Accueil » Actualité » Tchernobyl : un drone confirme que le réacteur numéro 5 ne contient pas d’uranium

Tchernobyl : un drone confirme que le réacteur numéro 5 ne contient pas d’uranium

Un drone a filmé le réacteur 5 de la centrale nucléaire tristement célèbre de Tchernobyl en Ukraine.

Le 26 avril 1986 s’est produit la plus grande catastrophe nucléaire de l’histoire de l’humanité. Le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl a pris feu, avant d’exploser. Le drame a déversé des quantités dramatiques de composés radioactifs dans l’air, et entraîné des répercussions dans toute l’Europe. Les émissions radioactives produites par l’explosion étaient 400 fois plus élevées que celles de la bombe nucléaire larguée sur Hiroshima. Aujourd’hui la zone est toujours dangereuse à cause des radiations. Une mission a été lancée pour détecter d’éventuels résidus radioactifs autour du réacteur numéro 5, qui était en fin de construction au moment de la catastrophe.

Crédits : Pixabay
Crédits : Pixabay

L’entrée du réacteur numéro 5 se situe à 70 mètres de haut, et il est particulièrement difficile d’y accéder. C’est un drone fabriqué par Flyability, entreprise d’origine suisse, qui a été choisi pour effectuer cette mission. Le but de celle-ci était d’inspecter le réacteur afin de repérer d’éventuels déchets radioactifs. Le drone en question, nommé Elios 2, a été spécialement conçu pour ce genre de tâches. Renforcé sur les côtés pour prévenir les collisions, et contrôlable sur de longues distances, l’appareil semblait idéal pour cette mission.

Tchernobyl : Le réacteur numéro 5 ne présente aucune trace de déchets radioactifs

La crainte à l’origine de cette opération supposait que de l’uranium soit présent dans les bassins de refroidissement du réacteur numéro 5. Comme celui-ci était en fin de construction au moment de l’explosion, il devait recevoir ses barres de combustible sous peu. Mais la catastrophe a causé une grande confusion, et personne n’était capable de confirmer si l’uranium avait déjà été mis en place ou non. Finalement, Elios 2 a pu filmer les bassins et montrer qu’ils étaient bien vides.

La mission était considérée comme compliquée, même en utilisant un drone. Mais elle s’est heureusement, parfaitement déroulée. La crainte initiale était que le signal ne serait pas suffisant pour garder le contrôle sur le drone à cause de la hauteur du point d’entrée. « Mais la mission a été un succès, et les responsables de Tchernobyl ont été très heureux de la vidéo et des images que nous avons pu recueillir à l’intérieur du réacteur n° 5 », a déclaré Charles Rey, responsable de la formation, sur le site web de Flyability.

[Vidéo] Un drone survole Tchernobyl 28 ans après la catastrophe

Source : Fredzone