Edward Snowden : neuf mois de révélations

Edward Snowden, interviewé par le GuardianEdward Snowden, interviewé par le Guardian

C’est le 6 juin dernier que les premières révélations d’Edward Snowden ont frappé le monde. Des documents, publiés par le Washington Post et le Guardian, révèlent alors que la NSA et le FBI disposeraient d'accès dérobés aux serveurs de la plupart des grandes entreprises des nouvelles technologies comme Apple, Facebook, Google, Yahoo ou AOL.

Un accès aux serveurs des entreprises dont elles ont toujours affirmé ignorer l’existence. Pourtant, d’après le Washington Post, ce programme s’appuie sur une loi de 2007 qui « immunise les entreprises privées qui coopèrent volontairement à la collecte de renseignements ». Larry Page, PDG de Google a affirmé, quelques jours plus tard, n’avoir « participé à aucun programme secret du gouvernement américain ou de tout autre gouvernement, qui donnerait un accès à [ses] serveurs », quand Yahoo expliquait « étudier chaque demande et ne répondre qu’en cas d’absolue nécessité, dans le cadre d’une interprétation stricte ». Si les entreprises ne donnaient pas directement accès à leurs serveurs à la NSA, il se peut tout de même que l’agence américaine y accède sans leur accord.

Le programme Prism ne vise cependant pas les citoyens américains, dont la vie privée est protégée par la constitution. Il permettrait cependant d’accéder aux e-mails, aux discussions instantanées, aux vidéos, aux photos ou aux fichiers mis en ligne de tous les autres utilisateurs des services Google, Apple, Microsoft ou Facebook. Au total, ce serait ainsi 97 milliards de données qui auraient été collectées par le programme Prism, rien qu’en mars 2013.

Depuis les révélations de juin 2013 au sujet du programme Prism, le président américain Barack Obama a annoncé vouloir réformer la NSA et ses méthodes de renseignement, en exigeant notamment l’autorisation d’un juge afin d’analyser les données recueillies. Une mesure qui pourrait néanmoins ne pas changer profondément les choses, Prism étant d’ores et déjà soumis à l’examen de la Cour du renseignement et de la Surveillance Etrangère. Par ailleurs, le président américain s’est entretenu plusieurs heures courant décembre avec Apple, Google ou Microsoft afin d’écouter leurs sollicitations pour réformer le système actuel de surveillance et de renseignements.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
2 commentaires
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire
  • Morlunapp
    Il a accouché de pas mal d'infos en gros.
    0
  • Johan_et_Pirlouit
    - Page 1 :
    Citation:
    Le programme Prism ne vise cependant pas les citoyens américains, dont la vie privée est protégée par la constitution.

    Faux. En tout cas tant que la loi n'a pas été réellement amendée. Il suffit de se renseigner un peu sur le USA PATRIOT Act. Source > http://fr.wikipedia.org/wiki/USA_PATRIOT_Act. Mais Tom's Hardware étant américain, il est normal qu'il préserve ses lecteurs et ne fâche pas les hautes instances, même si Obama a demandé à amender cette loi pour revenir à plus de protection des données personnelles... Mais on ne sait pas si ça a été fait réellement.

    - Page 3 :
    Citation:
    Au total, ce seraient 180 millions d’opérations qui auraient été intégrées à Tracfin, la base de données financière de la NSA.

    TRACFIN (Traitement du Renseignement et Action contre les Circuits FINanciers clandestins) est un organisme du Ministère de l'Économie et des Finances chargé de la lutte contre le blanchiment d'argent. Source > http://fr.wikipedia.org/wiki/TRACFIN. C'est Français et ça n'a pas de lien direct avec la NSA. Vous parlez de quel Tracfin ?

    - Page 4 :
    Citation:
    Une collecte de données qui aurait été effectuée sur la planète entière à l’exception des Américains, en raison de la protection que la constitution américaine leur assure.

    Comme pour la page 1, c'est pour l'instant faux, le USA PATRIOT Act passant par là.
    0