Accueil » Actualité » Coronavirus : des chercheurs hongkongais ont développé un vaccin

Coronavirus : des chercheurs hongkongais ont développé un vaccin

Une équipe de chercheurs hongkongais est parvenue à mettre au point un vaccin contre le coronavirus 2019-nCov. Reste à prouver son efficacité et à étudier ses effets secondaires. Sa phase de test sur des animaux et les essais cliniques prendront au moins un an.

L’épidémie du virus 2019-nCov continue de se propager pour dépasser le nombre d’infections du Sras de 2003. Le dernier bilan chinois fait état de 5974 cas et de 132 morts. On dénombre également des cas isolés un peu partout dans le monde, notamment en France avec un quatrième cas enregistré hier. Des équipes de recherche du monde entier étudient actuellement cette nouvelle forme de coronavirus pour mieux la traiter, mais aussi pour mettre au point un vaccin. Les chercheurs américains et chinois sont notamment en concurrence pour développer un vaccin le plus rapidement possible. Ce sont finalement des médecins hongkongais qui semblent y être parvenus en premier.

Image 1 : Coronavirus : des chercheurs hongkongais ont développé un vaccin

Le professeur Yuen Kwok-yung et son équipe ont mis au point un vaccin contre 2019-nCov. Les chercheurs ont pu isoler le virus à partir des premiers cas qui se sont déclarés à Wuhan. Son étude leur a permis d’adapter un vaccin existant pour le rendre également efficace contre le coronavirus. Les chercheurs de l’université de Hong Kong se sont basés sur leur vaccin antigrippal en spray nasal pour y incorporer l’antigène de surface du coronavirus.

Coronavirus : Facebook, Razer et LG limitent les voyages des employés en Chine

Le vaccin contre le coronavirus ne sera pas prêt avant au moins un an

La mise au point d’un vaccin est souvent un processus long, notamment pour vérifier son efficacité et étudier ses effets secondaires. Le professeur Yuen Kwok-yung précise qu’il doit d’abord être testé sur plusieurs espèces animales, avant d’envisager une phase d’essais cliniques sur l’homme d’une durée d’un an.

Coronavirus : un robot apporte à manger aux personnes en quarantaine

Parallèlement, la Chine continentale travaille sur un autre type de vaccin à partir de souches du virus rendues inactives par un rayonnement ou par des procédés chimiques. Li Lanjuan, un spécialiste chinois des maladies infectieuses estime que ce vaccin pourrait être prêt d’ici un mois au plus tôt. Le professeur Yuen Kwok-yung émet de sérieux doutes sur ce délai, un objectif impossible à atteindre selon lui, même réduisant au minimum la phase de tests. Il souligne également que cette méthode pourrait au contraire rendre le virus plus dangereux pour certains vaccinés. Il faudra donc attendre plusieurs années avant de disposer d’un vaccin efficace contre le 2019-nCov. Ces recherches permettront néanmoins de mieux connaitre ces virus et d’être plus efficace face à la prochaine épidémie de coronavirus.

Épidémie à Wuhan : les malades transportés dans des caissons hermétiques

Source : South China Morning Post