Accueil » Test » [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

[Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

Image 2 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment
8,5/10

Motorola One Vision (4 Go / 128 Go) + écouteurs Ears Buds

319€
On aime
  • Le format 21:9
  • Android One
  • Le capteur photo en faible luminosité
  • Le prix vraiment bas
On n’aime pas
  • Des photos parfois floues
  • L'autonomie un peu juste (mais pas trop quand même)
Verdict :

Alors qu’on ne l’attendait pas vraiment sur ce terrain, Motorola vient titiller le marché des smartphones de milieu de gamme avec un appareil qui a vraiment tout pour lui. Nous avons été réellement séduitspar son design, son prix et son format 21:9, même si l’appareil ne livre finalement aucune innovation majeure. D’autant qu’Android One constitue lui aussi un argument de taille. En définitive, voici un « petit » smartphone qui a vraiment tout d’un grand et qui va directement faire son entrée dans notre guide des meilleurs smartphones de 2019, sans passer par la case départ.

plus

Alors que tous les yeux sont rivés en ce moment sur le très récent Pixel 3a, qui offre un excellent capteur photo pour un prix finalement modeste, voilà que Motorola tente de se frayer une petite place au soleil dans la catégorie des smartphones à moins de 400 euros avec un nouvel appareil : le Motorola One Vision.

En voyant le nom de cet appareil, on se dit que le fabricant nous propose ici une simple variante de son Moto One, un smartphone pas cher, présenté à l’IFA et commercialisé en novembre dernier. Rappelons que l’appareil ne nous avait pas vraiment convaincus, tant par son design que par l’ensemble de ses performances. Alors que vaut cette nouvelle édition ? S’agit-il d’un simple rafraîchissement de composants ou le Moto One Vision apporte-t-il de réelles innovations ? Et surtout, au vu de la gamme de prix à laquelle le smartphone s’attaque, a-t-il des chances de rivaliser avec le Pixel 3a de Google évoqué précédent ? Alors, on craque ou pas pour le Motorola One Vision ?

Image 3 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

Un grand oui pour son design

Avec le One Vision, Motorola réunit le meilleur des mondes. Empruntant tour à tour à Samsung, à Huawei et à Sony, l’appareil offre un excellent design et une très bonne prise en main. Premier constat : ce smartphone est à ranger dans la catégorie des écrans 21:9, au même titre que le Xperia 10 de Sony ou avant lui le Oukitel U18. Ils sont encore peu nombreux à offrir un tel ratio d’image, et pourtant, il s’agit d’un atout indéniable pour qui souhaite profiter d’un affichage au format cinémascope. Ou tout simplement d’un smartphone aux lignes allongées et que l’on peut manipuler à une main sans trop de difficulté.

Image 4 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

L’appareil est finalement grand : avec sa dalle de 6,3″, il pourrait côtoyer des appareils comme le S10+, qui fait 6,4″, ou même le P30 Pro, qui fait 6,47″. Et pourtant, grâce à son format de 21:9, on n’a vraiment pas l’impression d’avoir en main un smartphone de grande taille. Le ratio taille d’affichage / taille totale est de 84%, ce qui se révèle satisfaisant, sans pour autant atteindre les modèles avec caméra extractible, bien entendu.
Côté coloris, on a le choix entre deux modèles : bleu saphir et bronze. Là encore, on constate que Motorola a fait des efforts en lâchant le classique dos noir au profit d’une carrosserie plus colorée et tout en dégradée.

Image 5 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

Surtout que le dos est constitué d’un revêtement en Gorilla Glass, et non d’un dos en plastique comme sur le Pixel 3a. Toujours en évoquant l’arrière de l’appareil, on note la présence d’un capteur d’empreinte. Pas de capteur sous l’écran, donc. Mais à ce prix, il fallait s’en douter. À l’avant, Motorola a fait le choix de placer son capteur photo dans un « trou », comme le fait notamment Samsung. On notera cependant deux différences : le capteur du One Vision est placé à gauche de l’écran, là où celui du Galaxy S10 est à droite (adieu les papiers peints adaptés comme nous l’avons évoqué il y a quelques semaines). Mais surtout, le capteur du One Vision est plus gros que celui du S10. Dommage pour la discrétion.

Au final, malgré ce petit défaut dû à la taille du capteur photo avant, le design de ce modèle en fait l’un des plus agréables smartphones du moment, notamment par le ratio utilisé. De quoi faire pâlir d’envie le Pixel 3a en somme.

>>> lire aussi : les meilleurs smartphones de 2019

Oui pour ses performances, mais sans plus

Motorola a opté pour un processeur sorti des usines de Samsung. C’est donc un Exynos 9609 qui fait palpiter l’appareil. Nanti de 4 Go d’espace de stockage, on trouve au cœur de ce smartphone 128 Go d’espace de stockage. En comparaison, le Pixel 3a profite d’un Snapdragon 670, de 4 Go de RAM, mais de seulement 64 Go d’espace de stockage, sans extension possible. Le One Vision profite quant à lui d’un support double SIM ou SIM + microSD. De quoi lui offrir encore plus d’espace d’enregistrement.

Mais revenons au processeur : que vaut le celui de Samsung (One Vision) face à celui de Qualcomm (Pixel 3a) ? Nous avons soumis le One Vision à nos logiciels de benchmarks classiques, à savoir 3DMark, AnTutu, Geekbench et PCMark. Le résultat est en faveur du processeur Qualcomm qui alimente le Pixel 3a, quelle que soit l’application de test utilisée. À l’usage, la différence n’est vraiment pas flagrante. On note de temps en temps quelques très légers ralentissements dans les jeux 3D sur le One Vision, ralentissements que subit aussi le Pixel 3a. Les performances restent vraiment très correctes pour qui utilise son smartphone pour regarder des vidéos, surfer sur le Web en ouvrant plus d’une dizaine de pages en simultanément, etc. Et les titres « classiques » (comprenez par-là : ceux qui n’exploitent pas à fond le rendu 3D) sont parfaitement jouables.

