Accueil » Actualité » Greta Thunberg tuée par Twitter et Wikipédia

Greta Thunberg tuée par Twitter et Wikipédia

Le décès de la militante écologiste a chamboulé le classement des discussions Twitter les plus populaires cette nuit. Après avoir été annoncé sur sa fiche Wikipedia.

Greta Thunberg Fake News Twitter Wikipedia

Il s’agit bien évidemment d’une fake news. Greta Thunberg va bien. Elle vient d’entamer sa tournée américaine, avec une première escale à New York. Certains plaisantins ont cependant profité de sa longue traversée atlantique (un voyage de quinze jours en voilier à zéro émission carbone) pour répandre la rumeur de sa disparition.

Celle-ci est partie de modifications intempestives sur la fiche Wikipedia de la jeune suédoise, hier, entre 22h et 0h40. Des attaques ciblées d’utilisateurs, comme DragonLordxXx6442, qui tentent de faire valider sa date de décès. On peut y lire sur cette courte période : « Le 28 Août 2019, Greta Thonberg est retrouvée morte, noyée, sur son trajet vers le G72019, à Biarritz, France. RT si c’est triste ». La modération de l’encyclopédie collaborative intervient rapidement et à maintes reprises, fermant même l’accès à l’édition de la page jusqu’au 5 septembre prochain. Mais il est déjà trop tard : la fausse information gagne Twitter avant minuit.

Le hashtag #RipGretaThunberg va alors générer instantanément plus de trois mille tweets et se hissait sur le podium des trending topics français, les sujets les plus tendances. Il ne survivra toutefois pas au petit matin et aux différentes Unes de la presse nationale, consacrées à son débarquement aux Etats-Unis. #RipGretaThunberg n’a pas dépassé les frontières de l’Hexagone.

30% des Français ont déjà relayé une fake news

Le cas Greta Thunberg n’est pas une exception. Selon un sondage réalisé par l’institut Odoxa Dentsu-Consulting en début d’année, 3 internautes français sur 10 auraient déjà relayé une fake news sur les réseaux sociaux. Avant de se rendre compte du caractère erroné de l’information. Ce chiffre grimperait à 38% chez les moins de 25 ans. A noter dans cette même étude, que la presse et surtout la radio sont toujours considérées comme principales sources de confiance pour plus de 2 sondés sur 3. D’où le soufflé retombé pour la fausse mort de la porte-parole écologiste ce matin.