Accueil » Actualité » Exit la radio, la NASA veut du laser pour ses communications spatiales

Exit la radio, la NASA veut du laser pour ses communications spatiales

Après un retard de deux ans, le Laser Communications Relay Demonstration (LCRD) est prêt à être lancé. La NASA compte tester une nouvelle technologie de communication spatiale par laser.

Selon l’agence spatiale américaine, ces lasers permettront d’envoyer 10 à 100 fois plus de données vers la Terre qu’en utilisant les fréquences radio. Cette avancée répondra à l’appétit croissant de la NASA et des entreprises privées en matière de télécommunications orbitales. La NASA, qui prévoit un retour de l’homme sur la lune d’ici à la fin des années 2020, est la première concernée. Dans un futur proche, une nouvelle station spatiale privée nommée Starlab devrait être mise en orbite.

Communication laser - Crédit : NASA
Communication laser – Crédit : NASA

Ce grand nombre d’entreprises privées venant s’ajouter aux diverses missions des agences spatiales gouvernementales, il devient alors nécessaire de diversifier les moyens de communication. Ainsi, l’utilisation de ces lasers permettra également d’éviter les problèmes d’encombrement des radiofréquences classiques. Le démonstrateur sera placé en orbite géosynchrone à 35 786 km d’altitude, et testera les communications laser pendant au moins deux ans.

NASA : une communication par laser depuis la Lune à 600 mégabits par seconde

Cette mission fait suite à un certain nombre de tests du même genre effectués par d’autres agences ces dernières années, la NASA cherchant à rendre cette technologie opérationnelle au plus vite. Le test le plus concluant a eu lieu en 2013, lorsque d’une démonstration de communications laser entre la Terre et la Lune. Cet émetteur, embarqué sur la sonde LADEE (Lunar Atmosphere and Dust Environment Explorer) de la NASA, a battu des records de vitesse en renvoyant des données depuis la lune à 600 mégabits par seconde.

La nouvelle technologie qui sera testée par la NASA sera encore plus moderne et fiable que les précédents. Trudy Kortes, directrice des démonstrations technologiques de la NASA, déclare ainsi : « Ce nouveau système proposera des taux de transmission de données plus élevés, mais sera également optimisé en matière de taille, de poids et de puissance. Il sera plus petit, plus léger, et consommera moins d’énergie que son prédécesseur ». Le lancement est prévu pour le 4 décembre prochain.

Source : space.com