Accueil » Dossier » Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Image 1 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Ce que Nintendo ne vous a pas dit sur la Switch

La Switch est enfin arrivée, et avec elle un nouveau concept de console comme seul Nintendo sait les faire : la possibilité de passer d’un geste d’une console de salon à une console portable. Si le concept est plutôt séduisant, la console en elle-même n’est toutefois pas encore proche de la perfection, et quelques problèmes liés au lancement de la machine seraient toutefois à déplorer.

Évidemment, la Switch n’est certainement pas la première console à connaître quelques ratés au démarrage. On se souvient tous, par exemple, des problèmes de pixels morts de la PSP à son lancement, et surtout au tristement célèbre Red Ring of Death de la Xbox 360. Globalement, toute nouvelle console arrive avec son propre lot de problèmes plus ou moins graves faisant de l’ombre à son lancement.

Dans les premiers jours d’existence de la Switch, il est encore trop tôt pour dire si ces problèmes pourront vraiment entacher réellement la vie de la console et de ses utilisateurs. Mais ces quelques soucis ont déjà été constatés par certains utilisateurs, et ont heureusement le plus souvent une solution simple que nous vous expliquons.

Image 2 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

L’écran se raie à cause du dock

  • C’est quoi le problème ? En principe, l’idée de pouvoir transformer une console de salon en console portable est assez excitante. En pratique en revanche, elle ne se fait pas sans risque.
    Certains utilisateurs, dont les tenanciers du site Glixel, ont en effet eu la mauvaise surprise, en retirant leur Switch de son dock, de voir des rayures sur l’écran de la console. En cause, les patins fixés sur le dock de la Switch et censés empêcher qu’elle ne puisse trop basculer lorsque la console est intégrée dans sa base. Il s’agit en fait de patins en plastique rigide qui peuvent occasionner des frottements contre l’écran et même le rayer si l’insertion ou la prise en main de la console se fait un peu trop brutalement.
  • Et quelle est la solution ? Sur Reddit, un utilisateur imaginatif a eu l’idée de rajouter des patins en plastique mou par-dessus ceux du dock. Les frottements sont alors moindres et l’écran de la console est mieux protégé. Il est également possible de passer, plus simplement, par un film protecteur d’écran comme il en existe pour smartphones, trouvable notamment sur Amazon.
Image 3 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Il n’est pas possible de transférer ses sauvegardes

  • C’est quoi le problème ? Avec seulement 32 Go de stockage interne, la capacité de la Switch est pour le moins limitée. Heureusement, il est possible d’utiliser une carte microSD par exemple pour enregistrer des contenus supplémentaires comme des jeux dématérialisés.
    Malheureusement, ce n’est pas le cas des sauvegardes de vos jeux. Qu’il s’agisse de jeux physiques sous forme de cartouches ou de jeux dématérialisés, toutes les sauvegardes se feront nécessairement dans le stockage interne de la console. Pire encore, il est impossible de transférer ces sauvegardes sur une carte microSD pour libérer temporairement de l’espace disque, par exemple, comme le précise Nintendo sur son site de FAQ : « Même si vous utilisez un jeu sur support physique, ces données ne sont pas sauvegardées sur la carte de jeu. Il est également impossible de les sauvegarder sur une carte microSD ».
  • Et quelle est la solution ? Faire le plus de place possible sur la mémoire interne de la console pour la réserver aux sauvegardes. Il est ainsi possible d’installer les jeux sur une carte microSD ou de transférer les captures d’écran ou autres données directement sur un stockage externe afin de libérer de l’espace.
Image 4 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Les pixels morts ne sont pas un problème pour Nintendo

  • C’est quoi le problème ? Dotée d’une dalle LCD, la Switch doit faire face aux défauts de cet affichage et notamment aux pixels morts ou figés. Une poignée de consommateurs ont déjà tiré la sonnette d’alarme. Nintendo a entendu leurs plaintes, mais ne s’est pas fendu de la réponse escomptée. « Un petit nombre de pixels bloqués ou morts est une caractéristique courante des écrans LCD […] Ce phénomène est normal, et ne devrait pas être considéré comme un défaut », explique la firme sur son site. Nintendo ne précise pas ce que représente pour lui un « petit nombre » et donc à partir de combien de pixels défectueux l’utilisateur peut faire une réclamation.

