Accueil » Actualité » La NASA et l’ESA ont un plan pour rapporter des échantillons de Mars sur Terre

La NASA et l’ESA ont un plan pour rapporter des échantillons de Mars sur Terre

La NASA et l’ESA ont prévu de longue date de rapporter sur Terre des échantillons prélevés sur le sol de la planète Mars sans jusque-là donner aucun détail sur la façon dont elles prévoyaient procéder. Elles viennent de présenter leurs plans.

Image 1 : La NASA et l’ESA ont un plan pour rapporter des échantillons de Mars sur Terre
Crédits : NASA / JPL-Caltech

Les agences spatiales américaine et européenne viennent de tenir une réunion à distance, pandémie de Covid-19 oblige, dans laquelle elles ont expliqué comment elles comptaient coopérer afin de rapatrier sur Terre des échantillons de Mars. Il faudra être patient, ce projet titanesque s’étale sur plus de 10 ans.

Un projet nécessitant 4 fusées, 2 robots et 11 longues années

Les scientifiques rêvent de mettre des roches martiennes sous leurs microscopes, mais cela n’est pas aussi simple que l’on pourrait l’imaginer. Jusqu’ici, rien n’a jamais décollé de la surface de Mars. Il faudra compter une dizaine d’années au mieux avant que les premiers échantillons n’arrivent sur Terre, grâce à un effort combiné des agences spatiales américaine et européenne, la NASA et l’ESA.

Si la pandémie ne repousse pas les projets comme elle oblige les ingénieurs à piloter Curiosity de chez eux, en juillet prochain devrait décoller le robot d’exploration Perseverance à destination de la planète rouge, avec un son bord près de 11 millions de noms d’internautes, un message secret écrit en morse et même un drone hélicoptère d’exploration. Mais ce sont surtout les instruments de prélèvement d’échantillons qui intéressent les scientifiques. Perseverance aura la charge de remplir 30 petits tubes de roches et poussières.

En mars 2026, deux véhicules seront lancés. Le premier déposera à la surface de Mars un nouveau robot d’exploration et une fusée. Le robot rejoindra alors Perseverance, collectera les tubes pour venir les placer dans la fusée qui décollera pour venir se placer en orbite martienne. Là, le second vaisseau attrapera la fusée avant de retrouver sur Terre, au mieux en septembre 2031. Bien que le projet soit prévu pour être « aussi simple que possible », d’après Jim Watzi, directeur de l’exploration de Mars à la NASA, il coûtera plusieurs milliards d’euros à chacune des agences.

Source : Nature