Accueil » Actualité » Les Five Eyes veulent freiner le développement de Huawei

Les Five Eyes veulent freiner le développement de Huawei

Image 1 : Les Five Eyes veulent freiner le développement de Huawei

À en croire le Wall Street Journal, le Five Eyes, l’alliance des services de renseignement de l’Australie, du Canada, de la Nouvelle-Zélande, du Royaume-Uni et des États-Unis s’est entendue dès le mois de juillet dernier pour faire au mieux pour contenir la croissance internationale de Huawei.

>> La dirigeante de Huawei arrêtée au Canada a été libérée sous caution

Comment mettre de telles directives en place lorsque l’on sait que le Royaume-Uni est un gros client du géant chinois ? Les Five Eyes justifient leur décision par le fait qu’il y a de fortes chances que le matériel vendu par Huawei serve aussi à espionner pour le compte du gouvernement de Pékin. La crainte est que ce matériel ne renforce encore les capacités en cyber espionnage et la puissance militaire de la Chine.

Des cinq membres du Five Eyes, seuls les États-Unis ont totalement banni Huawei de leur territoire. Tout les membres sont d’accord pour dire qu’une interdiction pure et simple de Huawei est impossible à mettre en place, mais les responsables des services de renseignement de chaque pays ont, ces derniers mois, commencé à exprimer des doutes sur la fiabilité de Huawei, notamment pour l’installation de technologies sensibles telles que la 5G dans les années qui viennent. La compagnie chinoise, malgré ses constantes dénégations, est sous le feu des critiques. Rien ne dit pourtant qu’elles soient justifiées, et de l’avis de certains experts, il s’agit juste de ralentir la croissance chinoise au profit des entreprises occidentales. Andrew Kitson, analyste chez Fitch Solutions, affirme ainsi : « Il n’y a jamais eu de vraie preuve [d’espionnage]. Il suffit de faire des insinuations pour que les autres gouvernements se mettent à penser que même sans preuves, il est trop risqué d’acheter du Huawei ».