[Test] Mate 10 Pro : on a testé la phablette de Huawei

5 raisons de craquer (ou pas) pour le Huawei Mate 10 Pro

Après un Mate 9 qui débarquait l’an dernier sans aucune concurrence sur le segment des phablettes après l’abandon du Galaxy Note 7, le Mate 10 Pro a du souci à se faire cette année. Entre le Galaxy Note 8, le Galaxy S8 Plus, le LG V30, l’iPhone 8 Plus ou le Pixel 2 XL qui sera disponible dans certains pays d’Europe, la concurrence est rude pour le smartphone de Huawei. Mais il n’a pas à rougir compte tenu de ses caractéristiques très haut de gamme et son tarif relativement abordable de près de 800 euros, quand les autres constructeurs affichent leurs appareils parfois à plus de 1000 euros.

>>> Retrouvez notre comparatif des meilleurs smartphones

Oui pour l’écran et le design

C’est décidément la grande tendance de 2017 sur le segment haut de gamme, les smartphones réduisent leur bordure. Huawei n’échappe pas à la règle et propose, avec ce Mate 10 Pro, un écran de 6 pouces logé dans un format réservé d’habitude aux appareils de 5,5 pouces. À titre de comparaison, le Mate 10 propose un format identique à celui du P10 Plus par exemple. Ainsi, l’écran occupe 80,9 % de la surface du smartphone. Un ratio plutôt correct et comparable à celui du LG V30 (81,2 %) ou du Galaxy Note 8 (83,2 %), là où l’écran de la précédente phablette de Huawei, le Mate 9, n’occupait que 77,5 % de la surface totale de l’appareil.

>>> Retrouvez le test du Huawei Mate 9

Outre sa surface, l’écran du Mate 10 Pro est par ailleurs particulièrement agréable. Sa technologie Amoled offre un contraste particulièrement élevé et, contrairement à de nombreux smartphones dotés d’un affichage similaire, les couleurs ne sont pas particulièrement saturées. Les teintes sont là aussi plutôt fidèles avec une bonne balance des blancs. On notera toutefois que les menus du smartphone permettent non seulement de modifier la température de l’affichage, mais également de passer à un mode « couleurs normales » si vous trouvez néanmoins que l’écran sature trop les teintes.

Concernant le reste du design, on se retrouve avec un smartphone dans la norme de ce à quoi les constructeurs nous ont habitués sur du haut de gamme. Le Mate 10 Pro est recouvert d’une surface en verre à l’arrière, qui a malheureusement tendance à capturer facilement les traces de doigts, et de rebords en aluminium sur les côtés. Contrairement à la plupart des appareils Honor et Huawei cette année, le lecteur d’empreintes digitales est situé cette fois au dos de la phablette et s’avère particulièrement réactif. Un choix pratique pour déverrouiller facilement son smartphone lorsqu’on le tient en main.

Enfin, si le Mate 10 Pro est certifié IP67 et peut donc être immergé sous l’eau, on regrette quelques lacunes comme l’absence de port audio jack 3,5 mm. Heureusement, le constructeur fournit un adapteur jack vers USB-C pour pouvoir profiter de sa musique avec un casque ou des écouteurs filaires. Dommage également que le double capteur photo à l’arrière dépasse légèrement du dos de l’appareil. Un choix de design susceptible de provoquer des rayures sur les objectifs lorsqu’il est posé sur le dos.

Oui pour l’interface

Si l’interface EMUI de Huawei est loin d’être la plus épurée sur Android, elle est l’une des plus personnalisables et permet de modifier de nombreux aspects du système, à commencer par le lanceur d’application lui-même.

