Accueil » Test » [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

[Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

On aime
  • Très bon confort d'utilisation
  • Port USB-C et charge rapide
  • Étanchéité certifiée IP68
On n’aime pas
  • Performances déplorables
  • Photos moyennes
  • Autonomie tout juste suffisante
Verdict :

Le LG Q7 n’est pas un mauvais smartphone en soi. Mieux encore, à certains points de vue, il propose des éléments rares pour un appareil vendu à moins de 300 euros, qu’il s’agisse de la prise USB-C ou de l’étanchéité IP68. Seulement, pour intégrer ces éléments, LG a dû tailler sec dans les performances de son smartphone. Il en résulte un Q7 particulièrement peu fluide, voire mauvais dans les jeux, avec un appareil photo tout juste convenable. À 299 euros, difficile d’y voir un véritable intérêt tant la concurrence est agressive, y compris à 100 euros de moins.

5 raisons de craquer (ou pas) pour le LG Q7

Quelques semaines à peine après la sortie de son G7 ThinQ, LG a dévoilé une version plus accessible, mais avec un format similaire. L’an dernier, le LG Q6 avait pour intérêt d’être l’un des premiers smartphones accessibles avec un écran au ratio 18:9. En 2018, le LG Q7 est avant tout une mise à niveau du modèle de l’an dernier, toujours sans encoche, contrairement au G7, mais avec une certification IP68. Mais que vaut ce LG Q7 à l’usage, tant dans ses performances que pour la photo ? Pour le savoir, la rédaction de Tom’s Guide a testé pour vous le LG Q7.

>>> Les meilleurs smartphones de 2018

Oui pour son excellente prise en main

Pour son LG Q7, le constructeur coréen a repris les mêmes lignes que le Q6 de l’an dernier, avec quelques ajouts bien sentis. Le smartphone conserve ainsi son design avec un dos en verre, mais bénéficie de l’ajout d’un lecteur d’empreintes digitales. Comme souvent chez LG, le lecteur est plutôt bien situé et tombe directement sous l’index au dos de l’appareil. L’appareil photo arrière a également été repositionné au dos, placé désormais au centre du smartphone, juste au-dessus du lecteur d’empreintes.

>>> [Test] LG Q6 : faut-il craquer pour la version pas chère du G6?

Image 3 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Pour le positionnement des boutons, LG a décidé de positionner la touche de mise sous tension sur la tranche droite, mais les boutons de volume à gauche. Un choix qui ne s’avère pas particulièrement pratique à l’usage pour les droitiers, même s’ils demeurent bien plus accessibles que sur les smartphones Galaxy de Samsung par exemple. En effet, de par sa compacité, le LG Q7 rend toutes les touches particulièrement accessibles. Toujours sur la tranche gauche, on retrouve la trappe permettant d’intégrer la carte nano-SIM ainsi que la carte microSD, pour augmenter la capacité de stockage interne de 32 Go. Enfin, c’est sur la tranche inférieure que LG a positionné le haut-parleur et la prise mini-jack 3,5 mm, mais aussi, et surtout la prise USB-C. On apprécie le choix de cette connectique par LG, qui permet notamment une recharge rapide. Autre bon point du Q7, la certification IP68, garantissant une immersion possible du smartphone à un mètre de profondeur pendant 30 minutes, une spécification très rare sur des appareils milieu de gamme.

Image 4 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Finalement, c’est bien par son format que le LG Q7 se démarque. Alors que les constructeurs proposent des formats de plus en plus imposants y compris sur l’entrée ou le milieu de gamme, LG assume la compacité de son Q7. Avec 143,8 mm de hauteur pour 69,3 mm de largeur, le smartphone propose un gabarit similaire à celui du Google Pixel ou du OnePlus X, mais avec un écran bien plus imposant. Alors que ces deux smartphones intègrent des écrans de 5 pouces, le LG Q7 propose quant à lui un affichage 18:9 de 5,5 pouces. Du côté de l’affichage, on pourra également saluer une définition convenable de 2160 pixels par 1080 pour une résolution de 442 pixels par pouce.

Image 5 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Dans l’ensemble, LG n’a opéré que très peu de faux pas en termes de design pour son Q7. Si on peut regretter l’emplacement des touches de volumes, on appréciera l’intégration d’un port USB-C, d’un capteur d’empreintes digitales et la certification IP68 garantissant une protection contre l’immersion. Surtout, le smartphone conviendra parfaitement aux mains les plus petites ou aux plus réfractaires de l’utilisation du smartphone à deux mains.

