Accueil » Actualité » Fin de Windows 7 : on connaît maintenant les prix pour prolonger le support

Fin de Windows 7 : on connaît maintenant les prix pour prolonger le support

Image 1 : Fin de Windows 7 : on connaît maintenant les prix pour prolonger le support

Le 14 janvier prochain, Microsoft enterrera définitivement Windows 7 en abandonnant son support étendu. Néanmoins, il sera toujours possible de bénéficier de correctifs de sécurité, moyennant finance bien évidemment. Et on connaît désormais le prix que coûtera une prolongation de ce support.

C’est donc dans moins d’un an que les utilisateurs devront arrêter d’utiliser Windows 7 s’ils veulent surfer en toute tranquillité, dès lors que le système d’exploitation ne bénéficiera plus d’aucun support de sécurité de la part de Microsoft. Et même si l’on espère que les éditeurs de logiciels de protection combleront les failles, cela ne durera certainement qu’un temps. Tôt ou tard, il faudra songer à changer d’OS (que ce soit Windows 8.1, Windows 10 ou Linux, peu importe).

>> Windows 7 est bientôt mort : comment migrer vers Windows 10 ?

Les entreprises auront cependant un sursis, puisque Microsoft continuera à déployer des mises à jour de Windows 7 au cas par cas. Cependant, il leur faudra passer à la caisse : Mary Jo Foley de ZDNet vient en effet de révéler les tarifs pratiqués par Microsoft. Ainsi, pour une entreprise utilisant Windows 7 Pro, il faudra compter 50 dollars la première année, puis 100 la deuxième, 200 la troisième, etc. Pour les versions de Windows Entreprise ou Microsoft 365, ce tarif sera divisé par deux : 25 dollars la première année, 50 la deuxième, etc.

La facture risque donc d’être salée au bout de 3 ou 4 ans. En revanche, on ignore encore si Microsoft a prévu de la réduire sur les gros volumes de licences. Rappelons par ailleurs que la souscription à ce type de service est réservée aux entreprises et aux écoles. Le grand public ne pouvant pas en bénéficier, même s’il y a fort à parier que des petits malins trouveront bien le moyen d’isoler les packs de sécurité pour les diffuser sur le Web, comme cela a été le cas à l’arrêt de Windows XP.