Comme sur tous les smartphones récents de la marque, le Huawei Mate 10 Pro permet de choisir entre deux types d’écrans d’accueil principaux. Le premier, choisi par défaut, installe automatiquement toutes les applications sur l’écran d’accueil, à l’instar de ce que propose Apple sur l’iPhone. Le second reprend le système traditionnellement utilisé sur Android avec un écran d’accueil qui propose uniquement des raccourcis vers les applications, ainsi qu’un tiroir d’applications. Il ne s’agit là que d’un exemple parmi la myriade de possibilités offertes par la surcouche EMUI de Huawei. On notera par exemple le menu de paramètres rapides, en haut de l’écran, qui compte rien de moins que 18 paramètres différents, accessibles depuis n’importe quel écran, les nombreux packs d’icônes, pour un look doré bling-bling ou bien plus sobre, ou certains fonds d’écrans animés qu’il est possible de télécharger directement depuis le menu « fonds d’écran ».

On notera également que la version 8.0 d’EMUI propose, dès l’accueil, un écran consacré à Google Feed, pour afficher certaines informations susceptibles de vous intéresser comme les résultats de votre équipe favorite, le cours de la bourse ou le temps de trajet jusqu’à votre domicile. Par ailleurs, le Huawei Mate 10 Pro bénéficie également de Google Assistant accessible à la voix ou en appuyant de manière prolongée sur le bouton d’accueil.

Oui pour la fluidité

Comme tous les ans, la gamme Mate est l’occasion pour Honor d’inaugurer son nouveau processeur. En l’occurrence le Mate 10 Pro, tout comme le Mate 10, est le premier smartphone de Huawei doté du Kirin 970.

Outre des fonctionnalités d’intelligence artificielle localisée directement dans le smartphone, mais qui se ressentent très peu à l’usage, celui-ci se veut aussi plus puissant que le précédent SoC du constructeur chinois, le Kirin 960. À l’usage, le Mate 10 Pro est en effet particulièrement fluide, aussi bien dans la navigation que dans l’ouverture des applications grâce à ses 6 Go de mémoire vive. Dans les jeux, le smartphone s’en sort là aussi convenablement et parvient à rendre de manière fluide même certaines applications parmi les plus gourmandes en ressources.

Cependant, afin d’évaluer les performances du Huawei Mate 10 Pro et de le comparer à d’autres smartphones hauts de gamme, nous l’avons soumis à deux benchmarks : 3DMark et Geekbench 4.0. Le premier permet de calculer les performances graphiques de l’appareil, tandis que le second vient mesurer la puissance de calcul. Dans les deux cas, plus le score obtenu est élevé, mieux le smartphone s’en sort.


3DMark
Geekbench 4
Huawei Mate 10 Pro (Kirin 970)
2929
6776
Huawei Mate 9 (Kirin 960)
2223
6559
Samsung Galaxy S8 (Exynos 8895)
3318
6588
Moto Z2 Force (Snapdragon 835)
3688
6685
OnePlus 5 (Snapdragon 835)3247
6461

Année après année, les résultats sont les mêmes : les processeurs de Honor s’en sortent particulièrement bien en ce qui concerne la puissance de calcul pure, assurant une bonne fluidité dans la navigation, mais ont du mal en ce qui concerne les performances graphiques par rapport aux processeurs Snapdragon (Qualcomm) ou Exynos (Samsung) concurrents. Le Kirin 970 ne fait pas exception à la règle. On notera cependant que les performances du Mate 10 Pro sur 3DMark sont loin d’être honteuse et que le constructeur chinois semble peu à peu rattraper son retard sur la concurrence en matière de performances 3D pour les jeux.

Oui pour les photos

Comme le Mate 9 l’an dernier ou le Huawei P10, le Mate 10 Pro adopte à nouveau un double capteur photo arrière. Si plusieurs constructeurs proposent un système de zoom basé sur deux objectifs utilisant des distances focales différentes, Huawei a longtemps fonctionné sur un système de capteur monochrome et de capteur couleur RGB. Le constructeur a conservé le même système de double capteur couleur et noir et blanc pour son Mate 10 Pro.