Non pour ses performances exécrables

Le LG Q7 est doté d’un MediaTek MT6750 en guise de SoC. Cette puce, ainsi que 3 Go de RAM, viennent ainsi alimenter la puissance de calcul de l’appareil. Pourtant, malgré cette mémoire vive plutôt correcte, difficile de trouver des qualités au smartphone milieu de gamme de LG du côté de la fluidité tant ses performances sont médiocres.

Image 6 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

À l’usage, le smartphone se révèle plutôt poussif. Si la navigation dans le système ou sur Internet ne souffre que de quelques ralentissements dont on peut facilement faire abstraction, le problème devient bien plus important dès que l’on ouvre un jeu. Même sur un jeu mobile qui n’exige pas de calcul 3D, comme 2048, le smartphone parvient à ralentir considérablement l’expérience. Après quelques minutes de jeu, le LG Q7 se fige quelques secondes après le moindre mouvement de doigt et rend l’expérience de jeu parfaitement déplorable.

Afin de confronter ces observations empiriques à des données plus fiables, nous avons fait passer deux tests au LG Q7 grâce à deux applications de benchmarks : 3D Mark Sling Shot Extreme et Geekbench 4. Dans les deux cas, nous avons comparé la note obtenue par le smartphone à d’autres appareils. D’abord le LG Q6, auquel succède le Q7 et qui était doté d’un processeur Snapdragon 430. Nous avons également repris les résultats de deux autres smartphones vendus autour de 300 euros à leur lancement : le Honor 7X et le Huawei P20 Lite. Enfin, nous avons également comparé les résultats du Q7 avec ceux d’un smartphone vendu 100 euros moins cher, à 199 euros, le Xiaomi Redmi Note 5.

 Geekbench 4 Multicore3DMark Sling Shot Extreme
LG Q7 (MediaTek MT6750)224898
LG Q6 (Snapdragon 435)2225229
Honor 7X (Kirin 659)3432421
Huawei P20 Lite (Kirin 659)3665370
Xiaomi Redmi Note 5 (Snapdragon 636)4819940

Les résultats de ces deux benchmarks viennent corroborer nos observations. Pour Geekbench 4, qui mesure la puissance de calcul brute du smartphone, le Q7 est bien en dessous de ses concurrents, avec un score à peine plus élevé que celui du LG Q6 de l’an dernier. Cependant, c’est véritablement sur 3DMark et les performances graphiques que le nouvel appareil de LG montre ses faiblesses. Le Q7 fait un score deux fois inférieur à celui du Q6 de l’an dernier et 10 fois inférieur à celui du Redmi Note 5, vendu 100 euros moins cher. La faute probablement au passage de la plateforme Snapdragon de Qualcomm à celle de MediaTek, bien moins efficace dans le traitement des jeux en 3D.

Non pour son autonomie

Le LG Q7 intègre une batterie avec une capacité plutôt moyenne de 3000 mAh. C’est effectivement la taille que l’on va retrouver désormais pour la plupart des smartphones de ce gabarit, quand il ne s’agit pas d’une batterie de 3200 mAh.

Image 7 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

À l’usage, en utilisant notre smartphone en appareil principal, avec des phases de veille, des périodes de jeu, de consultation de vidéo ou de navigation sur les réseaux sociaux, ainsi que quelques photos, le LG Q7 que nous avons utilisé s’est épuisé, à court de batterie, au bout de 25 heures. Un résultat très moyen qui obligera les utilisateurs du smartphone à recharger tous les soirs leur LG Q7 sous peine de ne pas pouvoir tenir toute la journée.

>>> Smartphones : quels sont les meilleurs téléphones en autonomie ?

Afin de pallier cette autonomie moyenne, LG a cependant intégré un port USB-C sur son smartphone, ainsi qu’un bloc de recharge rapide Fast Charge 3.0. Cependant, là aussi quelques soucis subsistent. D’abord, le smartphone a du mal à être rechargé avec un autre câble USB que celui proposé d’office dans la boîte. Ensuite, malgré le label Fast Charge, difficile d’y voir une recharge particulièrement rapide.

