[Test] Kindle Voyage d’Amazon : on craque ou pas ?

Jusqu'à présent réservée au marché américain, la Kindle Voyage fait son entrée sur le marché français. Voici quelques bonnes raisons de craquer (ou pas) pour cette liseuse qui se positionne comme la Rolls de liseuses.

Oui pour la prise en main

Plus fine, plus légère avec un dos en magnésium, la prise en main de la Kindle Voyage est irréprochable. Signalons l’arrivée des capteurs « PagePress » de chaque côté de l’écran qui permettent de tourner les pages sans utiliser le tactile. On peut en régler la sensibilité et même percevoir une légère vibration qui indique que votre pression a bien été perçue. Et on prend très vite l’habitude de les utiliser pour changer de page, plutôt que de tapoter sur l’écran. Bref, un sans faute.

Il est possible de régler assez finement les capteurs PagePress qui permettent de tourner les pages.Il est possible de régler assez finement les capteurs PagePress qui permettent de tourner les pages.

Seulement 7,6 mm d'épaisseur pour la Kindle Voyage versus les 9,1 mm de la Kindle Paperwhite.Seulement 7,6 mm d'épaisseur pour la Kindle Voyage versus les 9,1 mm de la Kindle Paperwhite.

Oui, parce qu’elle a les mêmes qualités que la Kindle Paperwhite

Si la Kindle Paperwhite se classe toujours en tête de notre comparatif de liseuses, c’est pour son interface intuitive, la réactivité de son écran tactile, la qualité de ses mises en page (encore améliorée grâce à l’arrivée d’une nouvelle police), la parfaite diffusion de la lumière… Autant de caractéristiques que l’on retrouve sur la Kindle Voyage !

Oui, pour la qualité de l’écran

Comme pour la Kobo Glo HD, la Kindle Voyage offre à présent une résolution de 300 ppp et un fond d’écran qui apparaît légèrement plus blanc. La qualité de la version précédente paraissait largement suffisante, mais on ne peut pas se plaindre de cette amélioration. La surface de l’écran est à présent parfaitement lisse et si l’arrivée de la dalle en verre micro-gravé pouvait faire craindre la présence de reflets intempestifs, il n’en est rien. 

La différence de résolution d'une génération à l'autre est à peine perceptible. De gauche à droite, la Kindle Paperwhite édition 2013, la Paperwhite 2015 et la Kindle Voyage 2015.La différence de résolution d'une génération à l'autre est à peine perceptible. De gauche à droite, la Kindle Paperwhite édition 2013, la Paperwhite 2015 et la Kindle Voyage 2015.

Non, pour le réglage automatique de la luminosité

Et si c’était une fausse bonne idée. La Kindle Voyage se propose de régler à votre place le niveau de la luminosité en fonction du lieu où vous vous trouvez. Et cela fonctionne plutôt bien même si l’éclairage proposé ne tient pas compte, par exemple, du fait que vous portez des lunettes de soleil. Il faut environ une trentaine de secondes pour que le réglage s’adapte, largement plus de temps qu’il ne vous en faut pour effectuer manuellement ce changement. De plus, lors d’une séance de lecture la luminosité s’est soudainement modifiée alors que l’éclairage ambiant n’avait pas changé. Bien sûr, il est possible de désactiver cette fonction et c’est souvent ce que l’on finit par faire après quelque temps d’utilisation.

Oui et non pour la cover Origami

Il y a de quoi être sceptique parfois quant à l’intérêt des coques qui alourdissent les liseuses et nuisent à la prise en main. Pourtant après quelque temps d’utilisation, force est de constater que l'étui Origami proposé avec la Kindle Voyage est assez réussi. Son principal atout est d'être magnétique ce qui permet de l’enlever (pour profiter du côté poids plume de la Kindle Voyage pendant une séance de lecture) et de le remettre très facilement.

Son rabat se plie de façon à créer un support vertical pour pouvoir dans certains cas lire sans même avoir à tenir sa liseuse. Et on trouve finalement plus d’occasions qu’on ne l’imagine de s’en servir. Une fois rabattu, il offre une très bonne protection même lâché au fond d’un sac à main

Et enfin, fonctionnalité standard avec ce genre d'étui, l'Origami active automatiquement l’allumage à son ouverture, et inversement, la mise en veille à sa fermeture.

Mais voilà… après avoir déboursé 190 euros pour la Kindle Voyage (sans parler de la version 3G qui atteint 250 euros), il faudra ajouter 45 euros pour s’offrir cet étui, et avouons-le, ça commence à chiffrer !

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire