[Test] LG 65SK9500, que vaut le nouveau téléviseur LCD 4K de LG ?

4 raisons de craquer (ou pas) pour le LG 65SK9500

S’agissant de téléviseurs, LG est surtout connu pour ses impressionnants modèles OLED. Mais le constructeur propose également des TV LCD très performantes. Avec sa diagonale de 65 pouces, le LG 65SK9500 est plus abordable que les modèles OLED de LG, ce qui ne l’empêche pas de bénéficier d’une résolution 4K, du HDR, d’une partie audio fantastique et de fonctions connectées. On aurait aimé une meilleure prévision dans les couleurs, mais quoi qu’il en soit, c’est certainement l'un des meilleurs téléviseurs LCD aujourd’hui.

>>> Comparatif : quelles sont les meilleures TV ?

Oui et non, pour le design

Il est intéressant de noter que la gamme Super UHD de LG diffère de ses modèles OLED. En premier lieu, la technologie retenue ici reste le LCD associé à la technologie Nano Cell de LG qui est destinée à améliorer la fidélité des couleurs et la profondeur des noirs. Une solution similaire à bien des égards à celle de Samsung avec ses téléviseurs QLED.

L'autre différence majeure se trouve au niveau du châssis qui est logiquement plus épais et plus lourd pour accommoder le rétroéclairage, les filtres polarisés et le panneau LCD lui-même.

Malgré l’épaisseur, le design des modèles Super UHD de LG est toujours aussi élégant et attrayant. A ce titre, la face arrière est habillée avec un panneau en plastique qui affiche une finition texturée plutôt réussie. Les bords sont en polycarbonate transparent avec des accents de cuivre.

Le pied du 65SK9500 s’appuie sur une base large et courbée qui marie le métal et une finition brossée teintée or. Le pied est composé de deux parties qu’il faut visser avant de l’accrocher à l'arrière du châssis du téléviseur. L’opération est un peu plus compliquée qu’avec les modèles concurrents. En effet, outre l’assemblage des différents éléments du pied, ce dernier s’avère également encombrant au moment de le positionner pour l'attacher. Il est également possible de se passer du pied en accrochant le téléviseur directement sur un mur à l’aide d’un support VESA 300 x 300 mm.

Le 65SK9500 est équipé d’une connectique standard avec notamment quatre ports HDMI (dont un compatible ARC), trois ports USB, des connecteurs antenne et câble, une sortie audio optique numérique et un port Ethernet pour un accès à Internet via un câble RJ45 plutôt qu’avec la connexion Wi-Fi 802.11ac intégrée.

La plupart de ces ports se trouvent sur le bord gauche du panneau arrière. Pas forcément le plus pratique pour un accès direct, mais cela n’a rien d’inhabituel. En revanche une partie de la connectique, et notamment le port Ethernet et les connecteurs d’antenne, se trouve sur le panneau arrière. Ces derniers sont pratiquement inaccessibles lorsque le téléviseur est fixé au mur.

Oui pour l’interface et les fonctionnalités avancées

L'interface webOS de LG reste en grande partie inchangée par rapport à la génération précédente. Un ruban déroulant s’affiche qui regroupe les applications et les sources vidéo en bas de l'écran. Toutes les applications habituelles sont disponibles, y compris les plus populaires comme Netflix, Amazon Prime Video et YouTube. La plateforme de LG offre une vaste sélection de plus de 200 applications à télécharger.

Derrière l'interface familière se cachent cependant quelques améliorations significatives, à commencer par le processeur qui permet de profiter de nouvelles fonctionnalités. C’est notamment le cas de l'IA ThinQ de LG, qui combine les commandes vocales, la recherche de contenu et l'assistant Google. Auparavant, la commande vocale se limitait à changer de chaîne, à régler le volume ou encore à ajuster des paramètres d’affichage tels que la luminosité ou le contraste. Il est désormais possible d’aller beaucoup plus loin.

C’est la première fois que Google Assistant est disponible sur un téléviseur qui ne soit pas équipé d’Android TV, et sans même utiliser à un appareil distinct comme Google Home. Le téléviseur est toujours compatible avec l'assistant vocal Alexa d'Amazon, mais il faudra être équipé d’un appareil compatible.