Image 8 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Alors que le smartphone était à un pour cent de batterie, allumé mais en veille, en une demi-heure nous n’avons pu le monter qu’à 38% de batterie. Il aura par ailleurs fallu près de deux heures pour remplir la batterie à 100 %. On est loin des systèmes de charge rapide que l’on peut observer chez la concurrence avec 100 % en moins d’une heure et demie sur le OnePlus 6 par exemple

Non pour ses photos moyennes

Pour la photo, le LG Q7 n’est équipé que d’un simple capteur photo à l’arrière comme en façade. À l’arrière, le smartphone bénéficie d’un appareil de 13 mégapixels avec une ouverture de f/2,2. En façade, c’est un capteur de 8 mégapixels avec ouverture de f/1,9 qui se charge quant à lui des selfies.

>>> Comparatif : quels sont les meilleurs smartphones pour la photo ?

Image 9 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Afin de tester l’appareil photo principal du LG Q7, nous avons pris plusieurs clichés en plein jour, avec un paysage, en portrait, en basse lumière voire en pleine nuit.

Image 10 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Sur cette photo de paysage, prise après la finale de la coupe du monde dans une fan-zone, on remarque que le LG Q7 permet à prendre facilement les détails et que le smartphone respecte globalement les couleurs. Cependant, on notera une plage dynamique particulièrement faible, avec un ciel brûlé. Autre défaut notable, la déformation des formes sur les côtés de l’appareil, à cause de l’objectif grand-angle.

Image 11 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

La deuxième photo de paysage, si elle propose des lumières mieux respectées en raison de l’absence de contre-jour, vient cependant confirmer les soucis de détails sur les côtés du cliché. Alors que le bateau au centre est plutôt net et qu’on distingue bien les câbles du voilier, l’image est bien plus floue et bruitée sur la gauche de l’image comme sur le voilier de droite.

Image 12 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Image 13 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

C’est évidemment en faible luminosité que le LG Q7 montre le plus facilement ses limites. Si les clichés pris de nuit parviennent à capturer l’ambiance globale de la scène, on remarquera cependant énormément de bruit et surtout de flou. Il faut dire qu’avec une ouverture de seulement f/2,2, le smartphone est obligé de compenser par une vitesse d’obturation plus lente et une montée dans les ISO qui vont nécessairement rendre le cliché moins détaillé. Dans l’ensemble, malgré cette faible qualité, on apprécie tout de même que le LG Q7 parvienne à capturer des clichés plutôt lisibles, même s’il faudra nécessairement tenir le smartphone fermement sans trembler.

Image 14 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?A gauche, le capteur photo principal, à droite le capteur en façade pour les selfies

Enfin, pour les portraits, les couleurs sont plutôt fidèles à la réalité. On remarquera cependant que le Q7 de LG ne propose pas de mode portrait avec son capteur photo arrière. Le flou d’arrière-plan est cependant proposé pour les selfies, avec un effet plutôt réussi pour un traitement complètement logiciel. On remarquera cependant un contour aléatoire des mèches de cheveux, même si le smartphone de LG n’a pas à rougir par rapport aux traitements des modes portraits de la concurrence.

Non parce qu’il ne fait pas le poids face à la concurrence

En soi, le LG Q7 est plutôt un bon smartphone. Il apporte sur le milieu de gamme certaines fonctionnalités que l’on n’observe généralement que sur des smartphones vendus à plus de 500 euros, comme la certification IP68, la prise USB-C ou la charge rapide.

Image 15 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?

Cependant, les sacrifices faits par LG pour proposer ces fonctions à un tarif de moins de 300 euros n’en valent clairement pas la chandelle. Avec son processeur MediaTek, le LG Q7 est moins performant que son prédécesseur, le LG Q6. On apprécie l’intégration cette année du lecteur d’empreintes digitales, mais c’est devenu un minimum pour n’importe quel smartphone en 2018, même pour les modèles vendus à 170 euros.

>>> Guide d’achat : Comment choisir son smartphone en 2018 ?

Dès lors, comment justifier ce tarif de lancement de 299 euros ? À vrai dire, c’est mission impossible, surtout compte tenu du positionnement très agressif des constructeurs chinois, qu’il s’agisse de Xiaomi ou de Honor. Le Q7 a beau proposer certaines fonctions haut de gamme sur un appareil au tarif relativement accessible, il a oublié l’essentiel : la fiche technique. Le smartphone est lent, peu autonome et propose des photos tout juste correctes. On préférera donc attendre quelque mois pour une éventuelle baisse de prix drastique afin de profiter de son principal avantage : une prise en main particulièrement confortable.

Image 16 : [Test] LG Q7 : une version abordable du G7, mais pour quels sacrifices ?