèle un effet de rémanence. La Kindle sur l’affichage d’une couverture révèle un effet de rémanence.

Verdict : La Kindle et les Kobo (Aura et Glo HD) emportent ce match notamment en raison de leur qualité d’affichage lorsque l’éclairage est activé.