Windows XP : sauvegardez, migrez, fuyez (ou que faire avant la fin)

2 : Avant de migrer, mieux vaut tout sauvegarder 3 : Installer Windows 7 ou Windows 8 en dual-boot 4 : Migrer de Windows XP vers Windows 7 (option 1) 5 : Migrer de Windows XP vers Windows 8 / 8.1 (option 2) 6 : Récupérer tous ses pilotes, ses documents et ses programmes 7 : Continuer à utiliser Windows XP après le 8 avril ?

8 avril : la date fatidique

Windows XP nous dit adieu. Il est temps de se recueillir et allumer quelques cierges, de couleurs rouge, verte, bleue et jaune, c’est évident. Mais avant d’enterrer définitivement le système d’exploitation de Microsoft sur lequel on a passé de si bons moments, encore faut-il s’intéresser à « l’après Windows XP ». Comment migrer vers Windows 7 ou Windows 8 ? Quelles informations et quels programmes risque-t-on de perdre, et comment les mettre à l’abri malgré tout ? Et enfin, est-il possible de faire de la résistance et de continuer à utiliser Windows XP pendant quelques années encore ?

Windows XP : 13 ans de bonheur, vous êtes sûr ?

Alors qu’il est toujours employé par 27 % des utilisateurs d’ordinateurs, l’OS a connu un petit déclin en 2013, pour remonter en début d’année 2014. Il représente donc l’un des systèmes d’exploitation les plus légers et les plus rapides à ce jour, et reste compatible avec la quasi-totalité des logiciels qui sortent encore aujourd’hui. On se dit que l’avenir de Windows XP est radieux, et qu’il lui reste encore de belles années à vivre. Sauf que Microsoft en a décidé autrement : à compter du 8 avril 2014, le système d’exploitation n’est plus supporté par son éditeur !
Sorti en octobre 2001, Windows XP s’apprêtait donc à souffler sa 13e bougie. Treize, un chiffre porte-bonheur pour certains, et véritable porte-poisse pour d’autres. Il faut bien avouer que, même si Windows XP est aujourd’hui considéré par beaucoup comme le meilleur OS de Microsoft, son parcours a été semé d’embûches et de controverses. On ne s’en souvient peut-être pas, mais la migration de Windows 98 (ou Millenium ?) ne s’est pas faite sans heurt : problèmes de pilotes, abandon total de MS-DOS entraînant des ennuis de compatibilité, grosse faille de sécurité, connexion instable (ceux qui ont eu le SpeedTouch d’Alcatel s’en souviendront) et écrans bleus à répétition… Tout n’a pas été aussi rose les premières années, et il aura fallu en réalité atteindre le SP2 pour que l’OS devienne réellement intéressant.

2004 : l’année de tous les changements

Depuis 2004, date de sortie du Service Pack 2 de Windows XP, l’OS a résolu une bonne partie de ses problèmes initiaux. Les écrans bleus se font plus rares, la base de pilotes permet de reconnaître la quasi-totalité des périphériques sortis depuis 2001, et de nombreuses failles de sécurité ont été comblées au fil des ans. Alors oui, Windows XP n’est pas parfait, et il reste une cible potentielle pour les cyberdélinquants. Mais avec un peu de jugeote, une suite de sécurité adéquate et quelques bons outils, il s’agit d’un système très performant. L’autre point positif, c’est qu’il est extrêmement léger. Imaginez : à l’origine, Windows XP tournait sur une toute petite configuration. La machine minimale pour faire fonctionner l’OS était en effet un simple Pentium cadencé à 233 MHz, équipé de 64 Mo de RAM, de 1,5 Go d’espace disque et d’une simple carte graphique SVGA supportant une définition en 800 x 600 pixels ! Évidemment, les besoins matériels ont évolué au fil des mises à jour, même si Microsoft n’est pas très bavard à ce sujet. En termes de mémoire, comptez 512 Mo pour profiter du système d’exploitation et de son SP3, et un « petit » Atom ou Celeron au niveau du processeur. C’est tout.

Mais pourquoi arrêter une machine si bien huilée ?

Si Microsoft s’apprête à stopper le support de Windows XP, c’est pour diverses raisons. La plus évidente reste bien évidemment pour une question purement commerciale. Le géant de Redmond ayant sorti différentes versions de son OS depuis Windows XP (Vista, puis Windows 7 et enfin Windows 8 et 8.1), il est parfaitement compréhensible qu’il souhaite doper les ventes et fait en sorte que le grand public et les professionnels acquièrent un nouveau système d’exploitation… Et renouvellent au passage leur matériel, ce dont les constructeurs ne devraient pas être mécontents dans un contexte moribond de ventes de PC. En outre, la correction de « bugs » de Windows XP, coûte de l’argent. Il faut payer les développeurs, déployer et stocker les patchs sur les serveurs, etc. Enfin, et c’est l’un des arguments phares de Microsoft, l’OS est vieillissant : ses failles se font de plus en plus nombreuses, et il devient de plus en plus compliqué de les mettre à jour. Côté utilisateur, il est essentiel de mettre à jour le système d’exploitation si l’on ne veut pas être victime des « trous » de sécurité qui seront découverts après le 8 avril prochain.
Il est donc grand temps de migrer vers Windows 7 ou Windows 8. Et c’est ce que nous allons voir dans les pages suivantes.

Sommaire :

  1. 8 avril : la date fatidique
  2. Avant de migrer, mieux vaut tout sauvegarder
  3. Installer Windows 7 ou Windows 8 en dual-boot
  4. Migrer de Windows XP vers Windows 7 (option 1)
  5. Migrer de Windows XP vers Windows 8 / 8.1 (option 2)
  6. Récupérer tous ses pilotes, ses documents et ses programmes
  7. Continuer à utiliser Windows XP après le 8 avril ?