  • Et quelle est la solution ? Il est toujours possible de tenter de faire jouer la garantie constructrice, laquelle est de deux ans selon la législation française. Néanmoins, face à la déclaration tranchée de Nintendo, on sera plus avisé de se tourner tout d’abord vers son revendeur afin de faire jouer sa propre garantie et procéder à un échange standard.

Image 5 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Le Joy-con de gauche se déconnecte

  • C’est quoi le problème ? Les forums et réseaux sociaux se font l’écho d’un problème de déconnexion des Joy-Con et plus particulièrement du gauche. Celui-ci peut perdre le signal qui le lie à la console lorsque celle-ci est utilisée sur son dock. Des soucis de synchronisation récurrents chez certains joueurs qui hachent irrémédiablement les sessions de jeu.

  • Et quelle est la solution ? Les moins bricoleurs (ou ceux qui tiennent à leur garantie) rapporteront gentiment leur console au magasin afin de faire jouer leur garantie. Néanmoins, il risquent de se retrouver avec le même problème puisque ce problème n’est pas une malfaçon, mais une spécificité matérielle, comme l’explique la chaîne YouTube « Spawn Wave ».

    Par souci de place, Nintendo a installé une antenne Bluetooth dédiée dans le Joy-Con de droite, mais pas dans celui de gauche. Ce dernier doit donc faire avec une antenne intégrée au circuit imprimé. Une spécificité qui diminue la portée de réception et favorise donc la désynchronisation de l’accessoire.

    Pour améliorer la réception de ce Joy-Con, la solution est de l’ouvrir et de souder un bout de fil de fer sur l’antenne intégrée afin d’accroître son potentiel. Attention, une telle manipulation annule la garantie.

Image 6 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

La console plante parfois sans raison

  • C’est quoi le problème ? Comme d’autres consoles avant elle, la Switch n’est pas dépourvue de bugs. Mais le plus gênant est sans doute son écran bleu, un affichage qui n’est pas sans rappeler le même écran bleu de Windows. Néanmoins, il est plus dommageable puisqu’il s’apparente en réalité au Red Ring of Death (RRoD) de la Xbox 360 ou au Yellow Led of Death (YLoD) de la PS3, deux symptômes qui annonçaient la mort de la machine. Supportdevil, d’après son pseudo sur Reddit, explique qu’après avoir joué quelques heures à Zelda, sa console a affiché des artefacts blancs, puis a émis un son bizarre pour terminer sa chute sur le fameux écran bleu.

  • Et quelle est la solution ? De l’aveu de Nintendo, la machine de Supportdevil est morte. Défectueuse, elle doit être retournée au magasin afin de procéder à un échange en faisant jouer la garantie. Mais sans en arriver au point de l’écran bleu, d’autres utilisateurs ont observé des scintillements sur leur écran, des plantages ou des freeze en pleine partie. Autant de points qui n’ont pas pu être reproduits et pour lesquels il n’existe pas de solution, si ce n’est redémarrer la machine en priant qu’elle ne termine pas sur un écran bleu.
Image 7 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

La cartouche n’est pas toujours reconnue

  • C’est quoi le problème ? Quelques utilisateurs ont constaté un étrange phénomène au moment de l’insertion de la cartouche de jeu. Celle-ci n’est pas reconnue par la console, qui affiche désespérément un carré blanc dans l’interface, alors que l’icône de lancement du jeu devrait apparaître. Le bug semble essentiellement survenir avec Zelda : Breath of the Wild.
  • Et quelle est la solution ? Non, il ne sert à rien de souffler sur la cartouche pour que celle-ci soit reconnue. La console n’est pas non plus fautive. Il semble que le problème provienne du jeu lui-même, et non de salissures sur les connecteurs. Une solution consiste dans un premier temps à retourner le jeu en question au magasin qui vous l’a vendu, et à exiger un échange. Si le problème persiste, il faudra envisager un changement de la console, mais ce n’est qu’en dernier recours.
Image 8 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Elle chauffe en mode TV