À l’usage, le smartphone se révèle très performant, quelle que soit la situation. Principal intérêt du double capteur photo, nous avons testé le mode portrait du Huawei Mate 10 Pro. Celui-ci permet bien de générer artificiellement un flou d’arrière-plan afin de mettre en avant le sujet. Si le traitement logiciel permet de bien détacher les cheveux qui restent nets, on remarque cependant que certains arrière-plans entre deux mèches de cheveux, censés être flous, restent également nets. Dans l’ensemble, le smartphone s’en sort tout de même très bien même si on peut regretter une image légèrement trop contrastée. Dommage également que le Mate 10 Pro, qui sait pourtant reconnaître un visage, n’applique pas automatiquement le mode portrait en mode automatique et qu’il faille l’activer manuellement. On apprécie également que le smartphone propose un mode portrait y compris pour le capteur frontal. S’il n’est pas aussi performant que celui des appareils photo arrière, il est tout de même pratique à l’usage.

A gauche, le mode portrait avec l'appareil principal, à droite le mode portrait avec l'appareil frontalA gauche, le mode portrait avec l'appareil principal, à droite le mode portrait avec l'appareil frontal

En faible luminosité aussi, le Huawei P10 Pro s’en sort très bien, particulièrement lorsque le mode HDR est activé. Sur notre photo de fresque murale, les couleurs sont respectées et on arrive à percevoir la plupart des détails. Le bruit numérique, s’il est présent, n’est pas non plus rédhibitoire.

A gauche, une photo prise en mode automatique, à droite en mode HDRA gauche, une photo prise en mode automatique, à droite en mode HDR

Enfin, pour des photos de paysage, le P10 Pro s’en sort très bien grâce à son grand-angle. À tel point que l’on regrettera même parfois que le smartphone propose une distance focale de 27 mm (équivalent 35 mm), ou de 54 mm avec son zoom hybride x2. On aurait apprécié un objectif mieux adapté pour prendre uniquement certains éléments et mieux travailler le cadrage lors de la prise de vue et pas nécessairement lors de la retouche. Dans l’ensemble, en mode paysage, on recommandera là aussi le mode HDR, particulièrement efficace, sans être trop tape-à-l’œil. On notera par ailleurs que le smartphone s’en sort très bien pour la prise de détails, avec un excellent piqué qui ne semble pas artificiel comme peut l’être le traitement d’image de certains concurrents comme Samsung.

Oui pour l’autonomie

 Avec une capacité de 4000 mAh, la batterie du Huawei Mate 10 Pro est parmi les plus imposantes proposées sur un smartphone. Une capacité identique à celle qui équipait l’an dernier le Huawei Mate 9, ou plus récemment, le Honor 8 Pro ou le Samsung Galaxy S8 Active.

À l’usage, après une mauvaise surprise les premiers jours de test, le smartphone s’avère particulièrement autonome. Au début de notre test, malgré l’autonomie allant de 24 à 48 heures annoncée par Huawei, nous sommes tombés à court de jus après 8h seulement d’utilisation. Autant dire que la promesse était loin d’être tenue. Entre temps, Huawei a fort heureusement proposé une mise à jour logicielle de son smartphone qui a considérablement corrigé le problème.

Dans le cadre d’un usage modéré, en allumant l’écran du smartphone ponctuellement pour naviguer sur Internet, prendre des photos et consulter les réseaux sociaux, en gardant le Bluetooth, la 4G et le Wi-Fi allumés en permanence nous avons pu tenir un peu plus de 48 heures. Cette fois, la promesse était tenue. Un résultat pour le moins appréciable, d’autant plus que la charge rapide de Huawei permet, avec le chargeur adéquat, de recharger plus de 50 % de la batterie en 30 minutes.  

On notera enfin que Huawei propose de nombreuses options pour gérer la batterie du Mate 10 Pro, comme l’affichage dans la barre de notifications des applications considérées comme « énergivores » en arrière-plan, ou deux modes spécifiques d’alimentation, « économie » et « ultra ». Dans les deux cas, l’utilisateur peut choisir les applications qui seront autorisées à tourner en tâche de fond, les autres étant indisponibles.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire