Accueil » Actualité » Google aurait accès aux données de santé de millions d’Américains à leur insu

Google aurait accès aux données de santé de millions d’Américains à leur insu

Un système de recherche de patients permettrait à Google d’accéder en interne aux données de santé de millions d’Américains, révèle le Wall Street Journal.

Google n’a jamais caché son ambition dans le secteur de la santé. Loin de se limiter à l’acquisition récente de FitBit, spécialiste des balances intelligentes, celle-ci s’étend depuis plusieurs années à de nombreux services destinés aux hôpitaux et aux prestataires de soins de santé. Parmi ses initiatives dans ce domaine, le « Projet Nightingale », un système de recherche de patients en ligne, permettrait à 150 salariés de la firme d’accéder aux données médicales de plusieurs millions d’Américains.

Image 1 : Google aurait accès aux données de santé de millions d'Américains à leur insu

« Ce projet respecte toutes les lois en matière de protection de la vie privée », se défend Google

Le Wall Street Journal vient de révéler des détails sur ce projet secret que Google prépare en collaboration avec Ascension, deuxième système privé de santé aux États-Unis. Il inclut notamment un volet « Patient Search » qui est essentiellement une interface de recherche de patients assez similaire à celle utilisée aujourd’hui par les hôpitaux. Le problème, c’est que les salariés de Google qui travaillent sur ce projet – ils seraient au moins 150 – ont accès pour les besoins de son développement aux profils de santé complets de plusieurs millions d’Américains.

[Test] Versa 2 : que vaut la nouvelle montre connectée de Fitbit ?

Ascension transfère en effet via Google Cloud les dossiers de ses adhérents qui incluent « les résultats de laboratoire, les diagnostics des médecins, les prescriptions de médicaments et les dossiers d’hospitalisation ». Google analyse et compile ces données dans son interface de recherche en développement, destinée aux médecins et aux professionnels de santé. Plusieurs divisions de Google travailleraient sur ce projet selon le WSJ, dont Google Cloud, mais aussi Google Brain, la division de recherche interne sur l’intelligence artificielle. Cette dernière avait déjà fait parler d’elle en entraînant son IA au jeu de go, à StarCraft et même au foot. Google Brain utilise ces données confidentielles dans un outil de machine learning qui suggérera à terme aux médecins d’éventuels changements de traitement pour leurs patients.

Bientôt, les enceintes connectées détecteront les accidents cardiaques

Les GAFA investissent énormément pour proposer à leurs utilisateurs des services dans le domaine sensible de la santé personnelle, à l’instar de Facebook qui vient de lancer un nouveau service de santé préventive. C’est pourquoi Google ne facture pas ce travail à Ascension pour être en mesure de proposer plus tard Nightingale et Patient Search à d’autres acteurs du secteur de la santé. En réaction aux révélations du Wall Street Journal, le géant du web affirme que le Projet Nightingale respecte toutes les lois fédérales et que des barrières de protection de la vie privée ont été mises en place en interne. Des experts interviewés par le WSJ estiment aussi que cette initiative est autorisée par la loi américaine HIPPA sur la gestion électronique de l’assurance maladie.

Source : Wall Street Journal