  • C’est quoi le problème ? Lorsqu’elle est connectée à son dock, et donc reliée à une TV, la Switch booste quelque peu ses capacités pour s’adapter à la résolution maximale de 1080p qui est ainsi permise. Le problème, c’est qu’enfermée dans le boîtier qui constitue le dock, elle a tendance à voir sa température grimper quelque peu, et ce malgré le système de refroidissement mis en place par Nintendo pour éviter les surchauffes. Ce phénomène est tout à fait normal, et il n’y a normalement pas de quoi se brûler les doigts, mais il faudra tout de même faire attention avant de l’attraper à pleines mains pour la retirer de son socle et entamer une partie nomade.
  • Et quelle est la solution ? Le socle de la Switch ne devra pas être placé dans un endroit trop enfermé afin que l’air puisse circuler autour, et assurer correctement le refroidissement de la console. En l’occurrence, la Switch dispose d’un ventilateur qui évacue l’air chaud par la partie supérieure de la console, au-dessus de l’écran. Il faudra donc que cette zone reste absolument dégagée. Il est alors déconseillé de l’installer au fond d’un meuble ou sous sa TV, qui risque vite de se transformer en fournaise pour la petite console.
Image 9 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Elle est vendue sans accessoires

  • C’est quoi le problème ? Nintendo n’a pas jugé bon d’inclure d’accessoire dans la boîte de la console. Ah si, il y a bien un support manette pour les deux joy-con, mais c’est tout. Aucune housse de transport ni de petit film protecteur, alors que la console est censée être portable. À 300 euros l’appareil, c’est un peu dommage, non ?
  • Et quelle est la solution ? Il est quasiment indispensable de s’équiper d’une petite sacoche de transport, faute de quoi vous risquez de rayer l’écran, à terme. Ce type d’accessoire moins d’une dizaine d’euros et se trouve très facilement. Encore mieux : déposez un film protecteur (moins de 5 euros) sur l’écran, afin d’éviter les ennuis. Enfin, armez-vous d’un petit chiffon pour nettoyer régulièrement la console, car elle se salit vite, très vite.
Image 10 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Toutes les batteries ne la rechargent pas

  • C’est quoi le problème ? En tant que console portable, la Switch assure plutôt bien le travail, à un détail près : sa batterie peut ne pas dépasser les 3 heures sous certaines conditions en jeu continu, ce qui peut s’avérer assez court dans certains cas. Il existe évidemment des batteries portables qui permettent de contourner ce problème, à condition de disposer du bon câble USB-C, mais il se pose alors un autre souci : la Switch est très gourmande en énergie, et elle pourrait tout simplement ne pas se recharger lorsqu’elle est branchée à une batterie externe.
  • Et quelle est la solution ? Il existe heureusement des batteries qui seront capables de fournir l’énergie nécessaire à votre Switch pour lui permettre de transcender son autonomie de base. Il faudra pour cela regarder attentivement la puissance délivrée par la batterie avant l’achat. Le chargeur fourni avec la Switch délivre 15 volts pour 2,6 ampères, et c’est surtout cette dernière valeur qu’il va falloir approcher pour espérer pouvoir recharger sa console dans le train ou l’avion. Pour cela, vous pouvez notamment regarder du côté des batteries prévues pour ordinateurs portables, souvent plus puissantes que celles destinées aux smartphones, et qui pourront remplir cette tâche.
Image 11 : Les secrets inavouables de la Nintendo Switch

Tout n’est pas si noir, finalement ?

Comme vous pouvez le constater, Nintendo n’a visiblement pas tout prévu à la sortie de sa console. Les premiers utilisateurs essuient les plâtres, mais la quasi-totalité des problèmes rencontrés a déjà trouvé une solution. Et on peut d’ores et déjà parier sur une mise à jour du firmware dans les deux ou trois prochaines semaines.
À sa décharge, la console apporte aussi son lot de très bonnes surprises, sur lesquelles Nintendo n’avait pas ou peu communiqué. Il est possible par exemple d’appairer les manettes de la console à n’importe quel appareil sous Android, Windows ou macOS. Autre bon point : la carte microSD est formatée en FAT32. On peut donc lire son contenu (pratique pour récupérer des captures d’écran) depuis n’importe quels ordinateur, téléviseur, etc. Mais tout ceci fera l’objet d’un autre dossier, à découvrir très rapidement sur le site.