Accueil » Actualité » Le cœur humain rétrécit dans l’Espace, révèle une étude

Le cœur humain rétrécit dans l’Espace, révèle une étude

Dans une étude publiée lundi dans la revue Circulation, des scientifiques rapportent que la plus grande chambre du cœur de Scott Kelly, qui a passé près d’un an dans la Station spatiale internationale en 2015 et 2016, a vu sa masse diminuer de plus d’un quart au moment de son retour sur Terre.

Son cœur a rétréci malgré le fait qu’il ait fait de l’exercice six jours par semaine pendant son séjour de 340 jours.

Scott Kelly revenant sur Terre il y a 5 ans - Scott Kelly
Scott Kelly revenant sur Terre il y a 5 ans – Crédit : Scott Kelly

Dans cette étude, les scientifiques ont comparé les effets sur le cœur de la natation de durée extrême et de l’espace pour déterminer si l’exercice de faible densité et de longue durée contrebalance les effets de l’apesanteur répétée. Les scientifiques ont alors comparé Benoit Lecomte qui a nagé 2821 kilomètres pendant 159 jours dans l’océan Pacifique et Scott Kelly qui a passé 340 jours dans l’espace. Ce dernier avait été pendant longtemps le détenteur du record du nombre de jours passés dans l’espace.

Des études suggèrent que l’apesanteur de longue durée modifie la structure du cœur, provoquant des contractions et une atrophie, et que l’exercice de faible intensité ne suffit pas à empêcher ce phénomène. Le séjour de Scott Kelly à bord de l’ISS avait déjà réussi à déterminer que les voyages dans l’espace ont un impact sur le vieillissement.

Le cœur de Scott Kelly a momentanément rétréci

Une analyse des résultats a montré que même un programme d’exercice intensif ne pouvait protéger le cœur contre les effets de la gravité réduite. Bien que la masse de son cœur ait diminué de 27 %, Kelly est plus en forme que jamais et n’a ressenti aucun effet ou symptôme négatif. Il aurait perdu en moyenne 0,74 gramme par semaine en masse ventriculaire gauche. Toutefois, son cœur est revenu à la normale après son retour sur terre.

Un résultat similaire a également été observé chez Benoît Lecomte, qui a passé 159 jours dans l’eau dans une forme d’apesanteur. Le cœur du nageur aurait lui perdu en moyenne 0,72 gramme par semaine. Une fois sorti de l’eau, son cœur aurait perdu quelques dizaines de grammes. La gravité que nous connaissons sur Terre aide le cœur à conserver sa taille et sa fonction, qui est de faire circuler le sang dans nos veines.

Source : cnet