Image 6 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

La batterie de 3500 mAh remplit quant à elle son office, sans permettre pour autant d’atteindre une autonomie hors du commun. Rappelons que pour nos tests, nous exploitons le téléphone à raison d’une heure de vidéo streamée par jour, une heure de GPS, une heure de téléphonie, du Web à outrance, de la consultation de la messagerie en quasi continu, etc. En clair, nous essayons toujours de tester la batterie d’un smartphone « en situation », plutôt que de faire appel à une application dédiée. Résultat : nous avons pu tenir avec le Moto One Vision un peu moins d’une journée et demie. Dans les mêmes conditions, le Pixel 3a nous a permis de tenir près de 3 supplémentaires.

Oui pour son capteur photo, malgré quelques petits loupés.

À l’arrière, on dispose d’un double capteur : l’un de 48 MP et l’autre de 5 MP, lequel est dédié à la profondeur. On profite également d’un stabilisateur optique et surtout d’un mode nuit, et en frontal, on dispose d’un capteur de 25 MP.

Nous avons réalisé toute une série de clichés par temps ensoleillé comme par temps maussade, et les photos que nous avons obtenues ont plutôt été de bonne facture. Si les couleurs peuvent paraître un peu fades, elles sont en revanche plus proches de la réalité que la plupart des smartphones actuels qui ont tendance à « enjoliver » le décor, quitte à dénaturer la balance colorimétrique. En ce sens, nous avons beaucoup apprécié que le One Vision respecte les couleurs et que les clichés ne soient pas saturés de contraste. En revanche, l’appareil nous a joué dans de rares occasions des mauvais tours en rendant flous certains éléments d’une photo, sans que le mode portrait soit pourtant activé.

En définitive, si les clichés ne sont pas aussi bons que ceux d’un Pixel 3a, ils restent très convenables. Comme nous le verrons plus tard, le prix du  One Vision est quand même très bas : on ne peut pas attendre d’un tel smartphone des photos exemptes de tout défaut.

Et que dire du mode nuit ? Là encore, l’appareil livre des clichés exploitables, même si on est loin de la qualité photo obtenue par un Pixel 3 ou, encore mieux, de celle d’un P30 Pro. Nous sommes amusés d’ailleurs à comparer le Vision One à celui de Huawei, qui reste notre mètre-étalon incontesté. Les deux appareils ne jouent définitivement pas dans la même cour en matière de prix, mais nous voulions voir ce que le One Vision a réellement dans le ventre en matière de photo de nuit (histoire de ne pas faire de jaloux, nous avions réalisé le même test avec le Pixel 3a XL). Alors oui, les photos prises à l’aide du P30 Pro en pleine nuit sont meilleures, c’est incontestable. Mais à sa décharge, le One Vision délivre quand même des éléments de nuit parfaitement visibles, preuve en effet le cliché qui suit. Enfin, l’appareil prend des photos de nuit en un temps record : comptez moins de deux secondes pour réaliser un cliché, là où la concurrence en requiert 5 ou 7 selon les modèles.

Oui pour tout le reste

Pourvu d’un port USB-C, l’appareil est également accompagné d’une prise jack. Si les constructeurs de smartphones ont tenté de nous imposer la disparition de ce port depuis 3 ans, certains reviennent sur leur décision, à l’instar de Google et de Motorola qui, avec son Moto Z, a été précurseur en la matière. La présence de ce port sur le One Vision sera donc accueillie comme un point positif par celles et ceux qui ont encore un casque ou des écouteurs filaires, et pas nécessairement l’adaptateur adéquat sous la main.
En parlant de l’audio justement, nous nous devons d’évoquer la restitution sonore de l’appareil. Celle-ci est plutôt bonne, surtout quand on y connecte directement des écouteurs.

Image 13 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

La dalle IPS de l’écran, qui permet d’atteindre une résolution en FullHD+ (1080 x 2520 pixels) est relativement bonne. Nous avons noté une très légère saturation des couleurs (classique sur ce genre de dalle) et une colorimétrie légèrement accentuée sur les bleus. Mais rien de réellement gênant à la longue. L’image est suffisamment lumineuse pour être visible dans toute situation.

Mentionnons également le fait que l’appareil est livré avec Android One, une version épurée d’Android. Pas de logiciels préembarqués, pas de modifications de l’écran d’accueil, pas de changement sur le menu des Paramètres… À de rares exceptions près, comme l’application Moto qui permet de paramétrer les modules Gestes Moto et Écran Moto, on a vraiment affaire à un Android sans fioriture.

Image 14 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment

Oui pour son prix plancher

Si l’on peut saluer les efforts de Motorola en matière de design et de composants, il convient également de le faire pour la gamme tarifaire de l’appareil. Le One Vision est en effet commercialisé 319 euros, soit 80 euros de moins que le Pixel 3a du concurrent Google. L’appareil est d’ores et déjà en disponible en précommande et, jusqu’à la fin de la période de la précommande, vous pourrez même disposer d’écouteurs Verbe Buds 500 de Motorola gratuitement, écouteurs qui embarquent Amazon Alexa et sont habituellement commercialisés 129 €. Bref, au regard de ses nombreux atouts, le prix de l’appareil est vraiment très bon.

Image 15 : [Test] Motorola One Vision : la bonne surprise du moment