Grâce à Google Assistant, il est possible d'effectuer des recherches rapides sur le Web pour obtenir tout type d’information, qu’il s’agisse de la météo actuelle ou des derniers résultats sportifs, voire même de commander une pizza ou un VTC confortablement assis dans votre canapé. Il permet également de piloter un large éventail d'appareils domestiques connectés comme les ampoules Philips Hue ou un thermostat Nest.

S’il n’a rien d’indispensable, l’économiseur d'écran permet d’afficher des œuvres d’art lorsqu'aucune entrée n'est sélectionnée ou quand le téléviseur est inactif pendant trop longtemps. Vous aurez accès à une sélection d’œuvres de Renoir, Monet, Kandinsky, Van Gogh et Pissarro. Si vous n'êtes pas amateur, vous pouvez également afficher des photos sélectionnées par LG ou vos propres images.

Oui, pour la qualité des images

Ce téléviseur Super UHD s’articule autour d’une dalle LCD de 65 pouces avec une résolution 4K et un taux de rafraîchissement de 120 Hz. Lors du visionnage d’une scène de Blade Runner 2049, on constate que le 65SK9500 LG affiche des couleurs vives et réalistes avec des nuances subtiles de tons de peau.

Le téléviseur de LG couvre 99,96% du spectre RVB et seul le Sony Bravia XF90 fait aussi bien dans ce domaine (99,95%).

En revanche la fidélité des couleurs n’est pas du même acabit. Avec le mode Cinema qui affiche le meilleur résultat, on obtient un Delta-E de 3,0. Tous les modèles concurrents font bien mieux à l’instar du Sony XF90 (1,26) ou du Samsung Q6F (1,5). Pour mémoire plus le Delta-E est proche de 0 et plus la fidélité des couleurs est bonne.

La dérive des couleurs est bien visible avec des blancs qui tirent légèrement sur le jaune et des roses un peu trop violets. Ceci étant on ne remarque la différence qu’en comparant le LG 65SK9500 avec d’autres modèles côte à côte. Ce type de défaut peut être corrigé en effectuant un étalonnage complet, mais pour ceux qui se contentent des réglages d’usine, cela peut être décevant.

Le 65SK9500 est compatible avec les formats HDR de base (HDR10 et HLG), mais aussi le Dolby Vision et le futur Advanced HDR de Technicolor. L’apport du HDR est flagrant sur ce téléviseur qui affiche une luminosité maximale de 1 555 nits, la plus élevée sur un modèle 2018. Le Samsung Q6F est le plus proche avec 1 422 nits tandis que le Sony XF90 est derrière avec 1 276 nits.

Le niveau des noirs du LG 65SK9500 est plutôt bon pour une dalle LCD. Certes on est encore loin des noirs parfaits de la technologie OLED, mais LG a réussi à limiter les fuites de lumière de sorte que les noirs ne tirent pas vers le gris. Restent quelques auréoles mineures sur des objets lumineux isolés sur un fond sombre, chose que l’on constate également sur les modèles concurrents et notamment le Sony. En le 65SK9500 fait mieux que l’image du téléviseur de LG Samsung Q6F qui est dépourvu de la technologie local dimming.

Le LG 65SK9500 est également très à l’aise avec les jeux vidéo, y compris en 4K avec HDR, en 10 bits et à 50 et 60 Hz. De plus aucune configuration spéciale n’est nécessaire pour profiter pleinement des capacités de la Xbox One X. Il suffit de la brancher pour profiter du meilleur rendu.

Nous avons mesuré un lag de 15 millisecondes en mode Jeu ce qui est bien plus réactif que les téléviseurs concurrents, qui pâtissent généralement d’un décalage quatre ou cinq fois important (80 ms pour le Samsung Q6F et 98 ms pour le Sony).

Oui, pour la partie audio

Le LG 65SK9500 est équipé d'un système audio qui comprend deux haut-parleurs d’une puissance de 40 watts et un woofer de 20 watts. Quelle que soit la piste son, le rendu est toujours riche et clair. De plus, aucune distorsion n’est à déplorer même à fort volume. Le plus impressionnant reste la compatibilité avec les pistes audio encodées en Dolby Atmos. De quoi profiter d’un son plus riche que la plupart des téléviseurs concurrents.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire